Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité
petite france colombages tourisme alsace régent

À Strasbourg, le masque n’est plus obligatoire en intérieur dès aujourd’hui

8.9k Lectures
Publicité
Publicité

Malgré un contexte géopolitique mondial en tension, la situation sanitaire, elle, continue de s’améliorer en France, ce qui entraîne la levée progressive des dernières restrictions encore présentes sur le territoire. La dernière en date à disparaître ? Le port du masque en intérieur, dans les lieux soumis au pass vaccinal. On fait le point.

Le gouvernement l’avait annoncé le 11 février dernier : le port du masque en intérieur dans les lieux soumis au pass disparaîtrait le 28 février. Désormais, on y est. Concrètement, cela signifie que l’on fait face à un nouveau jalon dans le retour à la « vie normale », après la fin du port du masque en extérieur et le retour des consommations de nourriture et de boissons dans les stades

Ainsi, à trois semaines du début du printemps, plus besoin de porter le masque dans les nombreux cinémas strasbourgeois, les salles de concert mais également les bars et restaurants. Il n’y aura normalement plus besoin de le porter au stade de la Meinau, afin de donner encore plus de la voix pour soutenir le Racing. Toutefois, le port du masque restera obligatoire dans les transports, notamment les TGV et les avions, mais aussi dans les lieux où on n’exige pas le pass vaccinal, comme dans les magasins ou les transports en commun par exemple.

restaurant santa elena
© Samuel Compion / Pokaa


Où demande-t-on le pass vaccinal ?

Rappelons ensuite les lieux où le pass vaccinal est exigé :

  • Il y a d’abord les lieux de loisirs et de culture. On parle ainsi des cinémas, des salles de spectacle ou de concert, des parcs d’attractions, des festivals, des salles de sport, des salles de jeux, ou encore des bibliothèques et des centres de documentation. Une grosse bonne nouvelle pour toutes les activités de loisir de la région ;
  • Ensuite, les activités de restauration commerciale. Plus simplement, on ne devra plus porter le masque dans les bars et restaurants strasbourgeois ;
  • Par après, les foires et salons professionnels. Il y a également les séminaires professionnels s’ils ont lieu à l’extérieur de l’entreprise et rassemblent plus de 50 personnes ;
  • Les remontées mécaniques dans les stations de ski ;
  • Enfin, il y a l’accès aux hébergements touristiques de type campings ou clubs de vacances, avec un contrôle unique au début du séjour.

Là-dedans, comme précisé au paragraphe précédent, il faudra seulement continuer à porter le masque dans les transports. À Strasbourg, ce sera notamment le cas dans les trams et les bus de la CTS. Ailleurs en France, il faudra toujours porter un masque dans les trains et les avions.

© Camille Balzinger


Quelle suite pour les dernières restrictions ?

Le jalon de la fin du port du masque en intérieur ne plaît pas à tout le monde, mais elle marque une étape supplémentaire dans le retour à la « vie normale ». Désormais, il reste deux grosses restrictions à lever après celle-ci : le port du masque en intérieur partout, et la fin du pass vaccinal. Pour la fin générale du port du masque en intérieur, à savoir dans les commerces, les bureaux et peut-être même les transports, Olivier Véran déclarait le 16 février dernier que : « Si on suit cette dynamique, 15 jours après le 28 février, ça nous amène à la mi-mars, on pourrait commencer à se poser sérieusement la question du port du masque en intérieur, chez les adultes et les enfants ».

Pour le pass vaccinal, Olivier Véran a concrètement évoqué sa possible fin le 22 février dernier, devant la mission d’information du Sénat sur le pass vaccinal. Repris par franceinfo, il a également développé les critères qui pourraient être retenus par le gouvernement pour une future levée du dispositif :

  • Redescendre autour de 1 500 patients en réa. Au 27 février, 2 491 personnes se trouvaient en réanimation.
  • Un facteur R de reproduction durablement inférieur à un. Au 27 février, il s’établit à 0,57. Concrètement, 10 personnes en contamineront moins de 6.
  • Un taux d’incidence « assez faible », soit autour de 300 ou 500. Au 27 février, il s’établit à 646 cas positifs pour 100 000 habitants.

On n’est donc plus très loin de dire au revoir, en tous les cas provisoirement, au port du masque et au pass vaccinal.

© Nicolas Kaspar/Pokaa

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Info locale"

À la une

À Strasbourg, le masque n’est plus obligatoire en intérieur dès aujourd’hui

Commentaires (2)

  1. Bonjour,

    Quant est il des cabinets médicaux et para médicaux ? Je ne les vois pas mentionner dans l’article.

    Je suis kiné liberal. Je pense qu’on va dire à plus d’un patient de continuer à mettre le masque.

    Mélanie

  2. Pour ma part je porterai toujours le masque dans les lieux publics même si personne ne porte plus de masques et que le gouvernement va remettre la loi d’interdiction de porter un masque dans les lieux publics.

    Sûrement à cause que le masque cache le visage.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Info locale”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !