Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Ils sont 18 : ces projets éphémères qui vont changer Strasbourg dans l’année à venir

11k Lectures
Publicité
Publicité

La municipalité écologiste souhaite redéfinir progressivement notre espace urbain. En accentuant les mobilités douces, en accélérant sur la ZFE, mais également en permettant à de nombreux projets éphémères de prendre place en ville. Dans le but de se questionner sur nos usages du quotidien, mais également en travaillant avec différents acteurs pour que la ville appartienne à toutes et tous. À partir de ce mois d’octobre a débuté une période d’expérimentations sur les usages éphémères de la ville. Et cela, avec 18 projets.

La rue du Jeu des Enfants qui reprend des couleurs, la rue Sainte-Madeleine qui organise des nocturnes, les événements de Stras Food Family… Les acteurs strasbourgeois ne manquent pas d’idées lorsqu’il s’agit d’innover dans l’espace public. Et il semblerait que la Ville s’en inspire. Lors du conseil municipal de juin dernier, elle a en effet voté le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt « Usages éphémères de la ville ». Grosso modo, elle a pu sélectionner dix-huit projets ayant pour but de « réinvestir l’espace public et poser un regard neuf sur une place ou un quartier », comme le précise le dossier de presse.

Coût total de l’opération ? 220 000 €, auxquels s’ajoutent 80 000 € de crédits inscrits au budget de la direction de la culture. Désormais, débute une année d’expérimentations de l’espace public. Avec du street-art, des espaces de repos et même de dialogues entre toutes les générations de Strasbourgeoises et Strasbourgeois. Dans les quartiers les plus connus, comme dans ceux les plus populaires. La Ville a organisé une conférence de presse afin de mettre en avant les projets, et notamment celui près de l’église du Temple-Neuf. Vous pouvez d’ailleurs tous les retrouver, sur cette carte interactive. On vous les présente.

© Pokaa


Des espaces de repos et de contemplation place du Temple Neuf

C’est le projet participatif phare de la Ville de Strasbourg, principalement parce que c’est celui qu’elle a décidé de mettre en avant. Un projet nommé « Oasis » et porté par l’association Les nouveaux voisins. D’avril à juillet 2022, Strasbourgeoises et Strasbourgeois pourront ainsi profiter de grands bancs circulaires, avec de grands dossiers très larges, pour basculer à la renverse, profiter et regarder l’église sous l’ombre des arbres. Une façon de « reconnecter l’homme à son environnement », selon Salem Drici, élu en charge de la Grande-Île, lors de la conférence de presse organisée le 15 octobre dernier. 

Petit hic néanmoins pour certains : la place du Temple Neuf est également un parking. Quid alors des voitures en moins ? Pour le moment, la Ville n’a pas encore communiqué sur combien de places de stationnement seront enlevées. Selon une commerçante du quartier venue participer à la conférence de presse néanmoins, le nombre pourrait aller autour de la quinzaine. De toute façon, comme le précise Joël Steffen, adjoint au tourisme, cela aura un « impact sur les habitudes. Ça les bouscule un petit peu évidemment. De cela, nous en sommes parfaitement conscients. » Avant de profiter de la quiétude d’une place trop souvent rythmée par le bruit des voitures néanmoins, il va falloir passer par de nombreux débats. La voiture, un sujet sensible à Strasbourg.

Où ? Place du Temple Neuf / Quand ? D’avril à juillet 2022



La rue des Tonneliers devient « bienveillante »

On vous en a parlé il y a un peu moins d’une semaine : l’association des commerçants de la rue des Tonneliers accueille l’équipe de podcasts vidéos Non Toxic. Ensemble, ils réquisitionnent l’espace public avec un slogan : « Soyons fiers d’être sensibles, ça transforme le monde et la ville. » Le but : créer de façon éphémère une rue bienveillante. Qu’est-ce que cela signifie ? Axer les événements sur les thèmes de la sensibilité et de l’hypersensibilité. Exposition de portraits de commerçants et d’habitants de la rue des Tonneliers, moments musicaux autour de la santé mentale… Tout le mois d’octobre sera doux, bienveillant et authentique. Parce que Strasbourg en a bien besoin.

Où ? Rue des Tonneliers / Quand ? Tout le mois d’octobre

© Pokaa


Un itinéraire artistique et poétique et une déambulation artistique

Pas trop loin de là, dans une partie cosy de la Krutenau, l’asso des créateurs du Générateur se pose quartier Sainte-Madeleine pour inviter les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois à déambuler. En d’autres termes, créer, de manière participative, du mobilier urbain éco-conçu, des œuvres artistiques sur place, une signalétique pratique et poétique avec les habitantes et les habitants, commerçants, les scolaires et les différents usagers du quartier

Par ailleurs, l’asso aura également un autre projet, nommé « Il est temps de se balader en culottes ». Pour célébrer l’arrivée du printemps sur les quais, et les petites mousses qui se remplissent de bonheur aux premières lueurs du soleil, Cécile Roque, Pauline Angotti et la Maison Marley créeront une déambulation. Elles seront accompagnées par trois artistes performeuses indépendantes : Antoinette, Cindy et Eugénie. 

Où ? Quartier Sainte-Madeleine/Quai des Bateliers / Quand ? D’octobre à juin 2022/Printemps 2022

© A.Me / Pokaa


Street-art et habitat solidaire temporaire à l’Elsau

Fidèle à sa volonté de ne pas limiter les projets au centre-ville strasbourgeois, la municipalité a également choisi plusieurs projets inscrits dans les quartiers prioritaires des politiques de la ville (QPV). L’un d’entre eux se tient ainsi à l’Elsau, et puise ses racines dans l’histoire du quartier, très orienté street-art. Avec « En communs », la Compagnie Lu2 projette en effet des interventions artistiques articulées à une initiative d’habitat solidaire temporaire, portée par l’association Caracol et en partenariat avec le bailleur CDC Habitat. Dès le mois d’octobre, le projet tient à aller vers les habitants du quartier et prévoit l’embellissement des espaces communs par des œuvres de street art et scénographies. Le projet durera jusqu’en 2023, le temps d’essayer plusieurs choses.

Où ? Rue Watteau, Elsau / Quand ? D’octobre 2021 à 2023

© Nicolas Kaspar/Pokaa


La fresque de la Grenze

On ne la présente plus depuis le temps qu’elle rythme nos étés derrière la gare. La Grenze aura deux projets distincts pour renouveler l’espace urbain. Le premier prendra la forme un appel à projet auprès des artistes strasbourgeoises et strasbourgeois, afin de sélectionner l’un/l’une d’entre eux pour réaliser une œuvre qui mettra en valeur la façade du bâtiment du 23 rue Georges Wodli.

Où ? La Grenze, 23 rue Georges Wodli

Quand ? Printemps 2022.

© Bastien Pietronave / Pokaa


Sept fresques de Dan 23 pour nous sensibiliser à l’écologie

Lui-aussi, on ne le présente plus, et on l’a fait ici. Arpenteur des rues de Strasbourg depuis des années, Dan 23 va réaliser sept fresques différentes dans toute la ville. Toutes sur le thèmes des défis de l’écologie. En novembre, une page Facebook sera créée pour présenter celles et ceux qui font grandir la conscience écologique à Strasbourg. Ensuite, entre novembre et février, six axes de réflexion seront identifiés et six premières fresques seront peintes sur du mobilier urbain pour informer les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois sur les enjeux sociétaux liés à l’écologie. Ainsi que ses acteurs et actrices locaux. En mars 2022, une dernière fresque sera réalisée. On a hâte de voir ça.

Où ? Dans tout Strasbourg / Quand ? De novembre 2021 à mars 2022

Par Dan 23 ©Tamara Leroy / Pokaa


Récupération de l’eau et intelligence artificielle

À Strasbourg, la question de l’eau, particulièrement lorsqu’elle est liée à celle de la végétalisation des places minérales, ne cesse de faire débat. Ainsi, le bureau en design Yoland souhaite réaliser un prototype de mobilier urbain pour récupérer et traiter l’eau de pluie en réponse à la végétalisation de la ville et au développement des jardins urbains. L’envie à terme ? Proposer une valorisation de la ressource issue des eaux pluviales qui ne se trouvent pas ou trop peu capitalisées en zone urbaine. Pour l’instant néanmoins, le lieu de l’expérimentation n’est pas encore défini.

Pendant ce temps d’attente, le bureau de créatifs se concentrera sur son autre projet. Celui-ci portera sur l’intelligence artificielle. En effet, d’avril à juin 2022 à L’Ancienne Douane, Yoland proposera un dispositif numérique de dessin en temps réel qui traduira, par le biais d’une machine, un contenu graphique développé par plusieurs artistes. En d’autres termes, la machine et l’interface utilisateur pourront interpréter les éléments graphiques soumis afin de les retranscrire en images directement dans l’espace. On ne comprend pas grand chose, mais on est intrigué. Surtout vu l’emplacement de l’Ancienne Douane.

Où ? Lieu pas encore défini/Ancienne Douane / Quand ? Novembre 2021 à juillet 2022/Avril à juin 2022

Vue de l'Ancienne Douane sous le soleil
© Nguyễn Mai Trang – Own work – CC BY-SA 4.0


Un spectacle au Graffalgar et sur les murs de la ville

La fourmilière de vie et d’idées du Graffalgar revient sur le devant de la scène avec le spectacle « Hotel Dance Room ». Déjà présenté l’année dernière, le petit bébé de la compagnie Osmosis présentera un parcours, des projections, des œuvres et des expériences immersives dans et autour du Graffalgar. Les spectateurs pourront ainsi vivre un spectacle d’une durée de 20mn, tandis que les Strasbourgeoises et Strasbourgeois qui lèveront la tête apercevront cette rencontre sur les murs de la ville.

Où ? Rue Déserte, rue de la Course, petite rue de la Course et rue du Maire Kuss / Quand ? Samedi 20 novembre, de 16h à minuit

L'intérieur de l'hôtel Graffalgar
© Bastien Pietronave/Pokaa


Interroger la place des piétons dans le quartier de Koenigshoffen

De mars à mai 2022, le collectif d’architectes Atelier NA amènera les habitantes et habitants du quartier Koenigshoffen à détourner des éléments de signalétique urbaine. Le but du projet « Propriété publique à la rue Kurnagel » ? Interroger les gens sur la place des piétons dans l’espace public, en leur donnant la possibilité d’exprimer et d’expérimenter leurs propositions.

Où ? Rue Kurnagel, Koenigshoffen / Quand ? De mars à mai 2022 

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Apprendre la vie des arbres grâce à des podcasts

Les arbres, à Strasbourg, c’est une véritable histoire d’amour ! Alors que cinq nouvelles essences vont être plantées place Kléber, de mars à juin 2022 sept parcours guidés seront organisés dans toute la ville, et plus précisément, dans vingt-deux rues. Avec de la signalétique éphémère gravée de noms d’arbres et des QR codes qui permettront d’écouter un podcast sur un type d’arbre, le projet « Arbres-Mondes » de Numered Conseil fera de vous des experts en grands trucs verts.

Où ? En centre-ville et dans les quartiers / Quand ? Du 21 mars au 21 juin 2022 

© Coraline Lafon/Pokaa


Des émissions en live pour lutter pour l’égalité et contre les discriminations femmes-hommes

L’événement « Speak’live » par Sp3ak3r aura pour thème l’égalité femmes-hommes, ainsi que les discriminations qui existent toujours entre les femmes et les hommes. L’événement sera organisé en deux parties, mais également dans deux lieux différents. Le 8 mars 2022, pour la journée internationale du droit des femmes, un plateau télé, avec une émission tournée en direct au sein de la Cité Rotterdam, s’attaquera à la question de l’égalité femmes-hommes. Plus tard, en juin 2022, le quartier de Cronenbourg accueillera un dispositif similaire, afin de discuter des discriminations entre les femmes et les hommes. Des discussions encore essentielles, même et surtout aujourd’hui.

Où ? Cité Rotterdam et Cronenbourg / Quand ? 8 mars 2022 et juin 2022

L'église Saint-Florent, à Cronenbourg
© Ralph Hammann – Wikimedia Commons – Own work – CC BY-SA 4.0


Quatre fresques réalisées sur des murs de Strasbourg

Afin de continuer à démocratiser la pratique du street-art, et permettre à un public jeune et mixte de s’y intéresser, l’Atelier du club a prévu le projet « Kayhati ». En somme, quatre fresques seront réalisées en concertation avec les habitantes et habitants. Les lieux ? Pour un mur anti bruit, ce sera du 11 au 15 avril 2022 dans le passage entre la rue des imprimeurs et rue de la coudreuse. Même date pour le mur Ushé, situé au garage Ushé, 4 route des Romains. Le mur Passage SNCF sera lui pimpé du 11 au 15 juillet, sur la route de Schirmeck. Enfin, le lieux du dernier mur reste à définir. En outre, chaque fresque portera sur une thématique contemporaine et sociale comme l’écologie, la parité, le féminisme. 

Où ? Quatre murs de Strasbourg / Quand ? D’avril à juillet 2022

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Le festival « Gravures et impressions sur la place » par Arachnima

En avril ou bien en mai de l’année prochaine, Arachnima proposera, pour un week-end, un atelier de gravure de 7 à 77 ans, place de la Ziegelau dans le quartier du Neudorf. Pas véritablement d’autres informations pour le moment, mais la promesse d’un week-end ludique pour petits et grands.

Où ? Place de la Ziegelau, Neudorf  / Quand ? Avril ou mai 2022

Au Neudorf. © Nicolas Kaspar/Pokaa


Un « Café végétal » à Hautepierre

Toujours dans l’optique de permettre à tous les quartiers de la ville de bénéficier de projets, le Café de l’association Horizome offrira aux habitantes et habitants un espace de discussions et de rencontres le temps d’un été, pour siroter des boissons à l’ombre d’un hamac. Des ateliers sur l’environnement, l’alimentation durable, l’agriculture urbaine et l’art seront également proposés. Le tout sur la place Sédar Senghor, qui bénéficiera probablement de l’ombre des installations végétales, mises en place au début du mois de juin.  

Où ? Place Sédar Senghor, Hautepierre / Quand ? Du mercredi 29 juin au dimanche 8 juillet 2022 

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Colors Corner par Colors Urban

Pour terminer, le projet de Colors Urban, collectif bien connu pour son festival de street-art qui est revenu cette année, prendra la forme d’une exposition éphémère au sein d’un lieu voué à disparaître ou à être réhabilité. Pour le moment, aucune information sur le lieu en question. Mais une chose est sûre : avec eux aux manettes, l’exposition promet beaucoup !

Où ? À définir / Quand ? À définir


Avec ces 18 projets éphémères prévus sur l’année à venir, la Ville a décidé de laisser la main aux acteurs strasbourgeoises et strasbourgeois. Pour qu’ils puissent nous accompagner à repenser notre ville et ses usages. Pour profiter d’instants de déambulations, de réflexions et simplement de pause. Afin qu’on se réapproprie la ville, qu’on soit actrices et acteurs de son changement. Pour que Strasbourg ne reste pas immobile, après deux années qui l’ont grandement chamboulée. 

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

Ils sont 18 : ces projets éphémères qui vont changer Strasbourg dans l’année à venir

Commentaires (3)

    • Bonsoir Florence.
      Je ne comprends pas : si vous n’habitez pas ( comme moi ) au centre-ville de Strasbourg, en quoi ces changements vous dérangent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !