Pour les enfants, petits et grands, les films Star Wars ont fait rêver : qu’on ait eu envie de piloter le Millenial Falcon, de partir à l’aventure avec ses amis pour sauver la galaxie ou tout simplement de parler avec un ordre de mot un peu bizarre, Star Wars nous a inspirés, nous a fait rêver et nous a fait imaginer des univers au-delà de notre imagination. C’est notre enfance, notre adolescence et notre vie adulte aussi. Mais à Pokaa, on n’est pas que là pour rêver une énième fois devant la Guerre des étoiles, on est aussi là pour transpirer. Et ça tombe bien, puisque l’Académie de sabre Laser nous a accueillis ce jeudi 16 mai, de 20h à 22h. Sabres laser stylés, combats et ambiance (très) détendue étaient au programme. La force était-elle avec nous ? La réponse tout de suite dans Pokaa contre-attaque !

Académie de Sabre laser : Un nouveau sport

Cela peut paraître incongru, mais le sabre laser est désormais considéré comme un sport officiel. Lancé par la Fédération française d’escrime, dans une tentative de diversifier ses licenciés et de donner une image moins élitiste de la pratique de l’escrime, le sabre laser prend de plus en plus d’ampleur – il existe même un Open de sabre laser, qui se déroulera du 30 mai au 2 juin à Paris.

Loin de la capitale, nous sommes allés au Gymnase Aristide Briand, avec nos plus belles fringues de sport, prêts à en découdre. C’est là que l’on rencontre Fabien, maître Jedi de premier ordre. Mais attention, ses références ne sont pas celles de Star Wars, il est plutôt dans les allusions et références assez obscures.

Sous ses ordres, il a 11 apprentis Jedis depuis cette année, plus deux/trois autres qui viennent du club d’escrime, le tout allant de 17 à 51 ans. Deux femmes font partie de cette première cuvée de padawans. Pour une première année, c’est pas mal du tout. Ils sont cinq ce soir, plus Fabien. L’ambiance est très détendue, surtout qu’à Pokaa, on n’est pas venu pour sucrer les fraises.

L’échauffement contre-attaque

Les sabres laser attirent toute notre attention, il faut dire qu’ils sont quand même très stylés. Comme nous l’affirme Fabien, il faut en moyenne 130 euros pour un sabre de première main. Certains sont déçus qu’ils ne fassent pas de bruit, mais on a tous les yeux de grands enfants. Très vite, les camps se forment : les Jedis d’un côté, les Sith de l’autre. On est chaud, on veut y aller mais…

…avant de passer à la baston – on est très bourrin à Pokaa – il faut bien s’échauffer. On commence classique par étirer tout notre corps pour éviter tout faux mouvement. Sabre en mains, on échauffe nos poignets, nos hanches et nos jambes. Certains montrent l’étendue de leur absence de souplesse – moi notamment. Puis on passe à la deuxième étape de l’échauffement : Fabien donne à chaque équipe des languettes. Le but ? Les retirer à l’autre équipe. 3, 2, 1… courrez !

Très vite, certains Siths font preuve de sournoiserie en attaquant à plusieurs. Le côté lumineux de la Force ne trouve pas de solution à cette attaque orchestrée par Palpatine lui-même et c’est une défaite cuisante. En plus, il fait chaud, les organismes sont touchés : les visages deviennent aussi rouges que les sabres du côté obscur.

La Marche du Jedi

Vous ne le savez peut-être pas, mais avant d’apprendre à combattre, il faut apprendre à… marcher ! Fabien nous apprend donc les pas des Jedis, toujours dans une ambiance rendue décontractée par la dissipation de la Pokaateam. On apprend donc à glisser – sans utiliser la Force, ça c’est pour la deuxième leçon –, puis à se déplacer en trois temps. Première observation ; se déplacer c’est quand même très compliqué. Le manque de coordination des jambes se fait sentir chez quelques apprentis, ce qui fait croire à Fabien qu’ils n’écoutaient pas alors que pas (vraiment) du tout !

Une fois cela (plus ou moins) enregistré, on passe donc aux attaques ! Frémissement de joie dans l’assemblée : on est venu pour tâter du sabre laser, les choses sérieuses vont enfin commencer ! Fabien nous apprend donc différentes attaques, dont les plus simples. Avec néanmoins une règle d’or : toujours faire passer l’arme entièrement derrière son corps avant de porter une attaque ! Personnellement j’ai du mal à comprendre du premier coup, il faudra qu’un apprenti Jedi m’explique plus en détail pour que j’ai enfin les bases d’attaque.

Maintenant que tout le monde est prêt, on commence à faire des combats. Gentiment bien entendu, le but n’est pas de taper (trop) fort. On enchaîne les attaques avec les déplacements et on se rend très vite compte qu’on n’est pas tous très coordonnés au niveau pieds/bras. Parfois le bas du corps choisit de faire quelque chose d’un côté et le haut du corps n’en fait qu’à sa tête. Qu’importe, la Pokaateam met suffisamment d’entrain pour excuser quelques maladresses !

La Menace des masques

Vient désormais le moment des combats officiels. Les apprentis Jedis commencent à s’habiller : protections pour le torse, les bras et genouillères sont de sortie. Mais ce sont surtout les masques qui retiennent mon attention : seuls, ce ne sont que des masques d’escrime classiques. Mais avec toute la tenue, tu as plus l’impression d’avoir la Montagne de GoT façon hockeyeur que Dark Vador. Bien que la voix qui en ressorte est assez similaire.

Certains ont la tête trop grosse pour rentrer dans les masques d’escrime et doivent donc combattre le visage découvert. Fabien, bien décidé à éduquer la dissidente Pokaateam affronte deux membres à la fois, dans un remake de Darth Maul contre Obi-Wan et Qui-Gon. S’il maîtrise plutôt bien ses adversaires le maître Jedi est tout de même touché plusieurs fois par un Ewok passé du côté obscur de la force et fervent amateur de bagarre. Tout le monde s’amuse bien, et on ne va pas se mentir : ça fait du bien de taper !

L’Attaque des padawans

Une fois qu’une bonne partie de notre énergie a quitté notre système, on s’assoit pour assister à un combat de padawans. Fabien en profite pour nous expliquer les règles d’un tel combat – et non, ce n’est pas à celui qui tapera le plus fort :

  • Le combat dure trois minutes, non-stop
  • Si on touche la main ou la poignée d’arme, c’est un point. Les bras ou les jambes, c’est trois points. Enfin, le torse ou la tête c’est le jackpot : cinq points
  • Le premier combattant à 15 points l’emporte
  • Si les deux adversaires sont à égalité à dix points partout, c’est la mort-subite – et je ne parle pas de la bière.

Le combat défile assez rapidement, un adversaire étant au-dessus, déclenchant même des « wow » dans l’assemblée, grâce à ses attaques spéciales. Bien entendu, puisqu’à Pokaa nous sommes de grands gamins, nous faisons les bruitages. Si une personne confond le bruit des sabres lasers avec ceux d’un blaster, cela rajoute un peu d’ambiance et tout le monde s’amuse bien.

La Revanche du sport

Alors que tout le monde se disperse, pour se battre, prendre des photos ou faire des chorégraphies, je reste avec Fabien et une autre reporter de l’extrême pour avoir deux/trois autres informations. Fabien a d’abord une formation d’arts martiaux traditionnels japonais. Plus que Star Wars, c’est sa passion du cinéma japonais et chinois, et notamment les films d’arts martiaux qui l’a poussé dans cette voie. Pas vraiment sportif à la base, il veut, à travers la pratique du sabre laser, rendre le sport accessible, casser la barrière du sport.

Le tout dans un respect – on ne se défait pas de sa formation d’arts martiaux – et de sécurité, en laissant une place tout de même majeure à la détente et à l’amusement. Les combats sont mixtes et pour ceux qui n’aiment pas le contact – où quand leurs collègues leur tapent dessus – c’est également possible de faire des katas, à savoir de la chorégraphie et des gestes ultra classes, le tout sans contact. Les entraînements sont tous les jeudis soir de 20h à 22h, alors venez essayer !

On a sué, on s’est battu et on s’est cru dans Star Wars pendant une soirée et ça n’a pas de prix. Notre âme d’enfants a réellement été comblée, dans une ambiance très agréable de passionnés. Si la Force n’était pas dans tous les membres de la Pokaateam, le Réveil des courbatures a lui été assez violent ! Les derniers survivants sont ensuite allés boire une bière pour célébrer une bien belle soirée. Alors n’hésitez pas, puisque l’ascension du sabre laser  ne fait que commencer…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here