Ce n’est pas un secret : à Strasbourg, la qualité de l’air est très mauvaise, rendant ainsi les Strasbourgeoises et Strasbourgeois plus exposés aux particules fines par rapport à d’autres habitants de métropoles françaises. Dès lors, Strasbourg et son Eurométropole tentent de mettre en place plusieurs mesures pour développer les mobilités alternatives et moins polluantes. L’une d’entre elles ? La Zone à faibles émissions (ZFE), qui rentrera officiellement en vigueur en 2022. Pour aider les habitantes et habitants de son territoire, l’Eurométropole s’engage sur un montant d’aides à hauteur de 50 millions d’euros, dévoilé lors d’une conférence de presse le vendredi 1er octobre. On fait le point sur les annonces.



On en avait parlé en mai dernier : la ZFE doit servir à limiter la circulation des véhicules les plus polluants dans un périmètre défini. De plus, contrairement aux Plans piéton, vélo ou la nouvelle politique de stationnement, la mise en place de la ZFE représente une obligation légale pour l’Eurométropole. Celle-ci se déroule en effet dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités, votée le 24 décembre 2019. Si l’Eurométropole est donc obligée de mettre en place une ZFE, elle le fait néanmoins de manière volontaire.

Il faut dire que Strasbourg se retrouve régulièrement touchée par de gros épisodes de pollution. Comme le précise Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole, lors d’une conférence de presse organisée le 1er octobre : « 220 000 habitants de l’EMS sont soumis aux dépassements des normes de pollution de l’air ». Dans ce nombre, on y trouve notamment 165 000 Strasbourgeoises et Strasbourgeois. Ainsi, dans ce constat de dépassement réguliers des valeurs régulières de la pollution de l’air, l’Eurométropole va voter la mise en place de la ZFE lors du prochain conseil, le 15 octobre prochain. Avec, à terme, l’objectif d’interdire totalement le diesel à l’horizon 2028.

>> À lire ou à relire : Les médecins le disent, l’air de Strasbourg n’est pas bon pour nos poumons

© Eurométropole de Strasbourg


Un calendrier progressif et applicable uniformément dans toute l’Eurométropole

Avant cela néanmoins, le calendrier de la ZFE se révèle unique et très progressif dans sa mise en place. Concrètement : les 33 communes auront le même calendrier, qui s’étendra de 2022 à 2028. Il en va d’une volonté de l’Eurométropole de la jouer collectif, pour « ne laisser personne au bord du chemin », selon Pia Imbs. La ZFE rentrera ainsi en vigueur en janvier 2022, de la façon suivante : 

  • 2022 : entrée en vigueur de la ZFE pour les Crit’air 5 et les sans Crit’air.
  • 2023 : interdiction définitive pour les Crit’air 5 et les sans Crit’air et entrée en vigueur de la ZFE pour les Crit’air 4.
  • 2024 : entrée en vigueur de la ZFE pour les Crit’air 3.
  • 2025 : interdiction définitive pour les Crit’air 4 et entrée en vigueur de la ZFE pour les Crit’air 2.
  • 2027 : interdiction définitive pour les Crit’air 3.
  • 2028 : interdiction définitive pour les Crit’air 2.

L’année 2022 servira ainsi de phase pédagogique, avant les premières sanctions en janvier 2023. En outre, et c’est important, il y aura deux points d’étapes en 2024 et 2026. Leur objectif ? Mesurer les premiers effets de la ZFE et adapter les politiques si besoin. Ceci est une volonté de Jeanne Barseghian. En effet, la maire de Strasbourg a accepté de desserrer le calendrier de la ZFE initialement prévu pour Strasbourg, afin d’insister sur la pédagogie et l’accompagnement des habitantes et habitants de l’ensemble du territoire de l’Eurométropole. Dans notre ville, on aurait ainsi pu avoir la ZFE complète dès 2025 !

Voitures stationnement
© Nicolas Kaspar / Pokaa


La question qui fâche : l’interdiction du diesel

Dans ce calendrier, l’étape qui pose le plus de problèmes au sein de l’Eurométropole reste l’interdiction des vignettes Crit’air 2 – et donc du diesel – en 2028. En effet, pour le moment, seulement quatre communes sur 33 ont annoncé inscrire dès cette année l’interdiction des Crit’air 2. Il s’agit de Strasbourg, Schiltigheim, Holtzheim et Ostwald. Aucune surprise pour les trois premières, puisqu’elles sont dirigées par le trio de l’Eurométropole. Soit Jeanne Barseghian, Danielle Dambach et Pia Imbs.

Cette situation compliquée, dans une Eurométropole dont les dirigeantes n’ont cessé de vanter l’unité, a poussé la maire de Strasbourg à mettre un coup de pression lors de la conférence de presse à certaines communes, qui refusent pour l’instant de penser à l’interdiction du diesel en 2028. « Il faut avancer ensemble. », déclare la maire de Strasbourg. Avant d’ajouter : « Les agglomérations qui n’auront pas été aussi ambitieuses aujourd’hui devront rattraper le retard dans la douleur d’ici quelques années ». Par ailleurs, malgré les deux points d’étape réalisés en 2024 et 2026, et même en cas de bons résultats au niveau de la qualité de l’air, l’Eurométropole ne compte pas bouger de ses positions concernant sa volonté d’interdire le diesel d’ici sept ans.

parking voitures
© Nicolas Kaspar/Pokaa


50 millions d’aides d’accompagnement de la part de l’Eurométropole

Puisque la mise en œuvre de la ZFE impliquera que certaines voitures ne seront plus autorisées au sein de l’Eurométropole, cette dernière se mobilise pour accompagner les ménages vers d’autres solutions. Ces aides et mesures, qualifiées d’« exceptionnelles » par Pia Imbs, se chiffrent autour d’un montant de 50 millions d’euros. Soit le triple du budget normalement alloué.

En termes de répartition, ces 50 millions se diviseront entre les particuliers et les entreprises, avec 2/3 alloués aux premiers et 1/3 aux seconds. Comme annoncé par les élus eurométropolitains lors de la conférence de presse du 1er octobre, ces aides pourront prendre deux formes. La première concernera des aides aux mobilités alternatives (abonnements CTS, location de vélos…), ce qui représente la priorité de l’Eurométropole. Pour celles-ci, l’aide pourra aller jusqu’à 2 000 euros, selon le revenu fiscal de référence.

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Concrètement, quel montant pourrais-je avoir si je décide de changer de véhicule ?

Si vous ne pouvez pas vous passer de la voiture, l’Eurométropole vous accompagnera tout de même avec une seconde aide. Cette fois-ci, au niveau de la conversion automobile. Elle pourra ainsi vous allouer un minimum de 1 000 euros, jusqu’à 3 500 euros, là encore, selon le montant du revenu fiscal de référence. Des aides qui peuvent d’ailleurs être additionnées à celles que proposent déjà l’État.

L’Eurométropole donne deux exemples concrets du type d’aides à la conversion de véhicules dans son dossier de presse. Par exemple, si vous décidez d’acheter une voiture électrique neuve, à hauteur de 21 350 euros, il vous resterait ainsi à payer 5 850 euros. En effet, vous bénéficierez de :

  • 5 000 euros de prime à la conversion
  • 6 000 euros de bonus écologique
  • 1 000 euros de surprime ZFE
  • 3 500 euros d’aide de l’EMS

Si vous êtes un couple avec trois enfants, et que vous souhaitez vous débarrasser de votre voiture pour une voiture neuve électrique, à 31 200 euros, il vous resterait à payer 19 200 euros. En effet, vous bénéficierez de :

  • 2 500 euros de prime à la conversion
  • 6 000 euros de bonus écologique
  • 1 000 euros de surprime ZFE
  • 2 500 euros d’aide de l’EMS

Un reste à charge certes encore conséquent, mais témoin d’une volonté d’accompagner le plus possible tous les habitantes et habitants du territoire. D’autant plus que Strasbourg et l’Eurométropole s’engagent également sur d’autres politiques concernant les mobilités douces.

Le 15 octobre prochain, le conseil eurométropolitain votera la mise en place de la ZFE. Une étape légale obligatoire, mais réalisée dans une ambition d’améliorer la qualité de l’air à Strasbourg et dans l’Eurométropole. En 2028, le diesel devrait ainsi disparaître de notre territoire. Néanmoins, l’échéance se trouve dans encore sept ans. Une période où les majorités pourront changer, et les politiques également. En attendant, l’Eurométropole et Strasbourg lancent de nombreuses politiques afin de préparer ce changement en douceur. Pour faire de notre territoire, un espace où il fera bon vivre. Et surtout respirer.

10 COMMENTAIRES

  1. Bonjour. D’autres questions fâchent. Qu’adviendra-t-il de tous les véhicules type Youngtimers qui sont souvent des véhicules de pré-collection ? Tous ces véhicules ne sortent généralement que week end. Des mesures moins discriminantes devraient etre proposées pour les Week-ends !

    Et l’arrivée du GCO, s’il arrive a faire dérouter les poids-lourds modifiera aussi la qualité de l’air. Le distinguo sera-t-il fait ?entre les 2 mesures ?

  2. Il y a des autres sources de pollution très importantes dans l’Eurométropol de Strasbourg
    Ce sont les centrales biomasses de Strasbourg .
    La combustion du bois est la plus émettrice de polluants toxiques , le bois émet plus
    de particules fines que les hydrocarbures…

  3. Lol déjà les voitures électriques pollue beaucoup plus qu’une essence et diesel cela a était prouver par des chercheurs des professionnels pas des débutants il y a des sources fiables donc si Strasbourg interdit les voitures plus personne ne pourra travailler du grand n’importe quoi

  4. Mais quelle absurdité d’interdire les diesel d’ici 2028! Car ce serait inadmissible qu’on ne pourra plus aller dans les zones commerciales à proximité de l’EMS ! Faut arrêter les coneries qui n’a aucun sens ! Car je vous rappelle Mme la Maire, que les diesels récent sont moins polluants que les diesels d’il y a 10 ans! Et s’il y’a certains communes qui refusent l’interdiction du diesel en 2028, ma fois, ils ont bien raison et j’espère qu’ils tiendrons paroles ! Car malheureusement il y’a pas un seul compromis de la part de la Maire de Stras’ et c’est très grave ! C’est très grave de ce qu’il va se passer en 2028! De plus c’est pour soit disant à cause des méfaits sur la santé des habitants ! Oui oui, quand on veut prendre une décision qui va à l’encontre des automobilistes, on trouves toujours des excuses bidons !! À bon entendeurs !!!

  5. Avec 100 bornes de recharges pour les véhicules électriques, bonnes chances pour réduire les émissions de CO2. Pousser le citoyen vers l’essence n’est pas la solution, ni pour réduire les rejets des particules, ni pour lutter contre le réchauffement climatique. Donc, il ne reste plus qu’à installer 60000 bornes pour compenser les besoins logistiques, les déplacements professionnels et domicile-travail. C’est ça, la réalité !

  6. Votre article est incomplet cette interdiction ne concernes pas que les Diesel !
    Des véhicules Essences et Hybride peuvent être également soumis à une vignette Crirt’air 2 et sont soumis à l’interdiction de circulation en 2028 !

  7. Le cout de la conversion est minimisée. En réalité, il n’est pas possible de trouver un véhicule critair1 d’occasion pour 5000€. C’est comme d’habitude: que ça soit pour améliorer son habitat ou pour la bagnole, les aides ne visent que les ménages les plus modestes. Les catégories socio pro moyennes font sans arrêt les frais, et sans contre partie, des politiques publiques, locales ou nationales.

  8. Je commence à travailler à 7 heures. J’habite à 30 klm au sud de strasbourg. Mon bureau se trouve à l’opposé de la gare. Je me suis risquée à regarder les horaires de TER . Il m’est impossible d’arriver à 7 heures à mon poste ! j’ai le choix entre deux trains dans mon creneau horaire. Voila. En 30 minutes , en voiture je suis arrivée à destination.
    Alors, on fait comment ? On augmente la cadence des trains ? Mon petit village me paye une voiture electrique neuve ? Je pars en retraite, dont la date devient de plus en plus hypothétique. ..
    A plus de 60 ans, ca va être de plus en plus difficile d’aller travailler !!! Merci aux bobos ecolos ! (qui par ailleurs ne se privent pas de venir polluer nos campagnes le week end avec leur 4×4)

  9. les critères 2 resteront autorisés sur tout le territoire français de par la Loi. Les écolos à Strasbourg vont à l’encontre de la Loi Nationale. A vos marques, habitants de Strasbourg et des environs, pour entamer des actions au Tribunal Administratif et des recours en Conseil d’Etat ! De plus il faut savoir que les véhicules diesel norme Euro 6 sont moins polluants que les moteurs essence. Alors les écolos, donneurs de leçons, il faudrait vous recycler et chercher les vrais pollueurs ! Cherchez l’erreur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here