A force de vous en parler, on s’est dit que ça serait pas mal d’aller le vivre. Depuis 2014, le Sea You Festival électrise les berges du lac Tunisee, à Fribourg, avec un évènement house et techno dont le line up compte parmi les plus costauds du pays.

Quelques 40 000 festivaliers étaient présents cette année pour profiter du soleil (et de la pluie) entre sessions dance floor, moments chill et sports nautiques. Une fois n’est pas coutume, la programmation faisait les choses en grand : Adam Beyer, Len Faki, Boris Brejcha, Maceo Plex ou encore Sven Väth étaient de la partie, et j’en passe.

Cette année, bien que les prévisions météo ne faisaient pas rêver, on a pris nos K-Ways, on a porté nos c*****, et après une (petite) nuit agitée, on a grimpé dans un bus direction le Sea You Festival, pour vous en parler en vrai !

Le spot

A une petite heure de bus/voiture de Strasbourg, il faut dire que le Sea You Festival a l’avantage de sa situation pour nous autres strasbourgeois. Arrivé sur place, 20 petites minutes de marche sont nécessaires pour rejoindre l’entrée du festival, et ses contrôles de sécurité assidus. Une fois dedans, on ne peut qu’être conquis par le site. Située à quelques pas de l’entrée, la scène principale et son aigle géant, un brin kitsch mais néanmoins imposant, domine le terrain de jeu du Sea You. En face du rapace géant, le fameux manège du Sea You qui apporte, il faut le reconnaître, un peu de gaîté et de couleur dans le ciel gris du dimanche. Les autres scènes (il me semble en avoir compté six) se déploient tout autour du lac, chacune avec leur style mais jamais sans grande créativité en matière de scénographie. On comprend bien que c’est un festival de musiques électroniques, qu’on y vient pour danser et en prendre plein les oreilles, peut-être moins les yeux.

Cependant, le cadre et l’environnement ont tout pour plaire ! On peut chiller sur le gazon, se baigner dans le lac, faire du wakeboard ou taper du pied sur l’un des dance floor. Sur certains festival, c’est « danse ou crève », là ce n’est pas le cas, et c’est appréciable de pouvoir souffler parfois dix minutes à l’écart du son, tout en prenant le soleil (même si nous n’avons pas eu cette chance). Côté technique, agencement et organisation, rien n’est à redire. Fidèles à eux-mêmes, nos amis allemands nous rappellent une fois encore à quel point ils ont de l’avance sur ces aspects-là. On ne fait jamais la queue plus de 5 minutes, on trouve distributeurs, points d’eau, points infos, cigarettes, il y a de la bouffe et des bars partout, et pour tous les goûts.

La musique

Côté programmation, on est sur du gros Line up blindé de têtes d’affiche de renom, avec une prédominance techno-house. Cependant, le Sea You proposait aussi une scène psytrance- progressive, une scène house et d’autres plus orientées « électro généraliste ». Un effort apprécié qui tend vers la diversité, et qui permet à peu près à tout le monde de trouver son compte quelque part, à partir du moment où on aime l’électro, bien évidemment.

Côté soundsystem, là aussi on peut faire confiance à nos voisins de l’autre côté du Rhin : le son est propre, fort, rond, profond et agréable pour les oreilles, qu’on soit devant la scène ou à plusieurs mètres.

Pour les reste, c’est les goûts et les couleurs. Je n’affectionne pas particulièrement les gros line-up sur-vitaminés, ni la grosse techno lancinante même quand elle est fournie par les références en la matière. Mais je n’ai rien trouvé de désagréable ni de foncièrement mauvais. J’ai pris mon pied d’une stage à l’autre et j’ai toujours trouvé quelque chose pour faire balancer mes hanches, et c’est le plus important.

Le bilan

Je pars du principe que quand je rentre cassé en quatre d’un festival, c’est que c’était une réussite. Le cadre aux airs de vacances à la montagne est une vraie plus-value, la diversité de l’offre musicale aussi. Rien n’est laissé au hasard, les moyens déployés sont colossaux et l’organisation est réglée comme du papier à musique. Nous avons croisé pas mal de personnes, allemands et français et tous étaient adorables, polis, drôles et parfois surprenants, et ça c’est un vrai plus ! Malgré la pluie, aucun dance-floor ne fut délaissé, bien au contraire, les festivaliers étaient vraiment déter, des vrais casseurs de sol, ça faisait plaisir à voir. Les tarifs étaient raisonnables, les services à la hauteur, et les promesses du festival, tenues ! Le Sea You Festival est définitivement un évènement idéal pour tous les amateurs de grosse techno, les wake boarders et les bandes de copains à la recherche de sensations fortes !

Photos : Nicolas Busser

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here