Ces temps de confinement nous permettent de nous poser un peu plus. De prendre davantage le temps de réfléchir et de se poser des questions. Et peut-être que certains d’entre vous réfléchissent à Strasbourg, notre belle ville, qui a de beaux secrets à nous faire découvrir, au détour de ses quartiers. Pour vous la faire connaître encore davantage et vous faire un peu voyager durant cette période compliquée, voici une série sur différents quartiers strasbourgeois : aujourd’hui, allons découvrir le quartier du Neudorf, un quartier désormais implanté dans le centre de Strasbourg, et toujours en pleine expansion.

Difficile de ne pas connaître le Neudorf. C’est un peu le quartier que tout le monde connaît et sur lequel tout le monde a un avis. C’est le quartier de notre maire Jeanne Barseghian, c’est le quartier star de la politique d’urbanisation à outrance de la précédente mandature, le quartier des vélos cargos et des bobos, du Rivétoile, de l’UGC. C’est aussi un quartier dont la composition sociale et démographique a beaucoup évolué ces dix/vingt dernières années, dans une sorte de fracture est-ouest, avec un premier côté encore relativement pauvre et un second qui se gentrifie chaque minute de l’année. C’est un grand quartier, avec énormément d’immeubles et d’histoires à raconter. Alors prenez un bon shoot de soleil et partons à la découverte d’un des quartiers strasbourgeois les plus connus !

© Nicolas Kaspar/Pokaa

Le Neudorf, quartier récent de l’histoire de Strasbourg

Le Neudorf représente presque un écosystème à part entière, qui représente peut-être le mieux le visage du Strasbourg moderne. Il fait honneur à son nom d’origine, puisque les plus fins germanistes d’entre vous auront remarqué, Neudorf signifie « nouveau village » dans la langue d’Angela Merkel. Alors que le quartier est aujourd’hui majoritairement résidentiel, son histoire n’a pas commencé tel quelle.

Le quartier du Neudorf était en fait réputé pour son humidité au 19ème siècle, ce qui ne favorisait pas l’implantation d’habitations. Il y avait bien quelques fermes et auberges datant du Moyen-âge, mais pas grand-chose à se mettre sous le toit. Mais à partir des années 1840, comme pour la Robertsau, l’endiguement du Rhin, et le creusement du canal de décharge de l’Ill en amont de Strasbourg mettent définitivement le quartier à l’abri des inondations. Pourtant, lors du siège de Strasbourg lors de la guerre de 1870, que l’on vous racontait ici, la partie nord du quartier fut inondée. On ne change pas les mauvaises habitudes.

Il reste encore du vert dans le Neudorf. © Nicolas Kaspar/Pokaa

Un village qui a progressivement changé de visage

Par la suite, comme de nombreux quartiers avant lui, le Neudorf change peu à peu de forme avec la venue du bâti. On maîtrise mieux le fleuve, on développe des voies ferrées et des installations portuaires et on inaugure en 1892, une gare et les ports du Heyritz et d’Austerlitz. Des noms aujourd’hui bien connus des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois.

En matière d’urbanisme, le Neudorf se développe énormément sous l’autorité allemande. Les arrivants dans le quartier sont pour la plupart très pauvres et les immeubles n’ont pas grand-chose de remarquable. Alors que de nombreux quartiers strasbourgeois ont vu leur progression s’arrêter dans l’entre-deux-guerres, le Neudorf continue lui son expansion, grâce à la création du Port Autonome en 1924. S’ensuit alors la construction de plusieurs grands blocs de logements sociaux le long de l’avenue Jean Jaurès, encore présents aujourd’hui. La Seconde Guerre mondiale viendra mettre un terme brutal à cet essor de quartier, détruisant pas moins de 300 bâtiments, qui ont dû être reconstruits, notamment le long de la route du Polygone.

Enfin, dans les années 60, le Neudorf n’est plus considéré comme étant dans la banlieue de Strasbourg et en devient un quartier à part entière. La réalisation du lycée Jean Monnet en 1965, du viaduc Churchill en 1967, du centre administratif de la Communauté urbaine (devenue Eurométropole au 1er janvier 2015) en 1976, du contournement sud en 1992, de la médiathèque en 1993, de la ligne A du tramway en 1994, en plus de la présence désormais du Rivétoile, de l’UGC, la Cité de la musique et de la danse… Tout cela comme de nombreux changements qui ont contribué à implanter davantage le Neudorf dans la vie des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois.

Un Neudorf divisé

Résultat des courses immobilières, on remarque bien que Neudorf est un quartier divisé, que ce soit en termes sociologiques, mais également en termes d’infrastructures immobilières. Si vous vous baladez dans l’ensemble du Neudorf et que vous prenez des photos, l’ensemble représentera davantage à un book de futur agent immobilier qu’à une vraie balade bucolique. Le quartier est foncièrement implanté dans la ville, et ça se sent. Il y a tout d’abord les Fronts du Neudorf, ou le côté bobo de la force. C’est un peu le « quartier du futur », gros chantier des précédentes mandatures. Quand on s’y promène, on y trouve le Rivétoile, l’UGC, la presqu’île Malraux, la Cité de la musique et de la danse, l’ensemble immobilier Black Swans… Tout cet ensemble représente une vraie pierre angulaire de la stratégie de la ville de Strasbourg pour le grand quartier Deux/Rives. Qui devra être complété par l’éco-quartier Danube mais également le développement du quartier Port-du-Rhin, comme la Coop, dont on n’a pour le moment peu d’informations. Selon les derniers chiffres de l’INSEE, publiés en 2020, le revenu médian moyen du Neudorf Ouest est de 23 551 euros.

Puis, lorsqu’on longe la ligne E et C du tram et que l’on s’enfonce dans le Landsberg, la composition immobilière change. Davantage de vieux immeubles, dans une partie est du Neudorf moins riche. Lorsque l’on observe les populations, il existe encore un vrai décalage entre la presqu’île Malraux et l’avenue Jean Jaurès. Si l’on pousse le chemin un peu plus loin, suivant la ligne D vers Aristide Briand plutôt que la C vers le Neuhof, on arrive à nouveau dans une partie très résidentielle, avec des commerces de proximité variés, un gymnase où l’on peut faire du sabre laser et des immeubles neufs. La proximité avec l’Allemagne joue beaucoup sur cette partie du Neudorf. Cette fois-ci, selon les derniers chiffres de l’INSEE, le revenu médian moyen de Neudorf Est est de 18 822 euros, soit un peu moins de 5 000 euros de moins par an que la partie ouest du quartier !

En réalité, les seules parties du Neudorf qui restent quelque peu enclavées sont le quartier de la Musau et, dans une moindre mesure, la route du Polygone rejoignant le Neuhof. C’est il est vrai nettement plus visible pour la Musau, qui contient le quartier Ampère, quartier prioritaire des politiques de la ville (QPV) au revenu médian très faible, situé à 7 490 euros/an, soit 624 euros/mois. Pour comparaison, le revenu médian du Neudorf Ouest Sud, la partie la plus riche du Neudorf, est de 25 470 euros/an, soit 3,4 fois le revenu du quartier Ampère ! Mais la route du Polygone, dont le chemin commence par regarder les immondes immeubles Tétris, est elle-aussi inaccessible directement en tram, résultant en une longue route, bardée des deux côtés par beaucoup d’immeubles anciens. Néanmoins, cela reste une partie assez vivant du Neudorf, avec sa place du marché notamment. Il faut néanmoins persévérer pour découvrir cette partie du quartier, plus proche du Neuhof que du centre-ville.

Un petit shoot de vert pour terminer

On a énormément vu d’immeubles lors de cette balade dans le Neudorf, quartier qui est définitivement la représentation de ce que Strasbourg est devenue dans son centre-ville, avec une verdure très peu présente et un ensemble très minéral. Néanmoins, heureusement, le quartier possède un très beau parc, celui du Heyritz, avec ses presque 9 hectares.

Près de l’eau, avec un ponton flottant où vous rencontrerez les ragondins les plus sexys de votre région ou des quais traversant la ville, il représente un véritable shoot d’air frais dans tout ce béton. On se prend à se poser les jours de soleil dans l’herbe pour se relaxer, que l’on soit dans notre pause déjeuner ou pour prendre l’air après une journée à l’hôpital. On peut aussi y courir, faire un parcours santé, mater les beaux bras du club d’avirons juste à côté ou rejoindre les quais pour prolonger le plaisir sportif. Bref, un moment de respiration en plein centre-ville, fort appréciée.

Le Neudorf est un quartier à composition multiples. C’est un quartier dynamique, vivant, avec beaucoup de nouveaux immeubles et de lieux de consommation. Mais également un quartier fortement bétonné et inégalitaire dans sa composition sociale et économique, où les différences de revenus se ressentent d’arrêt de tram en arrêt de tram. Neudorf était le village de Strasbourg, il en est désormais devenu sa représentation. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here