On vous en parlait il y a quelques mois : l’enseigne Printemps, située place de l’Homme de Fer, va fermera ses portes le 30 décembre prochain. La fin d’une ère au centre-ville de Strasbourg. Avant la fermeture définitive néanmoins, une liquidation a débuté le 1er septembre dernier et se poursuivra jusqu’au 30 octobre prochain.


Si vous êtes passés par la place de l’Homme de Fer cette dernière semaine, vous avez sans doute remarqué les longues files d’attente devant le magasin Printemps. En temps normal, cet afflux de personnes est réservé aux heures de pointe lorsque Strasbourgeoises et Strasbourgeois attendent leur tram. Depuis le 1er septembre cependant, la raison est autre.

Avec la fermeture prochaine du Printemps, c’est une liquidation totale du magasin qui a débuté le 1er septembre, jusqu’au 30 octobre. Devant le magasin, de grosses affiches rouges annoncent : « Liquidation exceptionnelle ». À l’intérieur du magasin, le journal L’Express rapporte dans son article des pancartes « -70% », des étalages vides et des salariées et salariés désabusés.

© Coraline Lafon/Pokaa


L’échec d’une stratégie commerciale

La fermeture du Printemps le 30 décembre, en plus de celle des magasins de la Place d’Italie à Paris, du Havre et de Metz, sonne le glas d’une stratégie commerciale qui a échoué. En effet, entre 2011 et 2013, le magasin strasbourgeois a changé de fusil d’épaule, à grand renfort de travaux coûtant 15 millions d’euros. Le but des nouveaux investisseurs qataris du groupe  Printemps ? Attirer de la clientèle haut de gamme.

Néanmoins, avec les différentes crises qui se sont succédées, la stratégie s’est progressivement délitée, avec des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois de plus en plus désintéressés par le lieu. Il y a quelques mois, lorsque la nouvelle était tombée, le porte-parole du Printemps expliquait dans un article de FranceInfo que le groupe a été frappé par « la succession de crises conjoncturelles (attentats, manifestations des gilets jaunes, grèves) », ainsi que par un secteur de la mode qui « a perdu 17% de sa valeur sur les dix dernières années ». Dans un article du Monde, il rajoutait même que les ventes du groupe Printemps sont « en recul de 17 % sur les cinq dernières années ».

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Quel avenir pour le Printemps ?

Alors que l’été se termine et que l’automne approche, finalement, quel avenir pour le Printemps ? Après la liquidation qui permettra aux Strasbourgeoises et Starsbourgeois de faire de bonnes affaires, il faudra penser à quelle suite donner au lieu. On sait que dans notre ville, ces locaux ont des loyers absolument astronomiques empêchant la grande majorité des entrepreneurs de s’y installer. Va-t-il alors rester à l’abandon pendant des années, en attendant de retrouver un acheteur privé capable d’investir dans les locaux ?

Si quelqu’un se manifeste, quel sera son profil ? Un nouveau géant du vêtement, une grande franchise ou autre multinationale, n’ayant aucun rapport avec notre ville ? Ne serait-ce pas là une opportunité pour la Ville de reprendre un peu la main sur son centre-ville historique, si elle en a les moyens ? Afin qu’elle puisse travailler en co-construction avec les habitantes et habitants pour réussir à transformer cet espace d’un modèle de consommation à un autre, plus moderne et plus proche de nos attentes du moment ? Si une pétition avait déjà été lancée pour transformer les 7500 m2 inoccupés en lieu alternatif, un peu comme l’Espace Darwin à Bordeaux, on n’a plus eu de nouvelles depuis.

Les grands panneaux rouges devant le Printemps annoncent non seulement deux mois de liquidation exceptionnelle, mais surtout la fin d’un grand magasin strasbourgeois. À l’heure où le centre-ville historique de la ville se vide, que de nouveaux centres-villes émergent, comme dans le quartier Danube, et que de grands complexes comme Shopping Promenade apparaissent, l’avenir du Printemps sera intéressant à suivre, pour comprendre un peu plus où Strasbourg décidera d’aller dans le futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here