Il arrive tout bientôt et avec lui son flot de touristes, déambulant entre les chalets et envahissant les ruelles. C’est le marché de Noël. Voici donc une liste non-exhaustive de choses à faire avant le 25 novembre, pour profiter encore un peu de Strasbourg avant le lancement officiel du traditionnel Christkindelsmärik.


Se balader à vélo sur la Grande Île

Chaque année, le marché de Noël entraîne la venue de près de 2 millions de touristes à Strasbourg (bon, pas en 2020, mais avant). Avec un centre-ville d’une superficie de 94 hectares selon l’UNESCO, cela revient à deux touristes au mètre carré sur la Grande Île. En pratique, il n’y a jamais autant de monde en même temps. Faire du vélo à cette période est donc une idée à laquelle beaucoup de Strasbourgeoises et de Strasbourgeois renoncent. Et on comprend pourquoi. Alors en attendant : profitez-en !


Prendre un café à la petite France

Petites rues pavées, maisons à colombages et parfum de tartes flambées : la Petite France est le quartier pittoresque et typique par excellence. Avec une notation de 4,5 sur 5 sur TripAdvisor, elle est qualifiée de « Must See » par de nombreux sites touristiques. Et qui dit touristique, dit impraticable en période de marché de Noël. Alors y prendre un café, s’imprégner de l’histoire et des bâtiments pour certains vieux de plus de quatre siècles, c’est plutôt une bonne idée… Mais avant le 25 novembre !

>> À lire ou relire : Tanneurs, touristes et syphilis : des nouvelles de la Petite France


Dire coucou à la cathédrale

Notre-Dame-de-Strasbourg, l’attraction touristique la plus en vue de la ville. Elle est belle, elle est grande et pourtant, on ne s’y arrête parfois même plus. Achevée en 1439, son unique tour surplombe la ville et fait d’elle la seconde cathédrale la plus haute de France. Dans son style roman et gothique et son grès emblématique, Notre-Dame est ouverte du lundi au samedi jusqu’à 17h45, et de 14h à 17h15 les dimanches et jours fériés. Sa visite est gratuite, mais pour monter en haut ou voir l’horloge astronomique, il faut prendre un ticket (sauf les premiers dimanches du mois ! ).

>> À lire ou relire : 9 mystères de la cathédrale de Strasbourg que seuls les guides connaissent


Visiter les musées du centre-ville

Quitte à s’arrêter visiter la Cathédrale, autant s’arrêter un peu plus longuement et aller dire bonjour aux nombreux musées adjacents, qui risquent d’être pris d’assaut dans les prochains temps. Celui de la Fondation Notre Dame si on veut rester dans le thème, expose des parties de la Cathédrale et plus largement des œuvres de l’art alsacien de l’époque romane (début du 11ème siècle) à 1681. L’entrée coûte 6,5 euros en tarif plein, 3,5 euros en tarif réduit.

À quelques mètres à sa droite, le 5ème lieu. Musée interactif, le premier étage est un parcours dans Strasbourg à travers les époques : habitations, urbanisme, rapport entre la ville et le fleuve. Au deuxième étage, le cabinet des estampes et des dessins : plus de 150 000 œuvres sur papier datant de la fin du 15ème siècle au milieu du 19ème. Pour y accéder, il faut prendre rendez-vous (mais c’est gratuit).

Enfin sur la place du château, le palais Rohan accueille depuis toujours le musée archéologique, le musée des arts décoratifs et le musée des Beaux-Arts. Ils font, comme le musée de l’œuvre Notre Dame, partie des musées strasbourgeois et sont accessibles au même prix. Un billet un jour ou trois jours existe également – 12 ou 18 euros.


Flâner place Kléber / place Broglie

La première accueille déjà le grand sapin de Noël. Mais il est encore temps de s’y assoir et de regarder les piétons passer avant que des milliers de touristes foulent les pavés. Un peu moins bien notée que la Petite France sur TripAdvisor (4 étoiles sur 5), cette place tient son nom du général Jean-Baptiste Kleber, qui fait carrière dans l’armée mais est également architecte de temps à autre (à Belfort entre 1788 à 1792 par exemple). Après avoir pris la tête de l’armée française en Égypte, ce Strasbourgeois meurt au Caire en 1800, et sa dépouille est ramenée à Strasbourg sous le règne de Louis 18.

>> À lire ou relire : Elles sont partout, les statues à Strasbourg. Mais qu’ont-elles à nous raconter ?

La seconde prolonge le parvis de l’Opéra. Avec son stand de crêpes et ses arbres symétriques, la place Broglie accueille une grande partie du marché de Noël.

>> À lire ou relire : Mystères de Strasbourg : pourquoi devrait-on dire place « Breuil » plutôt que « Broglie » ?

© Anne Mellier / Pokaa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here