Ah la belle vie estudiantine ! Les bancs des amphis, les soirées organisées par les BDE, les examens, la colocation, un portail ENT des années 90, les bières de la cafet’, du temps (non, avec 16h par semaine en fac de psycho, t’es pas overbooké), des rencontres, des soirées (le week-end de 7 jours) et bien d’autres plaisirs. Mais comme ta mère le disait : dans la vie, on ne peut pas tout avoir, le beurre, l’argent du beurre et … La THUNE ! Il manque donc bien souvent un ingrédient principal à la recette de ton bonheur : le blé, la maille, les sou-sous, le fric, le pèze, le flouze, les pépettes bref, t’as compris. Heureusement, ne t’inquiète pas, on est là pour te refiler les bons plano radinerie mon bon pingre ! Grosse promo sur les conseils, liquidation totale même ! Si tu veux savoir comment te loger, te nourrir, ou encore sortir à prix riquiqui, cet article est fait pour toi. 


1. Trouver son nid douillet sans devoir faire un prêt

Pour s’en sortir sans avoir à habiter dans un logement insalubre, il existe plusieurs solutions :

  • Les bonnes vieilles résidences

Partenaire des étudiants depuis 1854 (c’est faux.), les résidences étudiantes du CROUS ou bien d’entreprises privées, restent sans doute un incontournable si tu ne peux pas claquer toutes tes thunes dans ton loyer. En règle générale, elles proposent des chambres ou des studios meublés avec tout à disposition. Les prix varies souvent entre 150 et 600 euros, selon ta situation (boursier.e ou non par exemple) le nombre de m2, l’emplacement, etc. À toi de trouver celle qui te convient. Le CROUS en propose treize.

Il existe d’autres résidences, proposées par des organismes privés. Certaines sont loin d’être dégueu et propose parfois beaucoup de services en plus.

Crédits photos : Caroline Alonso.
La résidence Winston 2, dans le quartier de l’Esplanade.
  • La coloc

Partager les frais, c’est souvent une bonne idée pour réduire la note. Il existe de nombreux sites, mais pour les plus connus : leboncoin.fr tu connais, la carte des coloc : ici et et par là et le groupe Facebook Strasbourg : colocation, location, appart, bon plan, t’aiguilleront dans tes recherches.   

  • Habiter en solo : les quartiers les moins chéro 

Bon, le principe est plutôt le même pour chaque ville : plus tu t’éloignes du centre, plus ton loyer baisse, plus tu t’en rapproches, plus ça fait mal. Et avec la flambée des prix de l’immobilier à Strasbourg, ce n’est pas près de s’arrêter. Ainsi, même s’il existe des exceptions, ton loyer sera bien souvent plus élevé si tu choisis d’habiter dans le quartier de la Petite France, de la Krutenau ou encore de l’Orangerie. Mais tu dénicheras des loyers moins chers dans le quartier gare, celui de l’Esplanade ou au Neudorf. Ne t’inquiètes pas, à Strasbourg, tu n’es pas le seul étudiant à galérer. Il faudra donc t’armer de patience.

  • L’étape Valérie Damidot

C’est une chose d’avoir enfin trouvé la perle rare, mais encore faut-il réussir à le remplir cet appart. Un matelas au sol et un bureau, c’est un peu short. Pour ce faire, rien de mieux que de parcourir les brocantes. Tu peux chiner ici, la brocante la plus proche de chez-toi ou bien découvrir notre sélection pour chiner du meuble vintage à proximité de Strasbourg.

Crédit Photo : Polychrome Clockwork Orange

Par ailleurs, Emmaüs reste toujours un bon plan ! C’est un peu excentré, mais il y a un bus qui part de la gare (ligne 2 Elmerforst) et qui te déposera à 4 minutes à pied. Enfin, la Recyclerie, située dans le quartier de l’Esplanade, est une boutique solidaire qui reprend des objets et les propose à prix très abordable. Tu y trouveras des ustensiles de cuisine, du petit électroménager, de la déco et pleins d’autres trucs utiles.

Crédit Photo : Coraline Lafon


2. Manger pour une bouchée de pain

  • Les resto U

Cette bonne vieille cantoche étudiante pour un repas équilibré comme s’il était préparé par ta maman. Tu peux y manger un menu complet (entrée plat, dessert) pour environ 3 euros. Ils sont listés juste ici.

  • Les paniers repas

L’association pour la Solidarité Étudiante en France de Strasbourg (ASEF) distribue des paniers repas aux étudiants en difficultés. Pour en bénéficier pas besoin d’être boursier, mais il faut apporter un justificatif du statut étudiant, une photo d’identité et un justificatif de revenu (avis d’impôt ou quotient familial). Si tu corresponds aux critères et que tu fais la démarche, tu auras accès à un panier pour un prix imbattable de 2 euros ! Les distributions, c’est tous les mercredi de 17h à 19h, au centre Bernanos, dans le quartier de l’Esplanade.

  • La Deutchland

Tu t’en rendras compte assez vite, la proximité avec la frontière allemande offre plusieurs avantages et surtout d’un point de vue économique. En 25 min minutes de tram, tu auras accès à un tout autre monde, qui te permettra entre autres, de faire tes courses à prix mini. Pas mal de produits, sont moins chers qu’en Frankreich comme les Zigaretten, les Kosmetika, les Reinigungsprodukte et une bonne partie des Lebensmittel que tu consommes. Oui, pour la traduction, tu te débrouilles. De toute façon, va falloir t’y mettre. Pour les végétariens ou les vegans, les prix peuvent parfois être jusqu’à 3x moins chers pour certains produits et il y a davantage de choix.

  • Joue la à l’ancienne

Pour les produits frais, les marchés sont toujours une bonne option. Pour trouver celui près de chez-toi c’est par là.

Gentils comme on est, on avait aussi concocté un article sur les endroits où faire ses courses quand t’as pas un kopeck à dépenser. Au menu, plusieurs paniers de légumes savoureux ou encore une application anti-gaspi.


3. Bouger son boule sans avoir à vendre un rein

  • Le vélo

Éternel destrier des Strasbourgeois, une fois adopté, il sera ton meilleur ami. Le meilleur conseil ? Ne pas prendre le splendide nouveau modèle à 1500 euros. Strasbourg, c’est aussi la capitale du vélo volé. Un mémorial est même prévu à cet effet. Alors, mieux vaut ne pas trop attiser l’envie et mettre le prix pour un bon cadenas. Pour en prendre soin, il existe des associations comme Bretz’selle ou en devenant adhérent pour 17 euros par an, on t’aide à réparer toi-même ton vélo avec des formations, des conseils et tous les outils à disposition. 

Ce qu’il risque de lui arriver…
Crédit Photo : Chloé Moulin
Âmes sensibles s’abstenir.
Crédit Photo : Vivien Latuner
  • Les transports

Pour le train, la carte Primo de la Sncf te permettra d’avoir -50 % en semaine et -70 % le week-end sur tous tes trajets dans les Grand Est. Elle coûte 20 balles et c’est réservé au moins de 26 ans. Pour les vieux, il y a la carte Presto, mais elle coûte 10 euros de plus et les réductions ne sont pas exactement les mêmes. Donc évite d’être vieux.

Pour circuler en tram ou en bus, tu peux te procurer la carte Badgeo. Dessus, il est possible de charger simplement un ou plusieurs aller ou bien payer un abonnement au mois ou à l’année. De 18 à 25 ans, l’abonnement te coûtera 27.60 par mois. Le tips en cas de dèche : la Cts prévoit aussi une tarification solidaire, donc des réductions en fonction de ta situation financière. Le prix varie selon ton quotient familial et peut donc baisser jusqu’à 3.40 par mois. Viens voir par là, tout est expliqué.


4. Picoler sans se ruiner

Honnêtement, pour cette partie-là, on te laissera découvrir un peu par toi-même. À Strasbourg, il existe une multitude d’endroits sympa où tu peux t’abreuver à prix réduit et ils sont nombreux à être répertoriés ici.

Mais comme on est mignons, voici déjà un annuaire non-exhaustif des bars strasbourgeois pour dénicher une pinte à un prix pas trop chéro.

Sinon, la Schloukmap répertorie tous les bars avec Happy Hour à Strasbourg et te propose de les trier par prix. 


5. Profiter des avantages de la jeunesse et économiser

Vite. Des réducs avant d’être vieux. 

Depuis l’année dernière, tous les étudiants qui règlent au moment de l’inscription (ou sont exonérés) la contribution vie étudiante et campus ont directement le droit à la Carte Culture. Elle permet d’obtenir des réductions sur énormément de choses comme les musées, des spectacles ou encore au ciné.

Si tu veux découvrir les musées de la ville, saches que leur visite est gratuite chaque premier dimanche du mois. Mais il existe aussi un Pass’Musées, qui te permettra de partir à la conquête de près de 320 musées, situés en Alsace, en Franche-Comté, en Lorraine, en Suisse, ou encore en Bade-Wurtemberg. Pour plus d’informations, c’est ici.


6. Enfiler tes habits de lumière pour pas cher

La ville compte plusieurs friperies qui te permettront de dénicher de la sappe pour une bouchée de pain. Parmi elles, on trouve la boutique solidaire de l’ONG internationale Oxfam, le Centre social protestant, la boutique Froc’nroll, ou bien le mythique Léopard. Pour une liste plus complète, c’est par là !   

Et pour ceux qui ont horreur des vêtements de seconde main, et qui préfèrent les grandes enseignes, il y a toujours H&M, Uniqlo et bientôt Primark comme on vous l’avait annoncé ici !

Friperie le Léopard.
Crédit Photo : Coraline Lafon


7. Pas besoin de crédit, pour vivre ta meilleure vie

L’entraide à Strasbourg, elle passe beaucoup par les réseaux sociaux. Voilà pourquoi, adhérer à certains groupe Facebook t’ouvriront à toute une communauté. Le groupe Étudiants de Strasbourg compte près de 54 430 membres. Alors certes, tu y trouveras un grand nombre de recommandations pour le Morfal. N’y cèdes pas. Mais aussi de nombreux conseils et des membres prêts à répondre à n’importe laquelle de tes questions.

Le dispositif « Strasbourg aime ses étudiant.e.s » mis en place par la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg est quant à lui spécifiquement prévu pour aider les étudiants à s’intégrer. Le site internet regorge d’informations essentielles pour tous ceux qui débarquent dans la ville pour y faire leurs études.

Rejoindre le groupe Sharing is Caring – Strasbourg, peut s’avérer bien utile. C’est une communauté solidaire de partage. Aucune vente ou achat n’est toléré en post, seulement des dons ou des échanges.

Enfin, si tu veux te tenir au courant quotidiennement des bons plans, tu peux toujours suivre Pokaa sur Instagram. En plus des magnifiques clichés en publications, tu y retrouveras toutes nos vidéos dans l’IGTV et notre Point Info en musique dans la story du jour !





*Soutenu mais non relu par « Strasbourg aime ses étudiants« .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here