Tous les vrai(e)s Strasbourgeoises et Strasbourgeois le savent : pendant la période de Noël, la Grande-Île se transforme souvent en terrain de Hunger Games géant. Touristes à perte de vue et pass sanitaire obligatoire pour accéder à certaines grandes places : compliqué de se sentir vraiment comme à la maison quand il faut se battre pour déambuler avec son vélo. Heureusement, le centre-ville de Strasbourg ne se résume pas à la Catoche et à la Petite France. À deux pas des bords de l’Ill se trouve en effet la Krutenau, ce petit bout de Strasbourg qui fourmille de créativité et d’énergie. Dans ce coin de la ville où crèchent pas mal d’étudiant(e)s, on retrouve aussi des tas de commerçant(e)s qui se bougent et qui font du bien au moral. Pour vous couper un peu de la frénésie de la Grande-Île, on a donc décidé de vous faire redécouvrir la vie de ce quartier pas comme les autres, dans un parcours d’une journée à la Krutenau, qui va vous faire vivre Noël à Strasbourg autrement.



On le traverse pour aller du centre-ville à la fac. On s’y retrouve pour boire un café entre deux révisions. On aime y flâner pour dénicher le cadeau idéal. On peut y manger italien, portugais, grec, chinois, africain ou même russe. On y va pour se faire tatouer, pour faire la fête ou pour se saper pas cher. Paris a son Montmartre, Londres son Camden Town. Nous, on a la Krutenau. De la place Saint-Nicolas-aux-Ondes à la place d’Austerlitz et du quai des Bateliers jusqu’à la presqu’île Malraux, la Krutenau offre à ceux qui osent quitter la Grande-Île des tas de petites pépites. Boutiques, restaurants, monuments : on vous emmène, le temps d’une journée, redécouvrir les plaisirs du quartier.

>> À lire ou relire : Il était une fois… la Krutenau : quartier de bateliers, de militaires et d’étudiants


10h : Le réveil en douceur / café de spécialité et friperies bien stylées

Pour bien commencer la journée, rien ne vaut un bon café / thé / chai latte (rayez la mention inutile). Du côté de la Krutenau, on retrouve deux adresses parfaites pour les amoureux du café de spécialité : le Café Bretelles (57 rue de Zurich) qui propose aussi une option petit déjeuner, mais aussi Omnino (6 rue du Renard-Prêchant), temple du café et de toutes ses spécificités. Dans les deux endroits, vous pourrez vous poser pour profiter d’une boisson chaude de qualité, tout en vous laissant bercer par l’ambiance paisible du quartier.


Et parce qu’on n’est pas venu ici pour souffrir, on va continuer cette matinée en douceeeeeur ! Une fois votre boisson terminée, direction les (nombreuses !) friperies du coin, pour se faire un look 2022 aussi stylé que pas cher. Niveau boutique, il y en a pour tous les goûts ! Chez Ok Boomers (Cour du Brochet), vous trouverez des fringues vintage mais surtout, grosse particularité, non-genrées. Chez Rehab (7 rue des Bateliers), c’est tout un univers sixties/seventies qui s’offre à nous, avec toujours de belles pépites à dénicher. Au Cabaret du chat (40 rue du Zurich), vous entrerez dans un petit cocon rempli d’objets, de vêtements et même de meubles allant des années 30 aux années 80 ! Enfin, si vous vous sentez dans un mood plus rock’n’roll, vous trouverez dans la friperie Froc’N’Roll (10 rue Munch) « des vêtements, chaussures, accessoires d’occasion des années 40 à 90, ainsi que de l’habillement d’occasion rock, metal, punk pour femme et pour homme ». Bref, si vous quittez la Krutenau sans avoir refait votre garde-robe, et de manière responsable en plus, vous avez raté votre vi… journée 😉


12h : La pause déjeuner / les adresses pour bien manger sans se ruiner

Maintenant que vous avez dévalisé les friperies, il est temps de se réchauffer à base de bonnes calories. Et pour reprendre des forces, on a justement quelques recommandations pas piquées des hannetons. Tout d’abord, pour celles et ceux qui seraient à la recherche de bons produits locaux et d’une ambiance chaleureuse, on recommande le Pont aux Chats (42 rue de la Krutenau) un resto sans chaton mais qui joue la carte région à fond. Pas très loin, se cache aussi Paulus (33 rue de Zurich), un resto-bistrot qui propose de la bonne cuisine française, simple et gourmande comme on aime, le tout pour des prix abordables ! En bonus : juste à côté de Paulus, vous tomberez sur l’Oenosphère (33 rue de Zurich), une boutique spécialisée dans le vin ! On vous conseille vivement d’y faire un détour avant ou après être passé à table, pour faire le plein de bouteilles. Avec environ 500 références proposées, c’est en effet le bon plan pour dénicher LA bonne bouteille à mettre sous le sapin de votre tonton Benoît, ou de votre cousine Laura. Enfin, les 3 500 m2 de l’ancienne Manufacture des Tabacs accueillent depuis plusieurs mois The People Hostel (7 rue de la Krutenau), un restaurant, un bar et même une auberge nouvelle génération. Bien sûr, il y a encore des tas d’autres adresses à découvrir dans le quartier. Mais un peu de patience, petit padawan : la journée est loin d’être terminée !


14h : La digestion / Un peu d’histoire, d’art et de culture

Pfiouuuu, nous voilà bien rassasiés. Maintenant que le cerveau est de nouveau connecté, on va pouvoir aller se prendre une petite dose de culture et d’Histoire pour digérer. Parce que oui, en plein cœur de la Krutenau, il y a quelques étapes à ne pas manquer pour qui aime s’intéresser au passé. À commencer par l’enceinte médiévale (place Sainte-Madeleine), visible quand on passe par la discrète rue du Fossé-des-Orphelins ou que l’on s’immisce derrière l’église Sainte-Madeleine. Selon le site local (et incontournable) d’Archi-wiki, « ce mur d’enceinte, qui rejoignait les Ponts couverts et dont il reste un linéaire d’environ 140 mètres, a été construit entre 1228 et 1250″.

Un vestige du passé qui nous emmène ensuite sur une autre rue incontournable du quartier : Sainte-Madeleine ! Colorée, bordée de jardinières et joliment végétalisée par les habitant(e)s et commerçant(e)s qui y vivent quotidiennement, la rue doit son nom à Sainte Marie-Madeleine… patronne des prostituées dans la tradition catholique ! On vous racontait cette drôle d’histoire plus en détails par ici. D’ailleurs, si vous passez par la rue Sainte-Madeleine, entre les barbiers, les coiffeurs et les salons de tatouages, n’oubliez pas de passer au Générateur (8 rue Sainte-Madeleine), une boutique remplie d’objets de créateurs et créatrices du coin… et tenue par des créateurs et créatrices du coin ! Vous y trouverez sans aucun doute de quoi vous gâter ou gâter votre entourage. Et pour terminer ce petit tour des curiosités, direction la vidéothèque Les Petites Fugues (25 rue de la Krutenau), le tout dernier vidéoclub d’Alsace toujours en activité, rien que ça. Vous pourrez dénicher des DVDs à louer et surtout, des films introuvables ailleurs !


16h : L’heure du goûter / pause gourmande et relaxation

Après avoir bien flâné dans les ruelles animées de la Krut’, on a bien mérité une petite pause relaxation. Ici, plusieurs options sont possibles, en fonction du mood. Pour commencer, bien sûr, il y a les quais qui sont juste à côté et c’est toujours un plaisir d’aller y flâner. Mais si vous êtes plutôt d’humeur gourmande, on vous conseille d’aller prendre un thé bien chaud au Semis (68 rue de Zurich), une adorable boutique qui fait à la fois café… et fleuriste ! En effet, le lieu propose des plantes à la vente, mais aussi de la petite restauration réconfortante.

Le Semis Strasbourg © Coraline Lafon / Pokaa


Si vous êtes plus ambiance spa et pistoche, direction les Bains Municipaux de Strasbourg (10 boulevard de la Victoire) ! Rouvert depuis le 8 novembre dernier, après plusieurs années de travaux, les Bains offrent désormais en plein cœur de la Krutenau de nombreux services qui devraient ravir les amateurs de kiff : un grand bassin, des saunas, une grotte à sel, un jacuzzi et même un bassin extérieur ! Que. Du. Bonheur.

Enfin, pour celles et ceux qui voudraient un petit shot de culture et de nature, vous pouvez aussi aller vous balader dans le Jardin Public de la Haute école des arts du Rhin (1, rue de l’Académie) qui met régulièrement en scène des expositions. Même sans expo, le lieu reste intriguant et offre une petite bulle de nature en plein milieu de la ville. On adore.

© Florian Crouvezier


18h : L’apéro / l’heure où le vin et la bières coulent à flot !

Bon maintenant, assez glandé. Certes, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, il ne faut pas l’oublier, mais quand même ! La Krutenau, ça reste un quartier réputé pour ses apéros, alors pourquoi se priver ? Pour cette étape, il y a tellement de bonnes adresses à partager qu’il va être impossible pour nous d’être exhaustifs. On compte donc sur vous pour agrémenter la liste en commentaires. Mais voici tout de même quelques bons spots pour étancher votre soif après cette longue journée ! Pour commencer, un petit nouveau dans le game : La Planque (22 bis rue des Balayeurs), un lieu hybride entre entre salon de thé, café culturel et bar-restaurant, imaginé par un couple d’artistes ! Pour les amateurs d’huîtres et de franche camaraderie, il y a aussi La Grosse Baloche (7 rue des Orphelins) et pour ceux qui préfèrent l’ambiance festive d’un cocktail et d’une soirée caliente, direction Quino (14 rue Munch), pour un apéro ensoleillé et coloré !

Parmi les revenants, on compte aussi le Jaja (4 place Saint-Nicolas-aux-Ondes), anciennement Pacôme de la Théière, qui propose du vin, du vin et encore du bon vin ! En bonus : sur place, on vous incite fortement à aller faire un tour aux toilettes, vous ne serez pas déçus. Enfin, pour ceux qui préfèreraient la bière pas chère et l’ambiance étudiante, juste à côté du Jaja, on retrouve l’incontournable Wawa (4 place Saint-Nicolas aux Ondes), un grand classique dans le monde de la fête à Strasbourg.


20h : Le dîner / tour du monde culinaire en 80 minutes

Outch, nous voilà un peu pompettes. Pas de panique : pour éponger le verre de vin de trop, il y a largement ce qu’il te faut. D’ailleurs, on vous le disait dès l’intro : à la Krutenau, on peut voyager en Italie, en Afrique, au Portugal, en Chine et même en Russie sans avoir besoin de prendre l’avion ! Comment ? Grâce à la bouffe bien sûr ! Voici donc une séléction (non exhaustive toujours) de restaurants dépaysants. Pour commencer, direction l’Afrique avec Jabiru (60 rue de Zurich), qui met à l’honneur différentes régions du continent africain à travers des plats parfois adaptés ou revisités mais toujours contemporains.

© Coraline Lafon


Ensuite, on t’emmène en Asie, avec ici plusieurs arrêts : tout d’abord, petit détour chez Kei’s Atelier (16 rue de l’Abreuvoir) pour découvrir les plaisirs de la gastronomie coréenne. Ensuite pour des saveurs venues de Chine, on te recommande chaudement les Dim Sum de chez Dim Sum Sam (9 rue de l’Abreuvoir) ou encore les plats réconfortants et les lumières tamisées du Cosy (17 rue des Couples). Enfin, si tu préfères les plats vietnamiens, tu trouveras ton bonheur chez Mai Saigon (29 rue de la Krutenau), qui propose des plats faits maison dans le respect des traditions.

Pour le plat de résistance, deux salles deux ambiances. D’un côté, la Russie avec le Transsibérien (3 ruelle de la Bruche), l’un des seuls restaurants russes de Strasbourg, qui met à l’honneur les plats typiques venus de l’Est. De l’autre, l’Acérola (8 rue du Renard-Prêchant), un voyage gustatif au cœur du Brésil avec au menu des acras de morue, de la cachaça, des plats qui sentent bons le soleil mais surtout des onglets de bœufs marinés à volonté tous les mardis soirs ! Hihaaaa !

Pour finir, notre gros coup de cœur du moment qui envoie tout droit au Portugal : le restaurant La Patrie (1 rue des Balayeurs). Si l’extérieur ne paye pas de mine, l’intérieur, lui, nous plonge dans une ambiance qu’on aimerait ne jamais quitter. Vin vert, cataplana aux fruits de mer, poissons ou encore excellent Porto : on se laisse vite bercer par la passion du patron et par les délices qui passent sous nos nez. Une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer.


22h : la fin de soirée / parce qu’on est pas venu jusqu’ici pour enfiler des perles

Maintenant que nous sommes tous bien repus, il y a deux types de fin de soirée. La première, c’est d’aller gentiment se coucher. Pas de jugement : vous l’aurez bien mérité. La seconde option, c’est de s’immerger dans l’autre facette de la Krutenau : celle qui commence quand le soleil se couche et qui se termine quand il se lève.

Car oui, même si l’actualité ne joue pas en sa faveur, le quartier est, la nuit, très vivant et dansant ! On y trouve pas mal de clubs comme le Café des anges (5 rue Sainte-Catherine) ou la Kulture (9 rue des Bateliers) mais aussi des bars de nuit qui proposent régulièrement des stand-ups, des concerts ou des soirées thématiques comme le FAT (3 rue Klein), le Local (3 rue de l’Abreuvoir) ou encore l’Établi (8 place d’Austerlitz). Et d’ailleurs, puisqu’on arrive sur la place d’Austerlitz : si vous voulez vous laisser porter par le flow, vous pouvez aussi simplement vous y rendre et choisir un bar au feeling. Vous aurez l’embarras du choix !

Et c’est ainsi que s’achève ce petit tour de la Krutenau, loin de la foule du marché de Noël. Si vous aimez d’autres endroit de ce quartier, n’hésitez pas à le partager en commentaires. Comme ça, les commerçants et les restaurateurs qui le font vivre pourront continuer de nous faire saliver et de nous faire plaisir. Parce que sans eux et sans elles, ça n’aurait quand même pas la même saveur.

© Florian Crouvezier

*Article soutenu mais non relu par la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here