Visite interdites à l’hôpital, impossibilité de voir le défunt, limitation du nombre de personnes pouvant être présentes à la cérémonie, absence du prêtre : pendant cette période de confinement, de nombreux Alsaciennes et Alsaciens ont dû dire au revoir à leurs proches dans des conditions pour le moins, particulières. Certaines sont faciles à accepter, d’autres moins, mais une chose est sûre, chacune d’entre-elles a lourdement pesé sur les épaules des vivants, déjà chargés par l’immense peine provoquée par la perte d’un proche. Nous avons voulu raconter quelques-unes de ces histoires, de ces adieux singuliers, à travers les mots de ceux qui ont dû faire face, à l’inéluctable. L’occasion aussi, de rendre modestement hommage à toutes les personnes décédées pendant cette pandémie de Covid-19, qui a déjà fait beaucoup de victimes.

***

© Martin Lelievre

Carine*

La grand-mère de Carine a été hospitalisée pendant le confinement et n’a pu recevoir aucune visite. “On n’avait pas le droit du tout d’aller la voir, ce qui était très compliqué et très douloureux. On savait qu’elle ne pouvait pas se nourrir toute seule et qu’il n’y avait pas le personnel suffisant pour assurer correctement ça, donc c’était très frustrant.” raconte Carine. Ce n’est que lorsque sa grand-mère est décédée, qu’elle a eu l’autorisation de la voir. Et lorsqu’il a fallu engager les démarches pour organiser les obsèques, la famille a dû faire face à bien des difficultés.

Arrivé aux pompes funèbres tout était archi compliqué avec des délais pas possibles. C’est arrivé le 22 avril, et à ce jour on n’a toujours pas d’acte de décès. Je pense que ce n’est pas non plus une situation habituelle pour eux [les pompes funèbres]. D’abord, on nous a dit qu’on aurait des semaines d’attente, puis des mois. Je crois que c’était spécifique à la mairie d’Illkirch, qui interdisait l’inhumation d’urne pendant le confinement. Les cercueils étaient autorisés mais pas les urnes. Donc l’agence des pompes funèbres a proposé de garder l’urne pendant plusieurs mois jusqu’à ce que la mairie donne l’autorisation et rattrape le retard. Et quand je suis allée vérifier sur le site du gouvernement et à la préfecture, j’ai vu que c’était vraiment spécifique à Illkirch. Alors j’ai demandé s’il y avait eu un arrêté, et du coup j’ai contesté et bataillé avec eux et ils ont fini par nous donner l’autorisation de faire l’inhumation. Ensuite, on a dû attendre encore au moins quinze jours pour le faire réellement. Et la condition c’était que ce soit limité à dix personnes. Toute cérémonie était interdite, donc on a juste accompagné l’urne au cimetière et fait une petite cérémonie entre nous, avec dix personnes triées sur le volet. Alors quand on a grande famille, c’est compliqué. De ne pas l’avoir vu et d’avoir ce délai d’attente, car aux pompes funèbres on nous parlait d’abord de juin ou juillet pour l’inhumation, c’était compliqué. Entamer un deuil quand on sait que les urnes sont stockées quelques part, c’est difficile. Et pour ma mère, c’était insoutenable. On avait aucune info, on ne savait pas quand ils allaient la récupérer, la ramener, c’était le flou total. Ce que j’ai trouvé très dure aussi, c’est quand on est arrivés au cimetière. On avait rendez-vous et ils n’avaient pas encore fini de creuser la tombe. D’arriver et de voir ça, j’ai trouvé ça horrible. Ils nous ont dit que rien n’était fait comme d’habitude, qu’il y avait du retard partout et qu’ils étaient débordés.” Carine et sa famille discutent de l’éventualité d’organiser une cérémonie plus tard, au cours de laquelle tous les proches pourront enfin se recueillir, mais rien n’a encore été décidé.

***

Anne*

Le père d’Anne a perdu la bataille contre le Covid à la mi-mars, juste avant le confinement. Atteint d’une maladie chronique, il faisait partie de ces personnes à risques. “Ça s’est passé très vite, en quatre jours. Il a été hospitalisé le vendredi, le samedi on a su pour le Covid et le mardi d’après il est décédé.” Pendant son hospitalisation, le médecin lui déconseille, mais ne lui interdit pas de rendre visite à son père. Anne prend la décision difficile de ne pas y aller, pour protéger sa famille, ne pas mettre en danger ses proches, et surtout sa mère. “Je n’y suis plus allé parce que c’était déconseillé. Il toussait beaucoup, et ça signifiait aussi ne plus pouvoir être auprès de ma mère, parce que si j’y allais, j’étais personne “contact”. C’est un choix compliqué, mais je l’avais au téléphone, et il était clair jusqu’au bout. C’était surtout pour préserver ma famille, mes patients (Ndlr. Anne est éducatrice spécialisée dans un hôpital) et ma mère, parce que me couper de ma mère à ce moment-là, ça aurait été terrible. J’avais des appels réguliers avec le médecin, il prenait le temps de m’appeler pour me dire ce qui était décidé, on avait déjà parlé de toutes ces questions-là avant. C’est arrivé très vite, mais en même temps c’était inéluctable. Quand on connaît les conditions de décès dues au Covid… On nous avait qu’il ne s’en sortirait pas. J’ai été prévenue avec une très grande humanité. Le médecin a pris le temps de me parler alors que je suppose qu’il n’en avait pas tant que ça.

Vient alors le temps de préparer les adieux, pour que la famille puisse rendre hommage, et même si Anne est bien au fait qu’il n’y aurait pas cérémonie en église, restrictions Covid obligent, elle espère pouvoir accompagner son père au cimetière, avec le soutien d’un homme de Dieu. Mais malheureusement le prêtre refuse d’être présent, et la famille devra finalement faire sans. “J’ai appelé l’archevêché, les prêtres sont encouragés à accompagner les défunts au cimetière, ça reste encore dans leur “devoir” si on peut dire. Et ça a été très compliqué, parce qu’il n’a pas voulu venir car il avait peur. C’est un jeune curé, qui m’a juste dit ”mais madame c’est un virus” et il a fini par me raccrocher au nez car je n’ai pas été très sympa. Depuis, je n’ai aucune nouvelle, je lui ai encore laissé un message. Là pour le coup,  c’était pas du tout humain de sa part. Mais j’ai vraiment compris qu’il se cachait, qu’il avait peur du Covid. Donc au cimetière, on était vraiment que la famille proche, donc les enfants et les petits enfants et avec les pompes funèbres. Ça a été compliqué de se dire : bon, on va y aller, tout seul, on va se débrouiller sans lui [le curé]. Je suis encore fâché avec ça, parce que je trouve que ce n’est pas normal. C’est comme si une infirmière disait je ne vais pas bosser, alors est-ce qu’ils ont un droit de retrait eux ? Je ne sais pas. À l’archevêché, ils m’ont dit “on ne peut pas l’obliger”.  Ils ne m’ont même pas demandé le nom du curé. Donc l’archevêché n’a vraiment pas aidé, ils ne m’ont pas proposé quelqu’un d’autre. J’ai vraiment vécu ça comme un abandon. Alors qu’avant, à l’hôpital, on avait eu l’accompagnement qu’il fallait. C’est un peu l’amertume que je garde et je pense que je la garderai toujours parce que c’est impardonnable.” 

Le plus difficile pour Anne, a été d’expliquer tous ces changements, toutes ces règles et interdictions à sa mère de 82 ans, qui venait de perdre son mari. “Tout s‘est fait par téléphone, les fleurs, l’organisation, etc. Et pour ma mère, tout faire par mail ou bien par téléphone, ce n’est pas évident. Ça a été très compliqué pour elle qui est âgée, qui avait envie de l’habiller de tel manière, de l’embrasser une dernière fois. Ça faisait beaucoup d’un coup. Alors lui annoncer par téléphone qu’on n’aura pas de curé, pas de dernier sacrement, c’était vraiment dur. Elle n’est pas très pratiquante, mais c’était important pour lui et pour elle.” Comme le service dans lequel elle travaille a dû fermer pendant le confinement, Anne est allée prêter main-forte dans une unité de soins longue durée. Une activité qui lui aura permis d’occuper son corps et son esprit, mais qui pourrait bien avoir retardé la nécessaire acceptation du deuil. “Même si ma mère à encaissé les coups de manière très courageuse, je pense qu’on ne se rend pas compte encore. Moi en tout cas, je ne me rends pas bien compte.

***

Charlène

La grand-mère de Charlène est décédée le 13 mai dernier suite au Covid. Elle raconte combien la nouvelle a été brutale, pour elle, et l’ensemble de la famille, qui ne s’attendait pas à devoir lui dire au revoir. “Tout a commencé cinq semaines avant le déconfinement. Ma grand-mère (79 ans et au top de sa forme) a été emmenée à l’hôpital de Hautepierre, ils lui ont décelé un cancer du col de l’utérus… Après deux semaines passées à l’hôpital, coupé du monde sans aucune visite possible (ni même mon grand-père), nous avons enfin eu la chance de pouvoir aller la voir. Elle n’était pas en super forme. Déprimée d’être seule, et en plus dans un endroit totalement inconnu. Mais grâce à notre présence elle reprit du poil de la bête et grâce à ça elle subit deux chimiothérapies qui ont eu un immense succès ! Elle était vraiment au top de sa forme et pensait vraiment pouvoir rentrer à la maison d’ici quelques semaines. Comme son état s’améliorait de jour en jour, l’hôpital a décidé de la faire transférer à la clinique Bethel à Oberhausbergen. Pour soi-disant, qu’elle soit beaucoup mieux prise en charge. Son transfert a eu lieu le lundi 11 mai. Transfert au cours duquel elle a attrapé le Covid (nous ne savons absolument pas comment…). Comme à cause des chimiothérapies elle n’avait plus de système immunitaire, le Covid l’a foudroyée… Elle nous a quitté brutalement le mercredi 13 mai au matin. Nous sommes complètement anéantis… Mais essayons de faire face au mieux avec cette situation…” Depuis quelques jours, la réouverture des lieux de culte a été autorisée. Charlène et sa famille vont donc enfin pouvoir offrir un enterrement “digne de ce nom” à sa grand-mère, au début du mois de juin.

***

Valérie*

Résidente dans une EHPAD située à Colmar, la grand-mère de Valérie* est tombée malade avant la période de confinement. Mais au cours de celle-ci, son état s’est assez vite dégradé. Au vu des conditions sanitaires, aucun membre de la famille n’a pu lui rendre visite avant ou après son décès. “En fait, elle est morte une semaine après le début du confinement. Ça a été rapide. On avait interdiction d’y aller pour la voir. Pour pallier la distance, Valérie décide d’envoyer des lettres à sa grand-mère. Un moyen de maintenir le lien, d’apporter son soutien à travers quelques mots. Mais difficile de savoir si la plupart ont été lues. “C’est mon père qui me tenait au courant et me préparait à son départ. Et finalement, elle est décédé. Et personne n’a pu aller à l’enterrement. C’est à 300 kilomètres d’ici, donc on a décidé de ne pas y aller. On s’est dit, que si on avait un accident de voiture ou quoi que ce soit, on ne pourrait pas bien s’occuper de nous aux urgences. Donc ça, c’était assez dur. On aurait pu, mais mon père a pris la décision de ne pas y aller, même si je n’étais pas forcément d’accord. Il était paniqué. Et puis toute la famille n’aurait pas pu de toute façon.” 

Le père de Valérie prend alors en charge les obsèques et s’organise à distance avec les pompes funèbres. “Il y a juste les croque-morts qui sont venus la chercher, et la déposer dans sa tombe. Pour moi, ce qui est douloureux, c’est que je n’ai pas pu lui dire au revoir. Je sais qu’elle aussi, ne comprenait pas parce que j’allais quand même très régulièrement la voir. Et du jour au lendemain, c’était interdit. Donc je pense qu’elle a aussi beaucoup souffert de ça. Je pense que c’était difficile pour tout le monde dans la famille. Quand on aime quelqu’un et qu’elle ne va pas bien on veut la voir. Et là, ce n’était pas possible. Donc ça m’a énervé, que je ne puisse pas y aller, la voir et puis qu’après je ne puisse pas aller l’enterrer. Là, c’est un enterrement, toute seule, sans aucune dignité, je trouve ça super triste. 

Aujourd’hui, Valérie attend avec impatience que la limite des 100 kilomètres soit révolue, pour pouvoir se rendre sur la tombe de sa grand-mère. “Je pense qu’en fait ce qui est si dur, c’est que le deuil n’est pas fini. J’aurai eu besoin de la messe et de l’accompagner au cimetière et je trouve ça triste d’être enterré sans personne. C’est vraiment une fin de vie dure. On a prévu d’y aller en famille, de passer un week-end là-bas tous ensembles, et d’aller au cimetière. Pour pouvoir au moins lui dire au revoir.


À Yvonne, Marie-Louise, Claude et tous les autres. <3


*Le prénom a été modifié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here