L’épidémie de Covid-19 a de grandes répercussions sur toute la société, notamment les services sociaux, dont une bonne partie ne sont plus assurés à Strasbourg comme ailleurs. Nous avons décidé de donner la parole à des personnes précaires, pour qui cette épidémie a de lourdes conséquences. Reportage (en respectant les consignes sanitaires) dans une ville quasi déserte :

Thierry, la cinquantaine, fait la manche près de la cathédrale, à côté d’une boulangerie. Une femme masquée lui offre spontanément un sandwich. « Merci madame, c’est très gentil à vous. » Son quotidien n’est pas rose ces temps-ci. « Pour se confiner, il faut avoir les moyens ! J’ai un hébergement social, mais si je reste chez moi, je ne peux pas manger, j’ai pas assez de ressources. D’habitude je vends des petits objets dans la rue mais là ça n’est plus possible. Heureusement, beaucoup de personnes sont solidaires en ce moment… Je suis ici depuis 10 h, j’ai déjà reçu un ticket restaurant, ce sandwich et un peu de monnaie. » Il est 12h30 et nous sommes le lundi 23 mars 2020, une semaine après le début du confinement annoncé pour contrer l’épidémie de Covid-19.

« Il y a aussi des gens qui n’osent pas m’approcher de peur d’être contaminés, comme s’ils avaient peur de moi, ça fait mal ça… Ils font de grands écarts quand ils arrivent vers moi… mais franchement, ils pourraient au moins me regarder, ça ne coûte rien. » Thierry, qui vit dans un appartement mais est obligé de mendier, ne fait même pas partie des 3290 personnes en situation d’urgence dénombrées par le collectif Nuit de la Solidarité Strasbourg, qui vivent dehors, dans des structures d’hébergement d’urgence, ou dans des squats.

Plusieurs sans-abris témoignent avoir eu des amendes parce qu’ils étaient dehors

Place Gutenberg, Adrian (son prénom a été modifié) est affecté par la situation. « C’est déjà très difficile de base ! En plus maintenant on a plus de douches, plus la possibilité de dormir dans des centres, et c’est plus compliqué de trouver à manger. J’ai juste eu des accidents de vie, voilà comment je me retrouve. On croirait pas comme ça, mais ça va vite de se retrouver à la rue. » Il fond en larmes : « Cette société me fait peur. Moi je ne sais même pas ce que c’est ce coronavirus. La police est venue me voir plusieurs fois ces derniers jours pour me dire que je n’avais pas le droit d’être ici… mais je peux aller où ?! Ils sont marrants eux ! »

Comme lui, deux autres sans-abris rencontrés, Nourredine et David (leurs prénoms ont été modifiés), ont eu des « problèmes avec la police » : « On allait à la distribution de Strasbourg Action Solidarité vers la gare pour recevoir à manger, et il nous ont mis, à chacun, une amende de 150 euros quand ils nous ont rencontrés. On a pas à être là, on est pas en règle apparemment. C’est inhumain franchement ! »

Une des personnes en charge de la communication de la police, contactée par téléphone pour évoquer les amendes de Nourredine et David, explique que des centaines d’avis de contravention ont été réalisés à Strasbourg pour non respect du confinement :

« Moi je ne peux pas être au courant du détail de chacune d’elles, c’est impossible. La seule chose qui est sûr c’est que nous contrôlons tout le monde sans distinction de classe sociale, et nous rappelons les règles de confinement. En théorie, on ne devrait pas donner d’amendes aux sans-abris. »

Certains restent isolés pour se protéger

À deux cent mètres de là, quai des Bateliers, Daniel cherche un sachet repas à l’Étage, une structure d’accueil associative qui assure deux distributions par jour, de 11h30 à 14h30 et de 17h30 à 19h, tous les jours de la semaine depuis le 18 mars. « Moi je reste isolé, comme ça je suis sûr de ne pas attraper le virus. On est dans le flou, on ne sait pas où aller comme tout a fermé ou a été modifié. Ce qui me choque c’est quand on nous dit qu’il faut garder une bonne hygiène… Mais comment on est censé faire quand on est à la rue ? Les douches publiques sont fermées depuis le début du confinement. » D’après Marie-Dominique Dreyssé, adjointe au maire en charge des Solidarités, « les douches publiques de La Bulle, derrière les bains romains, devraient bientôt rouvrir. »

Olivier a dormi sur un banc au centre-ville cette nuit. Lui ne va pas chercher son repas à l’Étage, et il n’essaye plus d’être logé dans des centres d’hébergement. « Je suis un solitaire de toute façon. Je préfère me débrouiller autrement. En plus ça peut-être des endroits où on se contamine ! C’est malheureux mais est-ce qu’un sans-abri sera soigné comme un cadre ? Je ne pense pas. Après, j’ai pas trop peur pour moi, je pense que j’ai un bon système immunitaire.« 

Un situation difficile au squat Bugatti

Devant le squat Bugatti, le même jour, une petite dizaine d’enfants jouent. Tous les résidents portent des masques. Ils ont été donnés par Médecins du monde, d’après Lahcen, un ancien sans-abri du camp des Glacis :

« C’était très important qu’on ait ça. Les gens ont forcément paniqué avec le virus, c’est normal… Imaginez, 250 personnes confinées dans le même endroit, avec des personnes âgées notamment. Une dame qui vit ici est à l’hôpital dans un état critique. Maintenant il y en a pas mal qui sont partis, on est un peu moins de 200. Pour le moment la solution qu’on a trouvée avec Médecins du monde, c’est que les personnes malades dormiront dans des tentes en dehors du squat. C’est l’urgence, c’est pas facile, mais on fait le maximum pour que les conditions d’hygiène soient bonnes. »

Le mardi 24 mars, suite à l’évaluation des états de santé de certains résidents de ce squat par des volontaires de Médecins du monde, 6 personnes ont été hospitalisées car atteintes du Covid-19.

Les services spécifiques des demandeurs d’asile en arrêt

Au camp du Glacis, Abubakar, Ismaïl et Abdulahab attendent devant leur tente. « Les policiers nous ont dit qu’on devait rester là, mais comment on fait si on veut chercher à manger ? Il n’y a pas toujours des maraudes qui passent par ici, » explique Abubakar. Les demandeurs d’asile, n’étant pas en capacité de travailler et de trouver un logement comme ils n’ont pas de papiers, peuvent en théorie bénéficier d’un hébergement et d’une aide alimentaire le temps que leur demande soit traitée. Mais là, comme l’explique Abubakar, impossible d’accéder à ces services, toutes les institutions comme la PADA (Plateforme d’accueil des demandeurs d’asile) et l’OFII (Office français de l’Immigration et de l’Intégration) sont fermées. « Mon rendez-vous à la préfecture a été annulé aujourd’hui, je ne sais pas quand je pourrai accéder à mes droits. C’est vraiment dur, j’ai zéro ressources, je ne peux rien faire, c’est comme si je n’existais pas. »

Les discours recueillis sont variés, mais un constat est évident, pour les personnes les plus précaires, les conséquences de la pandémie et du confinement peuvent être désastreuses. La préfecture a annoncé « des mesures exceptionnelles dédiées aux personnes en grande précarité, » mais de nombreux membres d’associations pour les mal-logés trouvent que cela ne va pas assez loin. Sabine, de l’association Les petites roues interroge : « Pourquoi les hôtels ne sont pas réquisitionnés par exemple ? Le virus est en train de se propager à l’heure actuelle… On parle de la vie des gens là, et de santé publique, c’est grave !« 


Plus que jamais, les associations strasbourgeoises actuellement sur le terrain ont besoin d’aide, de volontaires et de dons.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here