Le 5 novembre dernier, la Préfecture du Bas-Rhin a communiqué les derniers chiffres de l’épidémie de Covid-19. Une évolution peu réjouissante, qui pousse les acteurs sanitaires locaux à mettre l’accent sur la 3e dose, les gestes barrières et sur la pédagogie pour convaincre les derniers réfractaires.


Dans le Bas-Rhin, le taux d’incidence est passé de 40,7 (au 17 octobre) à 62,1 (au 31 octobre). L’Eurométropole de Strasbourg affiche quant à elle un taux à 72,2 cas Covid pour 100 000 habitants. Concrètement, quatre personnes contaminées en contaminent six. Quant à l’impact sur les hospitalisations, le département est passé de 22 personnes hospitalisées à 33, dont une dizaine en soins critiques. Il n’y a pas encore d’impact, mais c’est mathématique, ça va arriver.” craint Laure Pain, conseillère médicale de l’ARS Grand Est.

Une vague ascendante, due au relâchement des mesures barrières comme le port du masque, le lavage des mains et l’aération des locaux, mais à laquelle participent également les personnes vaccinées qui peuvent, même dans une moindre mesure, participer à la circulation virale. 

Pour éviter que les chiffres ne s’envolent, la Préfecture du Bas-Rhin et l’ARS Grand Est estiment qu’il “faut encore passer à la vitesse supérieure” et espèrent bien convaincre les derniers réfractaires au vaccin dans le département.

© Mathilde Piaud pour Pokaa


Quels profils chez les non-vaccinés ?

Dans le Bas-Rhin, 90% des personnes qui arrivent en soins intensifs sont non-vaccinées. Concrètement, il reste 95 000 personnes adultes non-vaccinées dans le département. Toutes les semaines on a 2000 premières injections, on a un certain nombre de gens qui se réveillent. Donc ça c’est bien. On a 12 000 injections en tout par semaine dans le Bas-Rhin avec les rappels.” indique Laure Pain. Mais même si de plus en plus de personnes franchissent le pas, la conseillère de l’ARS Grand Est précise qu’il existe encore une marge de manœuvre sur certains profils qu’elle qualifie “d’hésitants”.

Parmi ces hésitants, on trouve selon elle les “jeunes infusés aux réseaux sociaux, adeptes des théories complotistes”, ou les personnes en situation de précarité et d’éloignement du soin : “Ils sont un peu perdus et n’ont souvent pas de médecin traitant référent. Ils ne comprennent pas bien et sont un peu perdus dans le flot d’informations qu’ils reçoivent. On essaie de leur donner la bonne information, de les orienter et ça fonctionne. »

© Mathilde Piaud pour Pokaa

Mais aussi les aînés de plus de 80 ans. Dans le département, ça représente un peu moins de 6 000 personnes qui ne sont toujours pas vaccinées. Là encore, Laure Pain apporte quelques clefs de compréhension : “Des fois, ces aînés sont infusés au complotisme par leurs enfants ou leurs petits enfants, qui leur déconseillent de se faire vacciner.” Les médiateurs de l’ARS se tournent alors directement vers eux, pour tenter de les convaincre des bienfaits du vaccin pour leurs parents ou grands-parents : “Quand on nous dit par exemple : “Je ne veux pas qu’il ou elle se fasse vacciner parce que le vaccin peut rendre stérile.” Au-delà de la fausse information, on prend le problème autrement et demande : alors en quoi cela peut être gênant pour votre grand-mère ?Un pas de côté plutôt que la contestation frontale, une méthode qui semble porter ses fruits.

D’autant plus que selon Laure Pain, la manière forte n’a jamais fait ses preuves sur ces “hésitants” : Ils ne sont pas poussés par le prix des tests, ni par l’obligation du pass sanitaire. Si ces derniers finissent par dire oui et accepter le vaccin, c’est seulement parce qu’ils le décident et changent d’avis sur la question.

© Mathilde Piaud pour Pokaa


Réunir les conditions favorables

Pour réussir à convaincre, tous les moyens sont bons à prendre. Et selon Maxime Rouchon, directeur de la caisse primaire d’assurance maladie, il est souvent bien plus favorable de proposer la vaccination “dans le flux d’une visite”, à l’occasion d’une consultation que d’organiser un rendez-vous dédié, que les personnes refuseraient ou finiraient par annuler. Il ajoute : “Mais jusqu’à il y a peu, les médecins n’avaient pas la possibilité d’avoir une monodose dans leur cabinet. Et même aujourd’hui, ça reste compliqué.

Autre voie d’accès aux réfractaires, les centres sociaux-culturels. Les médiateurs anti-Covid s’y rendent régulièrement pour répondre aux questions des plus hésitants.Là, on a par exemple cinq ou six personnes qui viennent d’accepter de se faire vacciner, mais seulement si cela se fait au centre. Parce qu’elles s’y sentent bien, connaissent et font confiance aux gens sur place, etc.” rapporte Laure Pain.

© Mathilde Piaud pour Pokaa


Une 3e dose qui a du mal à passer

Le Premier ministre l’a rappelé, la troisième injection est indispensable pour le troisième âge. (soit les + de 65 ans) ” a déclaré la préfète du Bas-Rhin. En effet, pour beaucoup d’aînés, qui sont à plus de six mois de leur premier vaccin, la protection existe encore, mais se réduit largement. 

Ces personnes n’ont pas pris conscience qu’elles risquent de ne plus être protégées dans une période à risque. On va vers les fêtes de fin d’année et elles doivent rester protégées en faisant le rappel vaccinal (la 3e dose). Il faut vraiment le faire avant la fin du mois de novembre si possible. explique Laure Pain, inquiète.

La conseillère rappelle par ailleurs que les personnes concernées peuvent faire leur rappel au même moment que celui de la grippe, directement chez leur médecin traitant.

8 COMMENTAIRES

  1. Voilà des années que je vous suis, que j’adore lire vos articles divers et variés !
    Mais là je suis vraiment surprise par cet article qui enleve toute impartialité/neutralité à ce journal !

  2. J’adorais lire vos articles
    Mais là….
    Cet article dépasse les bornes… celles de ma liberté et de ceux qui restent et luttent pour leurs droits!
    Je me désabonne
    Vous êtes désolant….

  3. Ils ont raison chez Pokaa quant ils sont frappés par le virus ils se précipitent tous à l’hopital, mais avant ils se plaignent d’y être obligés. Une réaction bien franchouillarde…

  4. ????? Qu’est ce qui vous arrive ? Vous voulez la jouer Rue 89 version mediapart ? Il ne manque plus qu’un article de denigrement des anti vax et/ou des anti pass…….. restez donc donc dans la pub deguisee pour les restaus et les boutiques, ça vous va mieux !

  5. Donc si je comprend bien, ceux qui ne veulent pas se faire vacciné sont soit, les méchants, soit un peu cons…
    Parce que bien sur, c’est tellement difficile de penser que les gens peuvent faire preuve d’esprit critique, peser le pour et le contre en toute connaissance de causes…

  6. Les antivaxs feraient mieux de se demander pourquoi les mesures sanitaires perdurent plutôt que de remettre en question les vaccins, les institutions sanitaires, les acteurs de la santé. Mais ce serait se remettre en question, ce qu’ils ne souhaitent pas vu leurs « intimes convictions qui reposent sur leurs recherches »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here