Depuis le 5 octobre, le mouvement écolo international Extinction Rebellion a lancé une « révolution internationale d’octobre » sous le signe de la « désobéissance civile ». Des milliers de citoyens dans le monde se mobilisent « contre l’inaction vis-à-vis du réchauffement climatique ». Une nouvelle vague « d’actions non-violentes » a surgi dans plusieurs grandes villes occidentales comme Berlin, Madrid, Londres ou Paris. A Strasbourg, une branche du mouvement existe depuis plusieurs mois. Elle reprend ses actions ce vendredi après-midi.

Les images de forces de l’ordre gazant des militants pacifistes assis à Paris fin juin dernier avaient fait le tour du monde. Cette semaine, à Paris, ils ont occupé le centre commercial Italie 2 pendant 17 heures sans pouvoir être délogés. En ce moment même, une sorte de ZAD (zone à défendre) est encore en cours au cœur de Paris, sur la place du Châtelet. Extinction Rebellion (ou XR) c’est un peu une V2 de Youth4Climate (voir nos articles ici ou ), l’exclusivité de la jeunesse en moins, quelques gouttes de radicalité et de désobéissance civile en plus, et toujours sous le signe de la non-violence.

Les manifestations Youth 4 Climate à Strasbourg début 2019 @ ML/Pokaa

Pour Yacha, activiste au sein de la branche XR strasbourgeoise,  » L’objectif, c’est de changer le plus rapidement possible le modèle de société dans lequel on vit. On s’appuie sur des constats scientifiques, et sur 40 ans de lutte écologiste. Pour moi, voir ce qui se passe en ce moment dans la capitale, pour un mouvement écolo, alors qu’il y a 10 ans on nous prenait encore pour des fous ou des utopistes… c’est un moment historique.«  Selon le média Reporterre, l’occupation parisienne s’étend et de nombreux commerces de grandes enseignes comme McDonald’s, Starbucks ou encore la Banque Populaire ont dû temporairement fermer leurs portes à Paris, à la suite des blocages militants.

Des actions non-stop depuis le 5 octobre de Berlin à Melbourne

A Strasbourg, jusqu’ici pas blocages, mais des actions de sensibilisation à la Gare, place Kleber ou place de la Cathédrale, à la tournure parfois un peu spectaculaire, comme une mer de plastique dans la fontaine place Kleber. En règle générale, une vingtaine d’activistes alertent les passants sur des constats climatiques alarmants comme la 6ème extinction de masse de la biodiversité ou encore la fonte des glaces.

Aujourd’hui, à Strasbourg, en écho à la mobilisation internationale, le groupe local donne rendez-vous place Gutenberg pour une nouvelle action non-violente. Ils embrayent le lendemain avec un « Petit Marché Rebelle » en partenariat avec l’ONG Oxfam dans le cadre d’une « Semaine
d’Action Internationale Contre l’Impunité des Multinationales » menée par plusieurs dizaines d’associations .

Une action en partenariat avec XR sur Strasbourg, autour de l’Amazonie @Thibault Vetter/Pokaa

Au regard des actions qui se déroulent ailleurs, les militants de ce nouveau mouvement « horizontal », né en mai dernier au Royaume-Uni, semblent assez ingénieux et formés (certains sont passés par les camps de formation d’ANV COP21, dont nous parlions ici). Par exemple, à Paris, certains militants se sont fixés les uns aux autres grâce à des « arms blocks », des bloqueurs de bras relativement difficile à enlever pour les forces de l’ordre. Une détermination certaine, malgré des actions qui peuvent, peut-être, parfois paraître un peu fleur bleue…


Crédits photo de couverture : Dominic Lipinski/PA Wire/MaxPPP

2 COMMENTAIRES

  1. Faire un article sur Extinction Rebellion sans prendre le temps d’expliquer ce qu’est ce mouvement c’est un peu limite. Extinction Rebellion (XR) est un mouvement pacifiste et non-violent qui demande la reconnaissance par les Etats et les entreprises de l’état d’urgence climatique et environnementale. XR à été fondé à Londres, où des milliers de membres de XR bloquent d’ailleurs jour et nuit depuis lundi 7 octobre un certains nombres de rue, occupent la place Trafalgar.
    En Angleterre, contrairement à la France, XR n’est pas noyauté par des groupes violents (Black block etc) ce qui permet d’organiser des actions de longue haleine. On a notamment pu entendre les membres de XR chanter, face à la police qui tentaient de les déloger à Whitehall il y a quelques jours « Police, we love you, we’re doing this for your children ».
    Beef, radical en terme de demande peut-être, mais pas en terme de violence des actions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here