Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

À Strasbourg et dans le monde : les conséquences inattendues du confinement

13.4k Lectures
Publicité
Publicité

Nous ressentons tous les conséquences du Covid-19 sur nos vies, notre quotidien, notre moral, notre sexualité et notre sociabilité. D’autant plus maintenant que l’on sait qu’on va devoir restez chez nous un mois de plus. Mais il y a des impacts que l’on n’avait pas vu venir : baisse de la pollution, annulation de tous les gros événements à venir, ralentissement de l’économie… Petit tour d’horizon des impacts du coronavirus sur la France et le monde. Et vous, avez-vous remarqué d’autres conséquences ?

Impact #1 : Quand l’humain n’est pas là, la planète danse

Aussi fou que cela puisse paraître, le virus qui affaiblit considérablement nos semblables et notre système depuis plusieurs semaines semble faire en parallèle du bien à la nature. La preuve…

En local…

Chez nous, le Covid-19 a par exemple forcé, pour un temps limité certes, mais quand même, l’arrêt complet des travaux du GCO, le projet d’autoroute qui fait débat depuis des années à Strasbourg.

Parmi les autres nouvelles qui réjouissent notre coin de terre alsacien, Jean-Pierre Schmitt, directeur adjoint d’Atmo Grand-Est (en charge de la surveillance de la qualité de l’air) a affirmé ici que « depuis le début du confinement, la qualité de l’air s’est nettement améliorée. Pourquoi ? Car la diminution du trafic routier est de l’ordre de plus de 70%. »

Grâce à cette baisse de la pollution, liée également à la consommation en baisse et aux usines en pause, les étoiles sont du coup beaucoup plus visibles qu’avant depuis Strasbourg ! Et vous l’avez sûrement remarqué aussi : depuis qu’on est tous confinés, on entend beaucoup plus les oiseaux chanter ! Sont-ils de retour en ville ? Étaient-ils partis à cause du monde et de la pollution ? Et bien non! Ils ont toujours été présents dans nos milieux urbains, mais cette douce mélodie était auparavant masquée par le bruit « habituel » des villes. On le remarque d’autant plus, qu’au printemps, les mâles chantent plus fort pour se faire entendre des femelles !

En global…

La pollution a considérablement baissé aussi en Chine. Le pays a connu une diminution de 40% en dioxyde d’azote, selon Claus Zehner de l’European Space Agency. Pour se faire une idée, il suffit de regarder cette comparaison du niveau de dioxyde d’azote entre janvier et février.

Carte créé par la NASA à partir de données satellites de l’ESA

Dans les autres bonnes nouvelles, les sommets de l’Himalaya peuvent désormais être vu à 200 kilomètres de distance pour la première fois depuis 30 ans. Pour certains habitants de l’état du Punjab, en Inde, à la frontière avec le Pakistan, c’est une première : de chez eux, ils peuvent enfin voir les chaînes de montagnes grâce à un air moins pollué. Selon le journal britannique The Independant la qualité de l’air en Inde a connu une amélioration de l’air de 33% entre le 13 et 27 mars.

Des sommets de l’Himalaya visibles pour la première fois depuis 30 ans, grâce aux mesures de confinement. © Capture d’écran Twitter Paras Rishi

Vous l’avez certainement vu passer également : l’eau s’éclaircit en Italie. Sans le tourisme de masse, Venise révèle sa beauté naturelle, malgré le drame que vivent nos voisins italiens. Avec les rues vides, la pollution en baisse et les bateaux à quai, l’eau des canaux est redevenue claire. Cette clarté laisse apparaître les poissons qui ont toujours été présents, mais cachés par l’eau polluée.

Et pour finir, un des autres impacts positifs du virus sur la planète, c’est l’interdiction de consommer des animaux sauvages en Chine ! Il y a un mois, le 24 février, le gouvernement Chinois avait décidé de rendre permanente et immédiate l’interdiction de vendre et de consommer les animaux sauvages. Depuis, une grande opération de démantèlement des trafics de ces animaux a été lancée. Cette décision intervient alors que le pangolin et sa consommation abusive et illégale en Chine pourrait être à l’origine du Covid-19, bien qu’il n’y ait toujours pas de consensus scientifique sur le sujet.

© David Brossard – Flickr

Impact #2 : L’économie a les poches trouées

L’économie est en panique à cause de la pandémie. La France est officiellement entrée en récession avec 6% de baisse de PIB au premier trimestre. Il est d’ailleurs estimé que cette baisse s’élèvera à 7.6% en 2020.

En local…

Primark fait la tête à Strasbourg, puisque son ouverture était initialement prévue le 16 avril… Il faut croire qu’il faudra attendre encore un peu avant de se plonger dans la fast-fashion. Le magasin est d’ailleurs indiqué “fermé temporairement” sur Google : cocasse pour un magasin qui n’avait pas encore ouvert ses portes.

Selon une étude de Google sur les déplacements de la population pendant la pandémie, on comprend que l’économie n’a d’autre choix que d’être en berne. La fréquentation des transports public a baissé de 83%, celle des magasins d’alimentation et pharmacie de 63%. À Strasbourg, les bars et les restaurants sont plus de 1600 à avoir dû encaisser le choc du confinement. L’économie prend donc un gros coup : logique, me direz-vous, puisque nous restons chez nous.

Cependant, toujours en local, les commerçants et agriculteurs du coin ne se laissent pas abattre par la situation. Des systèmes de livraisons sont mis en place et permettent de consommer local et de faire marcher l’économie alsacienne. Pokaa a d’ailleurs listé les épiceries, brasseries, primeurs et producteurs qui proposent un service de livraison !

© Marmelade

D’autres initiatives se mettent également en place pour aider les restaurateurs et les bars à ne pas sombrer pendant cette période, comme par exemple le projet « J’aime mon bistrot« . Certains restaurateurs commencent aussi timidement à être de nouveau opérationnels en livraison !

En global…

On ne l’a que trop répété : l’économie mondiale vit une période plus que compliquée. Entreprise en arrêt total ou au ralenti, main d’œuvre majoritairement confinée : la crise a forcément un impact énorme sur le monde économique tel que nous le connaissons… et sur nos portes-feuilles. Heureusement, il existe de nombreuses aides pour pouvoir continuer de remplir vos frigos pendant cette période, que vous soyez un salarié, un indépendant ou une entreprise.

Trax Magazine, a fait état d’une situation catastrophique pour le milieu de la nuit. Selon le collectif Culture Bar-Bars, 30 à 40% des bars et clubs pourraient fermer à l’issue de la crise, s’il n’y a pas un geste de l’État et des assurances qui, jusque là refusent de couvrir les pertes entraînées par le Covid-19. On ne doute pourtant pas que les Français, surtout les Alsaciens, vont se ruer vers les bars dès leur réouverture pour renflouer les caisses !

Autre exemple de secteur qui subit fortement la crise, parmi tant d’autres : vous vous souvenez des lignes droites qui fendaient le ciel après le passage d’un avion ? Vous allez en voir de moins en moins, car le nombre de vol est en chute libre au mois de mars. Si on regarde les statistiques de FlightRadar : le 11 mars, il y avait 181 341 vols, alors que le 29 mars, il n’y en avait plus que 64 522.

Une baisse qui se fait ressentir sur les compagnies aériennes puisque EasyJet a annoncé en mars qu’elle allait immobiliser ses 330 avions pendant une durée indéterminée. Cet arrêt d’activité est synonyme de chômage technique pour plus 4 000 salariés, qui toucheront tout de même 80% de leur salaire grâce à un accord avec les syndicats. Tout comme EasyJet, de nombreuses compagnies aériennes sont évidemment dans ce cas de figure.

© Capture d’écran du site Flight Radar 24

Impact #3 : Une vie sociale confinée

Confinement et vie sociale ne vont pas ensemble. D’un côté, on l’a dit, l’avenir est incertain pour de nombreux bars, restaurants et festivals. De l’autre, les Strasbourgeois et les confinés du monde entier montrent qu’ils désirent continuer à se sociabiliser tout en restant chez eux.

En local…

Les festivals, d’Alsace et d’ailleurs, ont tous été annulés jusqu’à mi-juillet, suite au discours du président de la République le 13 avril dernier. Du côté de chez nous, le NL Contest a été reporté les 28, 29 et 30 août pour le moment, tandis que le Pelpass Festival ou encore les Eurockéennes de Belfort… Ce sera pour l’année prochaine. Nous croisons cependant fortement les doigts pour le Longevity qui doit se tenir le 28 août.

Mais même si la vie sociale est limitée en ce moment, les Strasbourgeois ont plus d’une corde à leurs arcs ! Des blind tests ont été organisés rue du Ruisseau bleu ou rue Thiergarten. De la musique peut être entendue Grand Rue, rue Sainte-Hélène ou partout ailleurs grâce à des fêtard.es qui veulent donner le sourire à leurs voisins. Sur Tousse Ensemble, des internautes du coin proposent régulièrement des activités à faire depuis chez soi, qu’on vous résume toutes les semaines dans notre « Agenda canapé »! Puis il y a des initiatives plutôt très cool, comme ce Strasbourgeois qui projette des dessins animés sur le mur de l’immeuble d’en face pour faire rêver les voisins. Ou encore les live de Nicola Scerbo, barman et chanteur lyrique, qui fait une démonstration de sa voix puissante de ténor à son balcon, rue Sleidan, à 20h en même temps que les applaudissements.

https://www.facebook.com/pokaastras/videos/230868384658616/

Chaque soir à 20h, des centaines de milliers de Français de Strasbourg et d’ailleurs applaudissent les soignants à leurs fenêtres. Mais à tout moment de la journée, la fenêtre des voisins peut être un véritable spectacle (je vous entend chanter, jouer du piano et du violon près de Gutenberg!). Mais certains se donnent en spectacle pour le plus grand bonheur de tous et toutes.

En global…

Notre vie sociale ne se résume cependant pas à nos fenêtres. Internet nous sauve de la solitude du confinement. Netflix, Youtube, Disney +, les réseaux sociaux… Le 12 mars, le site américain Bloomberg expliquait qu’il y avait eu une augmentation de l’utilisation d’internet de 70% en Italie alors que le confinement y débutait. On ne doit pas être très loin de ce chiffre en France également, surtout depuis que le site PornHub a offert son accès premium, le 17 mars dernier. Et puis, il ne faut pas oublier non plus les Skype-apéro !

Avouez que vous avez déjà ouvert une bière, seul chez vous, en webcam avec vos amis. Avouez que vous vous êtes déjà retrouvés à 2h du matin, 3 grammes dans chaque œil (mais consommez avec modération, hein), sans personne autour de vous quand vous avez cliqué sur le bouton rouge pour mettre fin à votre appel avec 7 de vos potes. Vous avez sûrement joué à Blanc Manger Coco en ligne, au Loup garou, ou à Skribble, et vous avez peut-être même créé vos propres jeux. Mais une chose est certaine, rien ne vous empêchera de faire la fête, même pas le confinement, n’est-ce pas ?

© Concert de Radiohead diffusé sur leur site internet

De nombreux musiciens et artistes font également d’internet leur nouvelle scène. Laurent Garnier, le tonton de la musique électronique, partage des sets de 7 heures en ligne. Radiohead, le groupe britannique mythique, se montre aussi généreux, puisqu’il diffuse un concert gratuitement chaque semaine sur internet. Mais des collectifs locaux mettent aussi la main à la platine pour vous faire taper du pied et embêter vos voisins. C’est le cas de La Finca qui diffuse des sets pleins de soleil et de bonnes vibes en direct sur Twitch.

Même les rencontres peuvent se faire à distance. L’application de rencontre Tinder a rendu gratuite une option permettant de « matcher » dans d’autres villes du monde entier, et ainsi rencontrer des personnes venant de loin. Car pendant le confinement, la distance n’importe que très peu n’est-ce pas? Grindr a opté pour la même stratégie de rendre certaines options gratuites alors qu’elles sont généralement premium.

Impact #4 : Le sport blessé pour la saison

Le sport traverse un moment très compliqué mais nécessaire. Tous les plus grands événements sportifs sont suspendus ou annulés.

En local…

Les fans du Racing devront patienter avant de revoir leur équipe jouer. Comme le dit Thierry Laurey, l’entraîneur du RCS, « le sport passe au second plan », alors que les entraînements sont suspendus eux aussi depuis le 14 mars. Les matchs de la 29e journée de Ligue 1 et Ligue 2 n’ont toujours pas eu lieu. Le 13 mars dernier, la suspension des deux championnats a été annoncée. Mais Didier Quillot, directeur général de la LFP (Ligue de Football Professionnel), a appuyé son souhait de terminer la saison en fonction des dates disponibles. Pour patienter, vous pouvez toujours aller relire nos articles sur le Racing par ici !

Même mauvaise nouvelle pour les fans de basket et de la SIG. Lassi Tuovi, le coach de la SIG récemment prolongé jusqu’en 2022 s’est exclamé « Je suis impatient de vous revoir, la #SIGarmy, revenir bientôt au Rhenus. […] Mais pour le moment, restez chez vous » . Tout comme la LFP, la LNB (son équivalent au basketball), a exprimé son souhait de terminer la saison.

En global…

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 sont reportés. C’est LA grosse nouvelle du monde sportif. Alors que les différentes fédérations à travers le monde faisaient pression sur le Japon depuis de nombreux jours, le pays a enfin accepté une réalité inévitable. Les Jeux 2020 seront sûrement les Jeux 2021. Aucune date n’a encore été arrêtée, mais les JO se tiendront en « été 2021 au plus tard », selon une déclaration du CIO (Comité International Olympique). Avec un budget initial de 11,5 milliards d’euros, le pays pourrait devoir débourser 2,5 milliards d’euros en plus à cause de ce report, selon le quotidien Japonais Nikkei.

Jeux olympiques de Tkyo

La France sera finalement championne d’Europe 2021. L’Euro a été décalé à 2021, du 11 juin au 11 juillet pour être précis. Mais sa réorganisation s’avère être compliquée. Des villes comme Rome et Bilbao se montrent aujourd’hui réticentes à l’idée d’accueillir des matchs de la compétition, tandis que des stades dans d’autres villes sont déjà occupés pour d’autres événements. Une chose est certaine : on pourra regarder nos bleus champions du monde prendre leur revanche 5 ans après l’Euro 2016.

Le tournoi des 6 nations aux vestiaires. Les fans du ballon oval sont tout aussi frustrés que les amoureux du ballon rond. Alors que le match du XV de France contre l’Écosse a été une déception, on va devoir patienter avant de voir les bleus se rattraper contre l’Irlande. L’espoir est mince mais toujours présent pour remporter le tournoi, cependant, il faudra vraisemblablement attendre le 31 octobre… De l’autre côté de l’atlantique, la fédération USA Rugby n’arrive pas à se relever de l’annulation des différents matchs et compétitions. Ils ont annoncé sur leur site internet un dépôt de bilan, ce qui leur permet de se réorganiser et restructurer leur dette selon la loi américaine.

Impact #5 : Une éclosion de solidarité

L’hôpital public manque de lits, de moyens, de masques, et ceci créé un sentiment d’abandon du gouvernement chez les soignants qui sont en première ligne face au Covid-19. Les restaurateurs, les parents, les facteurs, les professeurs, les sans-abris : beaucoup de gens sont très touchés par l’impact de la crise. Mais ils peuvent compter sur de nombreuses décisions de mairies, entreprises et citoyens pour leur faciliter leur quotidien

En local…

Une cagnotte solidaire pour aider le service de réanimation de l’hôpital de Strasbourg, une page Facebook d’entraide pour les parents en galère pour faire garder leurs enfants, une communauté anti-gaspi pour aider les restaurateurs alsaciens, un groupe pour fabriquer des masques ou des initiatives pour aider les sans-abris : depuis le début du confinement, énormément de choses se sont mises en place à Strasbourg pour soutenir les personnes les plus touchées par la crise.

Un collectif appelé « les vélos du cœur » s’est également formé rapidement et a besoin de l’aide de toute le monde. Sur leur cagnotte Leetchi, ils expliquent : « Nous sommes actuellement 5 livreurs pouvant couvrir le centre ville de Strasbourg et les secteurs que fréquentent les personnes sans domicile fixe. […] En plus de faire appel à la population environnante afin de confectionner des sacs repas et/ou hygiène que nos livreurs récupèrent et distribuent, nous appelons aux dons.«  Ils ont aussi créé une page Facebook pour tenir informé de leurs actions solidaires et quotidiennes.

© Les Vélos du Cœur

L’entreprise Taxi 13, regroupant plus de 200 chauffeurs en Alsace, prend aussi le rôle de roue de secours pour les soignants. Comme le mentionne un article des DNA, pour le personnel des urgences du Nouvel Hôpital Civil et du CHU Hautepierre, la course avec cette compagnie est gratuite.

En global…

Alors qu’en temps normal, la chocolatine / pain au chocolat sépare l’Alsace de la Nouvelle-Aquitaine, ces dernières se retrouvent à avancer ensemble contre la tempête du coronavirus.

Vendredi 3 avril, 24 malades du covid19 ont été transférés de plusieurs hôpitaux alsaciens par TGV médicalisé vers la Nouvelle-Aquitaine. Poitiers, Niort, Limoges, La Rochelle, et Bordeaux ont accueilli ces patients en état grave. Depuis le début, selon l’Agence régionale de la santé, plus de 200 patients on été transférés du Grand Est vers d’autres régions françaises, et d’autres pays comme l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et le Luxembourg.

Les citoyens de tout le pays s’organisent aussi! De nombreuses initiatives apparaissent pour aider les plus démunis et/ou les soignants. Donc si toi, qui t’ennuies sur ton canapé pendant ce confinement, tu veux aider, tu peux te rendre sur le réseau En première ligne ou sur le site du gouvernement pour proposer ton aide !

Mais n’oubliez pas, la conséquence vitale du coronavirus, c’est de respecter votre confinement. Restez chez vous, sauvez des vies, sauvez la vôtre, et surtout, prenez soin de vous. Courage.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Coronavirus"

À la une

À Strasbourg et dans le monde : les conséquences inattendues du confinement

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Coronavirus”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !