Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

À la découverte du Fort Rapp-Moltke, qui a défendu Strasbourg pendant un siècle

5.8k Lectures
Publicité

L’Alsace, grâce à son histoire riche, regorge de lieux culturels et de vestiges d’un autre temps. Lors de son annexion par l’Allemagne après la défaite de 1870, plusieurs forts ont été construits dans le but de défendre Strasbourg. Aujourd’hui, on vous emmène découvrir l’un d’entre eux : le fort Rapp-Moltke. 

Niché dans une petite forêt au bord de la départementale entre Souffelweyersheim et Reichstett, se trouve le Fort Rapp Moltke. Construit par les Allemands, sur ordre du général prussien Helmuth Karl Bernhard von Moltke, après la chute de Strasbourg entre 1872 et 1874 , le fort fait partie de l’ensemble des 14 fortifications réalisées en Alsace.

Fort Rapp
Le fort Rapp-Moltke s'étends sur plusieurs hectares © Anthony Weissmuller

Initialement, pas moins de 36 forts devaient protéger la ville de Strasbourg. Mais, pour des raisons financières, seuls 14 furent finalement construits, tous sur le même modèle : celui de type Biehler, ingénieur prussien.

Leurs objectifs sont simples : défendre Strasbourg face à d’éventuelles manœuvres françaises, dont le but était de récupérer les territoires annexés, protéger les voies de communications, servir de refuge pour un éventuel repli des troupes et de s’appuyer mutuellement entre eux, car chaque fort est situé à une distance allant de 1800 à 4 000 mètres des autres.

Fort Rapp
La porte d'entrée du Fort Rapp-Moltke est d'origine © Anthony Weissmuller

Un fort pour les protéger tous

Le fort Rapp Moltke de Reichstett a donc été construit par les Allemands. Dans le but de défendre Strasbourg, il était équipé de plusieurs canons orientés plein nord dont les tirs pouvaient atteindre 8 kilomètres de portée. Pour vous donner une idée, les tirs pouvaient toucher, depuis Reichstett, des villages comme Brumath, Eckwersheim ou encore Gambsheim !

Fort Rapp
© Anthony Weissmuller

Il fut ensuite utilisé comme entrepôt et camp de prisonniers durant la Première Guerre Mondiale, puis rebaptisé fort Rapp par les Français en 1918, en l’honneur du général Jean Rapp, natif de Colmar.

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, il fait partie de la ligne Maginot, la ligne de fortifications française construite le long de ses frontières belges, luxembourgeoises, allemandes, suisses et italiennes. Lors de sa reprise par les Allemands, le fort fût une nouvelle fois utilisé comme un dépôt d’armes et de munitions. Il fut déclassé par l’armée en 1968.

Depuis les année 1990, le fort appartient à la marie de Reichstett, qui l’a racheté au ministère de l’Intérieur, sous l’impulsion du maire de l’époque Claude Marti, avec l’aide de Catherine Trautmann, alors maire de Strasbourg.

Fort rapp
Le fort comporte deux étages © Anthony Weissmuller

Lier le passé et le présent

Depuis plusieurs années, il est désormais possible de visiter le Fort Rapp-Moltke grâce au travail de réhabilitation de l’association Patrimoine et Histoire. Il est ouvert au public d’avril à septembre, les deuxièmes et quatrièmes dimanches des mois. Il faut compter 5 euros à partir de 12 ans pour 1h30 de visite guidée. Un musée avec des pièces historiques datant des différentes guerres, ainsi que des copies des plans de construction d’époques, sont également à découvrir sur place !

Justement, Rüdiger Störk, président de l’association Patrimoine et Histoire et ancien membre des forces spéciales allemandes, nous accueille devant le pont-levis en bois, derrière les grilles à l’entrée du fort, pour une petite visite du lieu.

« C’est simple, mais efficace », sourit Rüdiger, en nous montrant le puits et les deux grandes citernes qui permettaient l’approvisionnement des 600 à 800 soldats vivants dans le fort.

Ce dernier est construit sur deux étages : il compte environ 120 salles et a été électrifié en 1908. Il est parfaitement symétrique, aussi bien dans la disposition des salles que dans les systèmes de défense rapprochés. Nous nous enfonçons dans le fort en suivant les longs couloirs typiques de ces constructions. Tour à tour, nous passons dans ce qui était l’étable puis les salles d’alertes, où les soldats étaient prêts à partir au combat.

La restauration entreprise par l’association permet aujourd’hui encore de voir plusieurs salles « type » de la vie du fort : la cuisine centrale, la boulangerie, un dortoir dans lequel pouvait se reposer 45 soldats ainsi que l’infirmerie. Beaucoup de lieux, pour la plupart interdits à la visite, permettaient également de stocker des tonnes de munitions, qui ont été au fur et à mesure retirées après la Seconde Guerre Mondiale.

Le fort abrite également d’autres associations comme Atouts gaz, qui retrace les origines, les usages et les techniques liés à l’exploitation du gaz en Alsace, ou encore un musée sur le thème est l’école, avec des reproductions à l’identique de salles de classe alsaciennes d’époque.

Enfin, des soirées avec des concerts sont parfois organisées au Fort Rapp lors des beaux jours.

Établissement

Fort Rapp-Moltke 

Quoi ?

Idée de visite

Quand ?

21 Jan. 2023

où ?

Rue du général de Gaulle 67116 Reichstett

Plus d'infos ?

Le site 

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Histoires et secrets d'Alsace"

À la une

À la découverte du Fort Rapp-Moltke, qui a défendu Strasbourg pendant un siècle

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Histoires et secrets d'Alsace”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !