Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Légendes d’Alsace : un trésor perdu inestimable se cacherait au fond du Rhin

12.3k Lectures
Publicité

Depuis des siècles, la vallée rhénane est le théâtre d’une légende persistante : il se raconte qu’un trésor perdu –pas moins de 144 chars remplis d’or et de pierres précieuses- reposerait au fond du Rhin. Des Romains aux Burgondes, en passant par un opéra-phare de l’imaginaire du IIIème Reich jusqu’au Seigneur des Anneaux, la légende de l’or du Rhin a toujours influencé l’histoire et la culture des territoires bordant le fleuve.  

Dans un article précédent, nous vous contions l’histoire des nains de Ferrette et de leur grotte sundgauvienne. Ce ne sont toutefois pas les seuls nains qui, d’après les légendes anciennes, auraient peuplé l’Alsace et ses alentours.

Le bassin rhénan aurait jadis été habité des nains forgerons, les curieux Nibelungen. Si leur trésor inestimable a su attirer la convoitise des habitants durant des lustres, il est d’autant plus mystérieux que son emplacement demeure inconnu.

Publicité

Tout commence évidemment au bord du Rhin. Au Ve siècle, les Burgondes règnent sur un territoire qui s’étend de Strasbourg à Mayence, sur la rive gauche du Rhin. L’emplacement est stratégique : qui contrôle le Rhin contrôle l’Europe du Nord.

Cela ne les empêchera toutefois pas de finir zigouillés par les hordes d’Attila. Ce massacre, au cours duquel vingtmille Burgondes ont trouvé la mort, a ébranlé durablement le continent tant et si bien que l’histoire se transmit par-delà les peuples, les frontières (jusqu’en Scandinavie) et surtout les siècles.

Avec les années, ce qui était récit historique s’est mué en légende. Une légende qui termine en bain de sang, certes, mais avant tout une légende d’héroïsme, d’amour et de trésor 

evader strasbourg musau rhin 1
© A.Me / Pokaa

La Chanson des Nibelungen

Au XIIIe siècle, un codex germanique relate le mythe dans La Chanson des Nibelungen. Celle-ci s’articule autour de Siegfried qui, après s’être forgé lui-même son épée, butte un dragon (rien que ça) et se baigne dans son sang.

Le sang du dragon a la propriété de le rendre invincible, mais une petite feuille de tilleul s’est posée entre ses omoplates lors dudit bain, laissant vulnérable une petite portion de peau (vous voyez les ennuis arriver). Siegfried vole ensuite le trésor des Nibelungen ainsi qu’une cape d’invisibilité. 

Après ça, il épouse Kriemhild, une princesse évidemment. Sauf qu’en bon héros des anciens temps, Siegfried prend des décisions qui ne sont pas tant déterminées par son cerveau que par un autre de ses organes : et le voilà qui s’en va gaiement faire la bête à deux dos avec la femme de Günther, roi des Burgondes.

Manuscrit chanson des Nibelungen
Manuscrit de la Chanson des Nibelungen

Et Günther l’a mauvaise. Il peut compter sur Hagen, un de ses vassaux, qui décide de le venger. Celui-ci plante Siegfried entre les omoplates (on ne l’avait pas du tout vu venir) et ce faisant, réalise la malédiction planant sur l’or des Nibelungen, qui prédisait un avenir funeste à toute personne en possession du trésor.

Hagen s’empare du butin, mais peu à l’aise avec les malédictions, il le balance dans le Rhin et pense ainsi pouvoir vivre une vie paisible. C’était sans compter sur la détermination de Kriemhild, fraîchement veuve et pas ravie.

Elle cède stratégiquement aux avances du roi des Huns, invite Hagen et toute sa clique à son mariage et remplace la traditionnelle chenille par un boucherie géante. On retrouve ici le fameux massacre des Burgondes par les Huns !

La mort de Siegfried, Johannes Gehrts
La mort de Siegfried, Johannes Gehrts

Wagner, Hitler et Tolkien

Au XIXe siècle, le compositeur Richard Wagner s’inspire des récits des Nibelungen et de leurs équivalents nordiques pour créer sa pièce-maitresse : la Tétralogie de l’Anneau du Nibelung, ensemble de quatre opéras que vous pourrez apprécier si vous avez quinze heures devant vous.

L’œuvre dépeint l’histoire de l’or du Rhin, qu’elle popularise grandement, mais développe également un autre élément mythologique : l’anneau des Nibelungen.  

Et c’est là qu’on voit ça venir gros comme une maison : un anneau magique, forgé par des nains, source de folie, symbole de pouvoir, purifié par le feu, etc…  

seigneurdesanneaux-houmous
© Image du film "Le Seigneur des anneaux"

Eh bien figurez-vous que Tolkien s’est toujours défendu de s’être inspiré de l’œuvre de Wagner, allant jusqu’à déclarer que la seule ressemblance entre les deux anneaux est “qu’ils sont ronds”.

On sait pourtant que Tolkien a été largement influencé par l’Histoire ainsi que par les légendes d’Alsace. Dans le Seigneur des Anneaux, la rivière Anduin correspond au Rhin. On sait également que l’écrivain connaissait parfaitement l’œuvre de Wagner, qu’il avait longuement étudié.  

Lorsqu’au XXe siècle, l’Allemagne connait la montée du nazisme, Hitler dresse Siegfried en héros national. L’imaginaire du IIIe Reich se développe alors autour de l’œuvre de Wagner. Le triomphe de Siegfried et son invincibilité constituent un véritable symbole de l’eugénisme promu par les Nazis.  

"J’ai dans cette guerre une rancune personnelle et cuisante […] envers ce petit ignorant rougeaud d’Adolf Hitler […]. Ruinant, pervertissant, détournant et rendant à jamais maudit ce noble esprit du Nord, contribution suprême à l’Europe"
Tolkien, 1945

Dans leur fascination pour la légende de l’Or du Rhin, les Nazis mettent alors tout en œuvre pour retrouver le trésor. Pour se faire, ils y consacre un important budget et construisent une des plus grandes dragues de l’époque.

Bilan des opérations : 300 grammes d’or trouvés. Hermann Goering utilise une partie de la faible trouvaille pour se faire forger une réplique de l’anneau des Nibelungen. 

Mais alors, l’or du Rhin existe-t-il vraiment ?

Déjà, on est sûr que plusieurs protagonistes de La Chanson des Nibelungen ont existé et ont bel et bien été massacrés au 4e siècle de notre ère. La question de l’existence du trésor perdu du Rhin se pose alors sérieusement.  

Une des hypothèses repose sur le butin de raids germaniques perdu tandis que les pillards traversent le Rhin au retour de leurs méfaits. Les Romains ont alors pour stratégie de piéger les barbares lorsque ceux-ci tentent de rentrer chez eux. Ils effectuent donc des rondes entre les deux principaux camps Romains d’alors : Strasbourg et Mayence.

En 1980, les frères Kuhn, gérants d’une gravière située à Neupotz (à mi-chemin entre les deux grandes villes) découvrent ce qui peut ressembler à une partie du trésor perdu du Rhin. Pas moins de mille objets du 3e siècle sont remontés à la surface : il s’agit d’un des trésors les plus importants jamais découverts en Europe !  

Depuis le moment auquel se seraient déroulés les faits de la légende, les spécialistes s’accordent à dire que le tracé du Rhin a changé. Les derniers chasseurs de trésor cherchent désormais aux abords du fleuve plutôt que sous l’eau.

En 2014, un Allemand découvre un incroyable trésor enterré aux abords du fleuve.  S’il tente d’abord de revendre son trésor sur le marché noir, il est rapidement appréhendé par les autorités et voit son butin lui être retiré. Les premiers constats sont troublants : la datation des objets, le lieu de la découverte et la nature du trésor sont absolument cohérents avec le trésor perdu des Nibelungen.

Axel Von Berg, archéologue officiel de la Rhénanie-Palatinat, reste prudent auprès du journal The Local :  “La découverte correspond à l’époque de la légende […] Mais nous ne pouvons pas dire dès maintenant que ces objets appartiennent au trésor des Nibelungen”. 

Alors, difficultés à payer vos factures d’énergie ? Oubliez les petits boulots ou les crédits à la consommation, pensez plus grand : enfilez vos plus belles palmes, un masque et un tuba, mouillez-vous la nuque et faites-vous de la grosse moula en plongeant dans le Rhin. La jeunesse qui prend des initiatives, c’est ça Start-Up Nation. 

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Histoires et secrets d'Alsace"

À la une

Légendes d’Alsace : un trésor perdu inestimable se cacherait au fond du Rhin

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Histoires et secrets d'Alsace”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !