Depuis le début des mesures de confinement annoncées afin de limiter la propagation du Covid-19, le mot d’ordre est simple : restez chez soi ! Mais alors qu’on exhorte les Français à se confiner dans leur logement, ceux qui n’en possèdent pas sont plus que jamais fragilisés. À Strasbourg, les associations de solidarité tentent, tant bien que mal, d’assurer un service minimum et le gouvernement prévoit de réquisitionner plusieurs centres et chambres d’hôtel afin d’y accueillir les sans-abris.

Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui alertent sur les conséquences du confinement sur le quotidien des sans-abris. Avec la réglementation des déplacements et les gestes barrières à appliquer, l’activité des associations qui viennent en aide aux SDF est forcément limitée.

Via sa page Facebook, l’association La Roue Tourne, s’inquiète notamment de la baisse de dons à destinations des résidents de l’Hôtel de la Rue et demande à ne pas être oubliée.Quant à l’association En TERRE Humaine, du squat Bugatti, elle affirmait déjà le 17 mars dernier, que le stock de réserve était vide. Et même quand certains généreux restaurateurs proposent de transporter des kilos de nourriture à destination des squats, la situation exceptionnelle nécessite des équipements particuliers.

C'est urgent 20kg de nourriture en cette période ne se refuse pas. Aujourd'hui 19h un restaurant viendra nous remettre…

Gepostet von La Roue Tourne Strasbourg am Mittwoch, 18. März 2020

Tout est plus compliqué en cette période de confinement pour les deux lieux, qui réunissent des centaines de personnes qui doivent continuer à se nourrir et se protéger du virus dans des contextes difficiles.


Les associations strasbourgeoises s’adaptent 

Malgré le confinement, les associations strasbourgeoises s’organisent pour maintenir les maraudes et les distributions de repas. Le SIAO, l’association l’Étage, les Resto du Cœur, Abribus, les Petites Roues ou encore Strasbourg Action Solidarité continuent leurs activités à Strasbourg. 

Effectifs réduits et mesures de protection à appliquer, c’est toute une organisation à réajuster. Les différents organismes se sont donc coordonnés afin d’établir un nouveau planning hebdomadaire des actions de solidarités à Strasbourg. 

© publication fb de Strasbourg Action Solidarité
© Publication Facebook de Strasbourg Action Solidarité


L’association du Wagon Souk quant à elle, a décidé de lancer une cagnotte pour les personnes qui vivent dans nos rues strasbourgeoises. L’objectif est de récolter des dons qui permettront de payer des chambres d’hôtel, de la nourriture et des produits d’hygiène.
La cagnotte est disponible via ce lien sur le site Onparticipe.fr.


Le gouvernement va mettre à disposition des chambres individuelles en centre et en hôtel

Si certaines personnes sont à l’abri via l’une des 155 000 places d’hébergement actuellement occupées en France, il reste encore des milliers de SDF qui ne le sont pas. Ce jeudi matin, le ministre du Logement Julien Denormandie annonçait sur France Inter que plusieurs centres avec des chambres individuelles, ainsi que des chambres d’hôtel, ont d’ores et déjà été réquisitionnés pour loger des personnes à la rue dans la capitale. Si pour le moment, c’est à Paris que les premières chambres ouvrent, le ministre affirme que les services sont en relation avec les services locaux afin que le dispositif soit mis en place sur tout le territoire. 270 autres places seront ouvertes avant la fin de la semaine. Le groupe Accor propose notamment près de 600 places d’hôtel dans toute la France.

Dans l’objectif de limiter la propagation du virus au sein de cette population particulièrement exposée, des centres seront dédiés aux sans-abris qui seraient atteints du Covid-19 mais dont l’état ne nécessitait pas d’être transporté à l’hôpital.

Pour mettre en place ce dispositif et proposer ces places, c’est une enveloppe de 50 millions d’euros qui a été ouverte. Mais Julien Denormandie précise que ce n’est peut-être qu’un début et certifie que tous les moyens nécessaires vont être mis en place pour venir en aide aux sans domiciles fixes. Affaire à suivre…


Plus que jamais, les associations strasbourgeoises actuellement sur le terrain on besoin d’aide, de volontaires et de dons.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here