Migraine, fatigue, douleurs dans le bras, nausées pour d’autres… Les effets indésirables liés à la vaccination contre le Covid-19 sont connus du grand public. Cependant, si les vaccinations se multiplient, un effet secondaire ne fait parler de lui que depuis quelques jours. Une médiatisation soudaine que l’on doit à des comptes Instagram et médias féministes : une perturbation du cycle menstruel chez les personnes vaccinées, et ce, observable dès la première injection. Sans gravité, semble-t-il, le silence autour de cet effet secondaire prouve une fois de plus que le tabou autour des règles et leur mauvaise prise en charge persistent en France. On vous en dit plus.


Depuis les annonces du Gouvernement du lundi 12 juillet, la vaccination se généralise sur le territoire français. Si les principaux effets secondaires (douleurs au bras, migraine, fatigue, nausées…) ont largement été communiqués aux Françaises et aux Français, il semblerait que l’un d’entre eux soit passé à l’as. D’abord relevé par des comptes et médias féministes ces derniers jours, il a rapidement été repris par les médias nationaux depuis dimanche : le dérèglement possible du cycle menstruel.


Une alerte donnée via les réseaux sociaux

Alors que l’on approche les 75 000 000 injections, de nombreuses personnes menstruées révèlent avoir vu leur premier cycle post-injection modifié, comme on le découvre dans une publication Instagram datant du 1er août de Marie Bongars et qui a largement été relayée depuis. « Règles tardives, saignements intermensuels, retour de règles chez des personnes ménopausées et des personnes transgenres sous traitement hormonal […], douleurs majorées, saignements plus abondants, durée du cycle augmentée », répertorie-t-elle.


Alertant sa communauté et pointant du doigt le manque de communication en France autour de ce phénomène, elle précise toutefois que « la plupart de ces symptômes sont présents sur un cycle et ne sont ni graves ni dangereux ».


Cependant, il témoigne du tabou qui entoure encore les règles dans notre pays. À en croire les réactions suite à sa publication et aux stories du compte Instagram de Mécréantes, de nombreuses femmes ou personnes menstruées expliquent ne pas avoir eu accès à cette information auparavant tout en signalant avoir constaté une modification de leur cycle, et s’en être parfois inquiétées.

« On nous prévient que l’on peut avoir mal au bras, […] avoir de la fièvre, […] des maux de tête, on ne s’en inquiète donc pas si cela survient. On ne nous prévient pas que nos cycles peuvent être modifiés, alors on s’en inquiète, on va consulter son médecin, on achète des tests de grossesse… », souligne Marie Bongars.

Un silence en France, alors que les médias étrangers, comme au Canada, relayaient déjà l’information en mai 2021.


Qu’en dit le corps médical, en France ?

Dans la « Foire aux questions » du site du Ministère des Solidarités et de la Santé, à propos du « suivi médical de la vaccination et la surveillance des effets indésirables », on peut lire ceci :

« Comme avec tous les vaccins, il peut y avoir des effets indésirables après la vaccination : une douleur à l’endroit de l’injection, de la fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires ou articulaires, quelques frissons et un peu de fièvre. Ces troubles disparaissent rapidement. […] »

Capture d’écran du site du Ministère des solidarités et de la santé


Il ne fait donc pas mention, ici d’un possible dérèglement du cycle menstruel. De plus, ni lors de l’entretien pré-vaccinal, ni au moment de l’injection ou après, à la remise des documents, cet effet secondaire ne semble être évoqué auprès des personnes venant se faire vacciner. Toutefois, on peut trouver une ligne au bas de la feuille des « Données télétransmises à l’Assurance Maladie » transmise à la sortie qui invite « à déclarer d’éventuels effets indésirables » sur un portail en ligne.

© Fanny Soriano / Pokaa


Quant aux documents disponibles dans la rubrique « Effets indésirables liés aux vaccins autorisés contre la COVID-19 : ce qu’il faut savoir » sur le site de l’ANSM (L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), nul n’évoque encore celui lié aux cycles menstruels, avec pourtant « plus de 53 339 000 injections […] réalisées au 22 juillet 2021 ».

Le dernier recensement de l’ANSM date du 27 juillet et mentionne 36 cas de troubles menstruels signalés suite à une injection de Moderna et 229 signalements après une injection du vaccin Pfizer. Ces chiffres concernent uniquement des cas signalés en France. De plus, dans un contexte où l’on parle peu des règles et où les personnes concernées n’ont probablement pas fait de lien entre leur injection et la perturbation de leur cycle, il est envisageable que le nombre de cas soit en réalité plus important.

L’ANSM a donc décidé de classer comme « signal potentiel » les troubles menstruels survenus après la vaccination par Pfizer ou Moderna, dans sa dernière enquête de pharmacovigilance dont les résultats ont été publiés le vendredi 30 juillet. Signal qui « va être porté au niveau européen », lit-on dans le rapport.


Alors si vous constatez (ou avez constaté) un bouleversement ou une manifestation inhabituelle de votre cycle menstruel, ou tout autre effet secondaire peu recensé, vous pouvez le signaler sur le site dédié. En attendant, n’hésitez pas à communiquer autour de vous, pour briser le tabou.

Fanny Soriano

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here