Une épidémie, un confinement, un couvre-feu et pourtant l’équipe du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg n’a pas baissé les bras ! Après un premier Week-end du Fantastique rondement mené en septembre, c’est avec une rapidité impressionnante que toute la programmation du second Week-end, prévu du 30 octobre au 1er novembre, a été ré-adaptée pour que chacun puisse être au lit à 21 heures. Si quelques évènements n’ont malheureusement pas survécu à ces changements d’horaires, nous aurons tout de même droit à une bonne dose de frayeur durant trois jours forts en émotion ! Suivez le guide.
Capture d’écran du film Dracula/ La Hammer

Au programme de ce week-end d’Halloween un peu particulier, Dracula, Frankenstein et Dr Jekyll seront au rendez-vous à travers une rétrospective « Hammer 70’s ». L’occasion de plonger dans l’époque bénie du cinéma d’effroi et de découvrir en copie restaurée 7 films produits par le mythique studio britannique. Les nouvelles productions du genre seront elles aussi largement mises en avant avec pas moins de 11 longs-métrages balayant des thèmes aussi larges que la lycanthropie, les insectes, la ferveur religieuse, le gore ou encore des légendes populaires javanaises qui vont te filer froid dans le dos.


Rétrospective dans le laboratoire de l’horreur du studio Hammer

A l’occasion de ce second Week-end fantastique, l’équipe du FEFFS propose une rétrospective de 7 films mythiques produits par le studio de la Hammer. Ce petit studio britannique indépendant a connu un succès inattendu entre le milieu des années 1950 et le début des années 1970, en se lançant dans le genre du film fantastique et de l’horreur. La recette consistait notamment à racheter les droits des classiques de la littérature gothique afin de faire renaître à l’écran les personnages de Dracula, Frankenstein, Dr Jekyll, mais aussi de morts-vivants et de loups-garous. Le studio fut le premier dans l’histoire de l’horreur cinématographique a utilisé la couleur. De plus, ce dernier n’hésita pas à se permettre des petites touches d’érotisme malgré la censure de l’époque. Le public adhéra, et la maison de production devint mythique avant de connaître un déclin progressif, au tournant des années 70.

Du 30 octobre au 1er novembre, les cinémas Star feront donc revivre le charme suranné des décors, les orchestrations tonitruantes et le technicolor flamboyant caractéristiques au studio Hammer qui a donné ses lettres de noblesse au cinéma d’horreur. « Sueur froide dans la nuit », « Une fille pour le diable », « Les démons de l’esprit », « La momie sanglante », « Les cicatrices de Dracula », « Dr Jekyll et Sister Hyde », « Les horreurs de Frankenstein » : autant de films qui mêleront expériences monstrueuses et haut taux d’hémoglobine.

>> Tous les détails par ici <<


11 nouvelles productions du genre à découvrir sans plus tarder

Hormis le plaisir de (re)découvrir le cachet de productions mythiques des années 70, le second Week-end fantastique dévoile également une programmation audacieuse composé de 11 nouveaux longs-métrages provenant des États-Unis, du Canada, de la France, du Royaume-Uni ou encore d’Indonésie.

Parmi la sélection de productions américaines, la comédie d’horreur « Cyst », nous emmène au sein d’un hôpital dans lequel un kyste géant doté d’un œil se lance dans une folle traque meurtrière. Dans « Honeydew », d’étranges désirs et hallucinations frappent un jeune couple alors que celui-ci trouve refuge dans la maison d’un fermier vieillissant et de son fils un peu particulier…

Capture d’écran du film Honeydew

« Rent-a-Pal » a également retenu mon attention : le film relate l’histoire d’un vieux garçon quadragénaire dont la morne existence consiste pour l’essentiel à s’occuper de sa mère malade. En cherchant une partenaire via un service de rencontres vidéo, il découvre une étrange cassette VHS appelée Rent-A-Pal. Animée par le charmant et charismatique Andy, la bande lui offre la compagnie, la compassion et amitié. Mais cette relation n’est pas à sens unique et il y a un prix à payer.


Dans « My heart can’t beat unless you tell it to », un frère et une sœur doivent commettre des meurtres pour assurer la survie de leur jeune frère qui se nourrit de sang. Jusqu’au jour où l’aîné rêvera d’un ailleurs, mais, devra affronter la détermination de sa sœur à préserver la cellule familiale.

Capture d’écran « My heart can’t beat unless you tell it to »

Retour en force également du cinéma de genre français avec deux œuvres singulières et de très haut vol, imprégnées des grands thèmes sociaux et écologiques ainsi que des blessures de notre époque. « La Nuée » raconte le combat d’une mère de famille célibataire qui pour sauver sa ferme de la faillite, élève des sauterelles comestibles et développe avec elles un étrange lien obsessionnel et psychotique. On peut évidemment penser à une version moderne des « Oiseaux » d’Hitchcock mais « La Nuée » va bien plus loin dans l’effroi.

Enfin, le film « Teddy » raconte l’histoire d’un jeune homme de 19 ans inadapté socialement qui est griffé par une bête, probablement le loup. Les semaines qui suivent, il est pris de curieuses pulsions animales. Le film alterne entre comédie loufoque et horreur. Cette histoire de loup-garou évoque surtout en fond la marginalisation de certains individus du fait de l’exclusion. Le combat d’une figure brisée pour exister dans un monde qui le rejette.

La projection de ces deux productions françaises se fera en plus en présence des équipes de film !

>> Tous les détails par ici <<


3 productions d’animation lors d’une soirée spéciale dédiée au studio strasbourgeois Amopix

Le vendredi 30 octobre à 18h45 au cinéma Vox, on fête les 18 ans du studio strasbourgeois Amopix à travers une soirée spéciale. L’occasion de découvrir les dernières productions d’animation du studio ainsi que de (re)voir le multi-primé « Lola, la patate vivante ».  Un court métrage d’animation qui exprime non sans humour et avec beaucoup de poésie les réactions d’une petite fille à la suite de la mort de son grand-père. Niveau créations inédites 8 épisodes de la série « Les Mystères de Paris » et le court-métrage à l’univers singulier « Mesdemoiselles les Palourdes » te seront dévoilées sur grand écran.

>> Tous les détails par ici <<

Vous l’aurez compris, malgré les multiples contraintes auxquelles elle a dû faire face, l’équipe du FEFFS a réussi à maintenir un second Week-end Fantastique chargé d’événements qui vont te faire trembler sur ton siège de ciné. 3 jours dédiés au fantastique à travers une rétrospective et des nouvelles productions, qui t’emmèneront à la rencontre de créatures mythiques telles que des loups-garous, des vampires ou encore Frankenstein. Mais aussi des expériences flippantes, des insectes par milliers, l’horreur qui s’invite dans une maison isolée, ou un homme prêt à payer n’importe quel prix pour combler sa solitude. Fais-moi confiance tu en auras pour ta dose de frayeur.


LES WEEK-ENDS DU FANTASTIQUE

Second week-end : Du 30 octobre au 1er novembre
Troisième week-end : Du 27 novembre au 29 novembre

Aux cinémas Vox, UGC, Star et Star St-Ex

>> RÉSERVER VOS PLACES <<
Les billets sont au prix habituel d’une place de cinéma, sauf si vous prenez le Pass Trois Week-ends, un pass nominatif d’une valeur de 12 euros donnant accès à un tarif de 5 euros avec accès coupe-file, valable pour toutes les séances aux cinémas Star St-Ex, Star, Vox et UGC Ciné Cité.

Connexions : Du 12 septembre au 28 novembre au Shadok
La page Facebook

>> TOUTES LES INFOS <<


Nouvelle grille des horaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here