Depuis hier soir, la nouvelle résonne comme un coup de fouet sur tous les médias français : le groupe Printemps a présenté un « plan de relance » qui implique la suppression de 428 emplois en France d’ici juillet 2021, ainsi que la fermeture de 7 des 19 magasins Printemps implantés dans le pays… incluant celui qui trône place de l’Homme de fer, à Strasbourg.


Victime collatérale de la crise sanitaire… Mais pas que

Bien que les grands magasins, très dépendants du tourisme, en arrêt presque total depuis des mois, aient fortement été touchés par la crise du coronavirus, le porte-parole du Printemps explique toutefois dans un article de FranceInfo que le groupe a également été frappé par « la succession de crises conjoncturelles (attentats, manifestations des gilets jaunes, grèves) », ainsi que par un secteur de la mode qui « a perdu 17% de sa valeur sur les dix dernières années ». Dans un article du monde, il rajoute que les ventes du groupe Printemps sont « en recul de 17 % sur les cinq dernières années ». Le modèle « grand magasin », si célèbre et prometteur au 19e siècle, serait-il désormais obsolète ?

© Florian Crouvezier / Pokaa


7500 m² de surface à exploiter

À Strasbourg, la question est maintenant de savoir ce qu’il va advenir de cet immense magasin de 7500 m2, situé en plein au cœur de la ville. Va-t-il rester à l’abandon pendant des années, en attendant de retrouver un acheteur privé capable d’investir dans les locaux ? Pour en faire quoi ? Un nouveau géant du vêtement, une grande franchise ou autre multinationale ? Ou bien va-t-il être investi par la Ville et les citoyens pour transformer cet espace d’un modèle de consommation à un autre, plus moderne et plus proche de nos attentes du moment ? Affaire à suivre…


© Photo de couverture : Matpir

5 COMMENTAIRES

  1. La disparition du salon de thé et une diminution de la surface de vente aura été fatal à ce magasin.
    La rénovation extérieure de la façade n’était pas si mal mais le peu de diversité commerciale et la montée en gamme dans un endroit qui draine un population urbaine aux revenus plutôt bas n’a pas aidé cette enseigne.
    Avant la rénovation j’étais une fidèle cliente mais ensuite je ne retrouvais plus dans aucun rayon les articles qui me faisaient entrer dans ce grand magasin et
    le salon de thé qui aux beaux jours était recherché pour sa vue et sa belle terrasse on fait que dorénavant je passe devant sans même le voir !
    Quel gâchis, à force de vouloir moderniser et optimiser en recherchant une clientèle haut de gamme on finit par se perdre !!!

  2. Malheureusement le bâtiment n’appartient pas à la ville de Strasbourg !
    On va plutôt se retrouver avec un bâtiment vide comme la fameuse brasserie place Kleber et la pâtisserie qui vient de fermer !
    Le centre ville se vide de ses commerces, on y trouve plus que les enseignes communes à toutes les villes d’Europe et plus aucune place pour les artisans et autres magasins indépendants !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here