Attention petite pépite cachée ! Vous connaissez la cuisine russe ? Je suis certain que non. Et vous savez quoi ? Moi non plus. Et ça tombe bien : voilà une occasion en or de découvrir les richesses et les particularités de cette culture culinaire lointaine à la forte identité. Bien trop méconnue par chez nous, la Russie a désormais deux porte-paroles pleins de fierté pour faire briller l’étendard de ce blanc pays à travers nos contrées. Ouvert en novembre, c’est au coeur de la Krutenau que ces deux passionnés amoureux ont voulu créer un espace dédié à la cuisine russe authentique. Cette gastronomie du bout du monde qui a été rapportée chez nous puis sublimée avec délicatesse. Elle a traversé l’Europe avec une certaine envie de surprendre et une volonté manifeste de proposer un retour en arrière vers la chère enfance qu’Anastassia et Damir évoquent avec tendresse. Comme si ils acceptaient de partager une part de leur unique madeleine de Proust. Bienvenue à bord du transsibérien, installez vous confortablement et laissez vous surprendre par les saveurs méconnues de cette cuisine aux accents lointains.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 51805364_415765952564360_1867580332966936576_n-1024x768.jpg. fourneau : Damir Anissimov, un cuisinier passionné qui officie en cuisine depuis des années. Il devient chef pour la première fois ici, au Transsibérien. Damir a grandi au bord de la Volga dans une famille de cuisiniers, puis c’est lors de son arrivée à Strasbourg, après un passage à Brigthon beach (USA), que son épouse Anastassia Zamahajev et lui décident d’ouvrir leur propre restaurant. Ce sera leur fierté, le résultat de leur passion et de leur union, leur maison, l’aboutissement d’un travail acharné les yeux dans les yeux. Le reflet de leur culture et de leur identité à tous les deux. En salle, Anastassia apporte une certaine délicatesse, elle prend le temps d’aller à la rencontre de ses clients, de leur parler de sa culture, de mettre des images de l’amitié historique souvent oubliée entre la Russie et la France. Avec son accent et sa légèreté, elle assure un service haut de gamme, toujours avec un sourire, un regard ou une belle histoire à vous raconter.

Leur crédo : Une cuisine faite maison, à l’ancienne, comme au pays, des plats russes imaginés, revisités et sublimés par des mains russes, comme le boeuf Stroganov ou les pelmenis. Damir est seul en cuisine, il dort très peu et se réveille aux aurores pour préparer les plats du midi. Pour confectionner de ses mains toutes ces compositions qu’il pourrait acheter mais qu’il préfère lui-même créer, question de fierté. Au transsibérien pas de congelé, Damir sélectionne ses produits et réalise ses recettes lui-même, avec derrière lui le spectre de ses ancêtres et de sa lointaine famille. Cette famille qui veille à distance au respect des traditions, des recettes et de l’hospitalité russe qu’elle et lui se sont engagés à transmettre.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 51868875_2298212290440091_3852579831946412032_n-1024x768.jpg.

Les spécialités :

  • La formule du midi
    • entrée + plat + dessert (13,00 €)
    • entrée + plat (9,50 €)
  • Les entrées :
    • Le Bortsh (7,90 €)
    • Les blinis au caviar de saumon (7,90 €)
    • Salade russe (7,90 €)
  • Les plats  :
    • Le boeuf Stroganov (13,90 €)
    • Pelmeni (11,50 €)
    • Le poulet à la Kiev (10,90 €)
    • Solianka (9,90 €)
  • Les desserts
    • Le gateau Raissa (5,90 €)
    • Le Syrniki comme chez ma grand mère (6,90 €)

Vous ne connaissez pas grand chose ? C’est le moment de pousser la porte

Nos kiffs :

    • La cuisine avant tout, bien présentée, savoureuse et authentique, elle est faite avec le coeur.
    • L’accueil et l’hospitalité de ce couple attachant qui veulent transmettre histoires et savoirs.
    • Le rapport qualité-prix est vraiment super intéressant.
    • Le restaurant, un peu caché au fond d’une rue apparaît comme une petite adresse cachée qu’on se transmet en secret.
    • La cuisine est ouverte, on sent la vie du restaurant qui se présente comme le salon d’Anastassia et Damir dans lequel il font virevolter leur accent comme à la maison.
    • Le restaurant de 28 places, assez petit, est propice à la proximité et à l’échange entre convives. Se déplacer au restaurant c’est aussi se rapprocher des autres, et c’est la volonté de nos hôtes.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 52151486_292703858070882_2623230436574232576_n-1024x768.jpg.

Mais…

  • Les desserts sont selon moi un peu simples
  • Rien d’autre à signaler…

Les petits tips Pokaa :

    • Jetez-vous sur la formule du midi, économique, savoureuse mais pas illimitée.
    • Allez à la rencontre d’Anastassia et Damir, ce sont deux personnes assez incroyables.
    • C’est un petit restaurant qui aura très vite du succès, pensez à réserver.
    • En été une terrasse verra le jour dans cette petite rue à l’abri des regards et des voitures.
    • Sur la carte, chaque plat est accompagné d’une petite histoire, prenez le temps de les lire et de découvrir une petite partie de la culture culinaire russe.
    • N’hésitez pas à demander des explications à Anastassia qui se fera un plaisir de vous donner un conseil et de vous conter une histoire.
    • Les deux derniers clients de chaque soirée se voient offrir une petite coupe, mais ça je ne vous l’ai pas dit.

Le mot du patron :

Nous n’avons pas la prétention de vouloir gagner des milliers d’euros pour nous enrichir, nous voulons simplement montrer le vrai visage de la culture russe dans son ensemble, et cela passe d’abord par la cuisine. Nous nous chargeons de tout, de A à Z, avec respect et patience. Ma maman disait qu’il faut une âme pour faire à manger, certains l’ont et d’autres non, moi je crois que je l’ai. La France est une terre de rencontre, de réflexion et de passion et nous sommes fiers d’y avoir fondé notre restaurant qui est aujourd’hui plus que cela. Les français sont curieux et ça me plait. Je dors, je vis, je ris et je travaille entre ces murs, c’est ma maison, c’est chez nous. Nous avons voulu proposer la cuisine de notre enfance avec en plus un service d’excellence. Les prix sont justes, nous voulons qu’ils restent accessibles à tous sans se priver. Le soir, si il me reste des plats je les réchauffe et les distribue aux sans abri du quartier, ces gens que je croise sont mes voisins, qu’ils aient un toit ou non. Nous nous servons de ce dont nous avons besoin, le reste c’est pour les autres.


Le Transsibérien 

3 ruelle de la Bruche
67000 Strasbourg
03 88 38 86 72

Ouvert du lundi au vendredi de 12h00 à 14h00 et de 19h00 à 22h00 et le samedi de 19h00 à 22h00

> La page Facebook du restaurant <<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here