Vous commencez à le savoir : le port du masque est, depuis le 11 mai, obligatoire dans les transports en commun, sous peine d’une amende de 135 euros, mais également sur la Grande île, sous peine d’une amende de 38 euros. Et pour que chaque habitant puisse sortir en toute sécurité, la Ville, l’Eurométropole de Strasbourg, le Conseil Départemental du Bas-Rhin et l’État se sont associés pour équiper chaque Strasbourgeois de deux masques de protection en tissu lavable. Malheureusement, presque deux semaines après le début du déconfinement, de nombreux Strasbourgeois continuent de trouver leurs boîtes aux lettres vides, sans aucunes traces de ces masques, promis depuis le 16 avril. Comment respecter les nouvelles réglementations sans les équipements appropriés ? Et surtout, comment obtenir ces masques tant attendus ? On vous explique tout.

Des masques qui font polémique

Le 16 avril dernier, le maire de Strasbourg Roland Ries, annonçait sur sa page Facebook la commande de « 300 000 masques en tissu, lavables et réutilisables, auprès de filières locales, et ce, pour une distribution gratuite aux Strasbourgeoises et Strasbourgeois. » Il annonçait par la même occasion que ces masques seraient mis « à disposition de la population le 11 mai prochain, date de sortie progressive du confinement. »

En ma qualité de Maire de Strasbourg, et pour faire face à la crise du COVID-19 que nous continuons de traverser…

Gepostet von Roland Ries am Donnerstag, 16. April 2020

Cependant, nous sommes aujourd’hui le 22 mai et, 11 jours après la sortie du confinement, de nombreux Strasbourgeois attendent toujours ces fameux masques. D’autres les ont bien reçu mais ne peuvent pas les porter car ils sont trop grands et d’autres encore n’ont pas reçu assez de masques pour protéger toute leur famille. Une situation cocasse quand on sait que le port de ces masques est désormais obligatoire.

Autre point sensible : la provenance des masques, made in China, made in Pakistan ou encore made in Tunisia, alors que le maire avait, dans son post, mentionné des commandes « auprès de filières locales. » Affaire à suivre.

© Vivien Latuner

Ok mais en attendant, je fais comment moi, sans masques ?

Pour rappel, un masque par habitant est supposé arriver dans votre boîte aux lettres. Ils sont réutilisables une trentaine de fois et filtrent de 70 à 80 % des particules émises par la personne qui le porte. Mais, comme ils se font désirer, plusieurs options sont proposées sur le site de Strasbourg.eu, en attendant qu’ils arrivent :

Un masque de secours pourra être fourni gracieusement aux personnes qui n’en disposeraient pas et n’auraient pas pu s’en procurer autrement. Cela concerne :

  • les voyageurs de la CTS, dans les stations de tramway ;
  • et le public se présentant à l’accueil du Centre administratif.

À noter également,les familles qui n’auraient pas reçu de masque au 21 mai, ou un nombre non adéquat, pourront prendre contact avec les services de la Ville :

Pour finir, il y a toujours la possibilité d’acheter soi-même son ou ses masques auprès de magasins agrées ou dans les pharmacies depuis le mardi 12 mai. Une solution moins économique, certes, mais visiblement plus efficace.

Screenshot Instagram de Pokaa


2 COMMENTAIRES

  1. Super l’article mais un détail manque à votre celui ci, pour enfoncer le Clou….. Sur l’emballag lavage du masque 50 fous et sur le document de la mairie lavage 30 fois . On va croire qui ? Une société francaise qui fait fabriquer au Pakistan ou nos élus locaux ????
    Bien à vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here