On l’avait annoncé dans les grands projets de Strasbourg pour l’année à venir : avec l’augmentation du tarif du stationnement résidant, la municipalité a expliqué vouloir repenser l’usage de la voiture dans l’espace public. Lors d’une conférence de presse tenue jeudi 16 septembre, elle a pris le temps de détailler le projet, qui risque de faire débat lors du prochain conseil municipal du 20 septembre.


Depuis son arrivée au pouvoir, la municipalité écologiste a pris son temps. Le temps de se donner les moyens pour la grande ambition de son mandat : entièrement repenser l’espace public. Dans cet objectif, elle a œuvré cette année à voter plusieurs plans structurants au sein des conseils municipaux. On pense évidemment au Plan Canopée, mais également au Plan Piéton, dont un exemple concret réside dans le choix d’avoir rendu la Grande-Île piétonne durant l’été. Ou encore au Plan Vélo, concernant 100 millions d’euros investis par l’Eurométropole de Strasbourg afin notamment de construire 120km de pistes cyclables. La municipalité et les plans, une véritable histoire d’amour.

Désormais, avec l’imminente réforme du stationnement, la municipalité strasbourgeoise compte passer la deuxième. Selon Jeanne Barseghian, l’objectif est de « transformer la ville en un espace partagé et apaisé ». En somme, cette réforme du stationnement fonctionne comme une nouvelle pièce du puzzle pour redéfinir l’espace public. 


La polémique de l’augmentation du stationnement résident

La municipalité a annoncé début septembre par voie de presse qu’elle comptait augmenter le prix du stationnement résident. L’opposition avait alors communiqué certains chiffres comme le prix d’un abonnement à un parking en ouvrage à 170€, ainsi que d’une perte de pouvoir d’achat de 2 000 euros par an. Par ailleurs, le conseiller d’opposition Jean-Philippe Vetter a lancé une pétition nommée « Non à la suppression du stationnement résidant à Strasbourg ! ». Dans celle-ci, il affirme que la municipalité « va voter un texte qui va changer la vie quotidienne de milliers de Strasbourgeois […] en proposant l’augmentation massive du prix du stationnement résidant voire, à terme, sa suppression ». Il a également appelé à une manifestation le 20 septembre prochain à midi, soit en même temps que le conseil municipal.

En réaction, Jeanne Barseghian, très remontée lors de la conférence de presse, a déclaré que « depuis le début du mandat on s’habitue à rétablir la vérité sur des fake news lancées par l’opposition, juste avant que les décisions ne soient votées ». La maire de Strasbourg développe : « Que ce soit clair : le stationnement résident restera en voirie. J’ai entendu parler de 2000 euros par an, 100 euros par mois. Ces chiffres sont en dehors de toute réalité et ne représentent rien. »

Il semblerait néanmoins que l’opposition ait au moins réussi à forcer la municipalité à donner un ordre de grandeur concernant le nouveau prix du stationnement résident. Jeanne Barseghian a annoncé que celui-ci ne dépassera pas 30 euros par mois. Plus de précisions seront peut-être données lors du prochain conseil municipal.


Faire évoluer la politique de stationnement en libérant de l’espace

Cette réflexion sur les nouveaux usages de l’espace public s’appuie également sur des données chiffrées. Le rapport annuel du stationnement 2018, produit par l’Observatoire du stationnement Parcus, affirme qu’une voiture est immobile en moyenne 96% du temps, en occupant 10m2 d’espace. Ce qui empêche la construction d’espaces de jeux, des trottoirs plus larges ou de sécuriser davantage certaines zones.

Dès lors, souhaitant « apporter des réponses dans la globalité du sujet », la municipalité va proposer deux délibérations lors du prochain conseil municipal :

  • La première donne des orientations-cadre pour libérer l’espace public, en proposant d’autres solutions aux propriétaires de voitures.
  • L’autre va cibler trois secteurs : Montagne Verte, Neudorf et Neustadt. Une concertation démarrera le 1er janvier 2022 et durera les six prochains mois. 
Des voitures garées sur le trottoir
Des voitures, légalement garées sur le trottoir, qui prennent une bonne partie de l’espace.
© Nicolas Kaspar/Pokaa


Proposer d’autres solutions aux automobilistes

La première délibération-cadre a souvent été réduite à tort, à la simple augmentation du stationnement résident. En substance, il s’agit de libérer l’espace public en proposant d’autres solutions aux propriétaires de voitures. Selon Pierre Ozenne, adjoint en charge de la voirie, la politique de la Ville en la matière peut se résumer en quelques mots : « Il faut ranger les automobiles différemment ». En effet, parmi les habitants de Strasbourg, soit 136 338 ménages selon l’INSEE, « 40% n’ont pas d’automobiles et 40% possèdent chez eux des places de stationnement ».

L’adjoint souhaite donc partir de ce qui existe déjà. Pour cela, il faut entrer dans une logique où les voitures devront désormais se garer dans des parkings dédiés, publics, privés ou relais. Ou alors inciter les ménages à utiliser leur box pour garer leur voiture. Il prend comme exemple le parking relais situé à Duc d’Alsace. Situé en bordure d’une station de tram, ses 600 places de parking sont finalement peu exploitées. L’adjoint développe « ceux qui se stationneront en parking relais auront l’abonnement CTS compris dans le forfait stationnement ». Pour le moment, la municipalité n’a communiqué aucun montant.

Une piste cyclable et un trottoir trop proches
Beaucoup de pistes cyclable sont très proches des trottoir.
© Nicolas Kaspar/Pokaa


Trois parkings construits dans la Neustadt, au Neudorf et à Montagne Verte

La deuxième délibération prévoit la construction de trois parkings dans « des quartiers très densément peuplés dans lesquels on n’apporte pas de réponses efficaces aux automobilistes », selon Jeanne Barseghian. Les quartiers concernés sont la Neustadt, dans une zone proche de la place de Haguenau, le Neudorf et la Montagne Verte. Pour Sophie Dupressoir, élue déléguée à la Ville marchable, le quartier de la Neustadt est « très minéral et dense en voiture ». Elle ajoute : « Il y a de très beaux commerces gâchés par du stationnement. Dans ce quartier, il y a besoin d’espace de convivialité. En outre, le secteur est très très pollué, avec l’exemple de l’avenue des Vosges. »

Cette délibération « pose le principe de la construction de ces parkings ». Des parkings dits « réversibles » c’est-à-dire prêt à prendre d’autres fonctions. Le parking P3 des Halles connaîtra également une rénovation « afin d’être prêt au bon moment pour donner des réponses de stationnement ». Pour cela, une consultation débutera le 1er janvier 2022, et durera six mois. Ce qui va permettre à la municipalité « d’expliquer pourquoi on va modifier l’espace public », selon Pierre Ozenne. Un effort d’explication salutaire que la mandature écologiste ne fait pas tout le temps.

Des voitures qui prennent toute la place sur la chaussée
© Nicolas Kaspar/Pokaa
© Nicolas Kaspar/Pokaa

Depuis le début du mandat, on était à la recherche d’un marqueur fort de la politique écologiste. Il semble aujourd’hui que celui-ci soit de repenser l’espace public. Une volonté de changer les habitudes des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois et de les inviter à repenser leurs déplacements. Un grand et ambitieux puzzle désormais complété par une volonté de changer la politique de stationnement. Mais maintenant que les différents plans ont été actés, il s’agirait de passer la deuxième.

7 COMMENTAIRES

  1. Le prix des parking sur Strasbourg est du racket organisé
    Le parking des tanneurs
    44€ les 24h en 2020, hier soir ( septembre 2021) affiché à 52€ les 24h
    Une soirée a Strasbourg centre, de 19h30 à 1h du matin donc 5h38 de parking…16.7€ les Amis
    La mafia s’installe aussi chez nous!!!!

    • Vous pourriez regarder vers les autres parking comme celui de l’Opéra ou des Halles où vous avez un forfait à 2€ de 20h à 2h du matin https://www.parcus.com/parkings/opera-broglie/
      Sinon vous pouvez aussi chercher une place en surface où le stationnement est gratuit à partir de 19h.
      Vous pouvez aussi aller dans un parking relais (celui des Romains est proche) et prendre le tram A/R le tout pour 4,20€ https://www.cts-strasbourg.eu/fr/se-deplacer/Parkings-relais/
      En centre ville l’espace pour stationner est réduit donc c’est plus dur de trouver de la place pour stationner et c’est plus cher mais marcher des Halles ou de Broglie ou alors y prendre le tram pour 2 stations c’est faisable.
      Vous parlez de mafia (les mots ont un sens) ce n’est absolument pas le cas vous, n’êtes pas obliger de payer et vous avez largement le choix de faire autrement.

  2. c’est absolument scandaleux ce que projette cette municipalité ! je ne peux pas donner 30,00€ par mois pour me stationner et encore moins dans un parking ce qui sera encore plus cher ; je circule déjà à vélo et je prends les transports en commun qui sont malheureusement payants, alors que je pensais que la gratuité serait évidente pour les plus de 65 ans ; et bien non c’est pour les
    moins de 18 ans ! aucune compensation dans ce chantage !! élargir les trottoirs quel intérêt ? faire du skateboard sur l’avenue des Vosges ça apporte quoi ? on est pas dans un village mais bien dans une ville et dans une ville il y a des voitures
    il y a assez d’endroits pour se promener, de parcs, et surtout il y a les Vosges (où je randonne depuis 30 ans) et là oui il faut une voiture

    • Dans une ville il y a des voitures certes mais ce n’est pas une raison pour faire la ville autour de la voiture. En ville on se déplace essentiellement à pied car on a généralement beaucoup de choses à proximité. Elargir les trottoirs c’est redonner la place aux piétons.

      Vous pouvez stationner dans un P+R pour 20,7 € / mois
      https://www.cts-strasbourg.eu/fr/Titres-de-transport/tarifs/Abonnements/

      Vous aurez donc le stationnement + les transports en commun pour ce prix

      • C’est plein de bonnes intentions. Je suis strasbourgeois (depuis 4 générations !) piéton, cycliste, automobiliste, utilisateur des transports en commun et taxi. Bref, j’accepte très mal les donneurs de leçons et surtout de la part de personnes qui sont des nouveaux arrivants et exigent un changement pour faire que la ville leur corresponde. Cela dit, je me permets de vous apporter une observation car vous évoquez l’étroitesse des trottoirs… et oui dans certaine configuration de rue c’est ainsi et ailleurs ou il y a de la place la partie réservée aux personnes à pied est plus large. CQFD ; mais ce que je voulais surtout dire et dénoncer c’est le mauvais comportement des cyclistes qui circulent avec affront et insolence sur les trottoirs, et sur ce point il y a un silence hypocrite de la part des différentes municipalités et des groupes soutenant le vélo en ville. Rien n’autorise les vélos à circuler même quelques mètres sur un trottoir. Le jour où tous les cyclistes de Strasbourg respecteront le code de la route alors les pourfendeurs des modes de déplacement dit doux !!! pourront l’ouvrir… en attendant faite le ménage devant votre porte et laisser nos trottoirs en paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here