Le samedi 14 mars à minuit, les rideaux des hôtels-restaurants, des bars et des cafés de France se sont baissés simultanément. Depuis, plus aucun bistrot de quartier ni de bars de copains, plus de grandes tablées, c’est le silence. Un silence qui dure, ajouté à l’incertitude qui entoure la date de réouverture. Le lien social est rompu et certains ignorent si ils seront en mesure de ré-ouvrir après la crise. Et c’est au milieu de toutes ces inquiétudes qu’une belle idée vient de fleurir : une plateforme de récolte de fonds solidaires, créée pour que les particuliers puissent aider les pros à tenir le coup et payer les factures qui courent encore. Ça s’appelle « J’aime mon bistrot », et c’est une aide indispensable pour qu’à la fin du confinement, tout redevienne comme avant.

Comment ça marche ?

Dès le 7 avril, vous, moi, pourrons nous rendre sur le site de « J’aime mon bistrot« , un projet d’ampleur nationale, afin de soutenir financièrement plus de 350 restaurants, bars, cafés et hôtels à travers la France (le nombre d’établissements qui s’inscrit sur le site grandit chaque jour). L’Alsace et ses nombreux restos étant en premières lignes sur le site, avec des dizaines d’adresses dans le besoin.

Le but est de pré-commander un bon d’achat en ligne, d’une valeur comprise entre 1,50 et 50 € et de dépenser cette somme dans nos établissements préférés une fois que le confinement sera levé.

Ces bons d’achat permettront donc à celui ou celle qui joue le jeu de pré-commander son futur repas… sa future pinte, sa future pizza, son futur cocktail en terrasse, son futur magret rôti, sa future tarte flambée champi, son futur bowl bien frais, son futur brunch à volonté… rien que d’y penser…

Capture d’écran de la page de La Réserve sur « J’aime mon Bistrot »

Via la plateforme, le patron d’établissement bénéficiaire de ces pré-commandes pourra collecter et percevoir immédiatement les dons pour lui permettre de faire face à la crise des rideaux baissés.

Une fois le virus derrière nous, la cagnotte encaissée et les établissements sauvés, ce sont ces mêmes patrons qui nous accueilleront les bras ouverts pour redonner vie à leur affaire.

>> La liste des établissements à soutenir <<

Mais ce n’est pas tout : en plus de soutenir le tissu économique local et national, de disperser un peu de sourire et beaucoup d’espoir aux propriétaires, chefs, serveurs, cuistots, chefs de salle, chefs de rangs, commis, barman, plongeurs… les 10 000 premiers donateurs vont « investir » sur l’avenir.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est sofitel-terroir-and-coimage00102-1024x768.jpeg.

Plaît-il…?

En effet, les 10 000 premières pré-commandes de bons (toujours pour un montant compris entre 1,50 et 50 €) seront majorées de 50 % une fois le confinement terminé.

Pour exemple, si vous achetez un bon de 20€, vous serrez crédité de 30€, si vous achetez un bon de 50€ vous serez crédité de 75€… pas mal pour fêter ensemble la réouverture de nos petites adresses favorites en s’envoyant un bon repas avec les amis, la famille, les amis de la famille, les beaux parents, on s’en fiche… Tout le monde s’entendra dans le nouveau monde.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Abyssinia-10-1024x683.jpg.

Aussi, la plateforme « J’aime mon bistrot » dispense des conseils et astuces aux restaurateurs. Besoin de se renseigner sur le report des charges salariales, sur le comportement à adopter avec ses fournisseurs, sur des conseils de mise en veille ou encore sur le report des loyers ?

L’onglet « Espace établissement » est là pour vous aider.

Plus que jamais, les professionnels ont besoin de soutien pour que le confinement ne vienne pas à bout de leur entreprise.

On a hâte d’entendre à nouveau le bruit des glaçons.

Rendez-vous sur « J’aime mon Bistrot« 

VOUS ETES UN PROFESSIONNEL DU SECTEUR?

>> INSCRIVEZ VOUS ET PARTICIPEZ À L’OPERATION <<

LES PROFESSIONNELS VOUS REMERCIENT !

N’oublions pasles partenaires qui financent les 50 % de crédit offerts sur les 10 000 premières commandes.


1 commentaire

  1. Encore une énorme connerie , si nous voulons de la trésorerie , nous devons faire un prêt en plus quasiment a 0 % alors que faire des avoir a 75 euro pour 50 euro encaisser ( moins les frais ( on est loin des 0 %) . Puis une fois la reprise d’activité , remplir établissement des personnes qui ne vont pas payer et qui prendront la place de client qui payent … c’est debile c’est à l’état de trouver des solutions nous payons des millions depuis des années maintenant ils doivent nous rendre une partie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here