Écologique, économique et particulièrement adapté à la crise sanitaire, le vélo a la côte à Strasbourg. Surtout du côté des étudiants. Nous sommes allés demander à certains d’entre eux pourquoi ils ne juraient plus que par leur biclou.

Qui a un jour été étudiant à Strasbourg le sait : pour garer son vélo sur un arceau, il faut parfois chercher un peu avant de trouver une place le matin en arrivant. Petits ou grand, fluos ou noirs – ou vert bouteille, sportifs type VTT ou munis d’un panier et d’une selle confortables – les biclous sont légion sur les parkings du campus. Mais… pourquoi ?

© Pokaa

« C’est plus de liberté »

En première année à la fac de géo, Jean vient d’arriver à Strasbourg avec le vélo que son père lui a donné : « Avant, je n’en faisais pas beaucoup, détaille-t-il, mais maintenant je n’utilise que ça pour me déplacer. C’est beaucoup plus de liberté par rapport au tram qui ne passe pas partout, et qu’on attend toujours un moment. C’est aussi plus rapide. » Pour lui, qui habite au Neudorf, venir sur le campus à vélo le matin lui permet d’économiser vingt minutes de trajet.

© Pokaa

« J’ai tenu un mois avec le tram »

Étudiante en deuxième année d’Allemand, Coralie ne jure que par le vélo depuis l’année dernière. « Quand je suis arrivée, j’ai tenu un mois avec le tram. C’est l’enfer, il y a toujours plein de monde tout le temps ! Être à vélo, c’est plus rapide, juge-t-elle également. Je travaille dans un collège au Neudorf à côté de mes cours. Le tram ne passe pas là-bas. Avec le vélo, je peux aller partout ! » Pour la jeune femme, qui vient tous les jours à Strasbourg depuis Haguenau en train ou en voiture, c’est aussi plus écologique. Et plus pratique par les temps qui courent. « C’est agréable de pédaler, d’être seule sur son vélo, explique Coralie. Ça permet de respecter une certaine distance aussi, avec l’épidémie… »

>> À lire ou relire : Strasbourg à vélo : les bons plans qui facilitent encore plus nos déplacements

Coralie et son fidèle destrier.
© Pokaa

Des offres Vél’hop à 10 euros pour les étudiants boursiers

Mélanie et Alice ont, elles aussi, opté pour la bicyclette cette année. «J’avais loué un vélo chez Velhop l’année dernière et je m’en suis quasiment jamais servi car je préférais marcher, se souvient Mélanie. Mais cette année, je vais quand même en relouer un car je fais beaucoup plus d’allers-retours qu’avant et c’est quand même pratique. Surtout pour rentrer tard : c’est plus rassurant de rentrer vite à vélo, que seule à pied. »

Alice est allée chercher le sien, chez Vel’hop également, il y a deux jours. « L’année dernière, j’utilisais le tram, mais cette année j’ai pris un vélo parce qu’il y avait une super offre. C’est 10 euros pour les étudiants boursiers pour un an, 42 euros pour les non-boursiers. Sachant qu’on paye à peu près 30 euros d’abonnement mensuel pour le tram et le bus, c’est vraiment intéressant. En plus, ça me fera faire un peu de sport. »

Alice
© Pokaa

Cette nouvelle tarification Vel’hop pour les étudiants, et notamment les boursiers, est le fruit d’une dotation de la Ville à Strasbourg mobilités pour cette rentrée 2020. « C’est une décision que nous avons prise pendant la crise du Covid-19, explique Nathalie d’Ambrosio-Vitale, chargée de mission pour Strasbourg aime ses étudiants. On sait que la précarité étudiante a augmenté avec la crise, du fait de la perte de certaines opportunités. C’était un moyen de leur rendre un peu de manœuvre budgétaire. » L’offre commence à se faire connaître. Depuis le début du mois de septembre, près de 500 contrats Vel’hop au tarif boursier ont déjà été signés.

>> À lire ou relire : Bienvenue à Strasbourg : le petit manuel de l’étudiant strasbourgeois, édition 2020


*Soutenu mais non relu par Strasbourg aime ses étudiants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here