Une pièce de théâtre jouée par des étudiants sur les conditions de la recherche scientifique, une conférence sur les zombies, ou encore sur les 5 sens des nouveaux nés prématurés… Cette année encore, l’édition régionale d’un festival international sur le cerveau et ses mystères promet une diversité de sujets et une multitude d’événements sur Strasbourg et environs.

Chauffez vos méninges ! La Semaine du Cerveau, organisée depuis 1998, est présente dans plus de 120 villes en France et plus d’une centaine de pays dans le monde. C’est l’occasion, un peu comme le festival « Pint of Science » ou le « Forum Européen de Bioéthique », d’éclairer le grand public sur le travail des chercheurs et de mettre en avant les sciences pour mieux savoir comment fonctionne nos cerveaux. De nombreuses conférences sont également organisées dans les écoles, collèges et lycées alsaciens par les professionnels de la recherche.

Plus un « mois du Cerveau » qu’une Semaine…

L’année dernière, 62 000 français se sont déplacés pour en savoir plus sur leurs neurones selon la Société des Neurosciences, les organisateurs français de l’événement, qui regroupe une communauté de 2000 scientifiques et quelques 500 doctorants.

A Strasbourg pour l’occasion, pour la 3e fois, un des organisateurs et membre de Neurex, Laurent Nexon, écrit une pièce de théâtre qu’il met en scène avec les étudiants en neurosciences de l’Unistra à travers leur association Doctoneuro. Depuis la première, ses créations rencontrent un franc succès via le bouche à oreille dans le milieu scientifique si bien que les deux séances programmées au Vaisseau cette année sont déjà complètes et qu’il cherche un endroit où faire plus de représentation.

A Strasbourg, une pièce de théâtre et 3 conférences

L’année dernière, dans la pièce, le corps humain modélisait une société avec, par exemple, des zones du cerveau comme ministres ou des globules rouges comme grévistes. Cette année, la pièce sort d’un support biologique pour s’ancrer plus politiquement dans le réel. Elle s’appelle « On cherche encore ». Comprenez, « on cherche encore de l’argent pour la recherche » avec un sous-titre délicieusement acide reprenant la novlangue de l’époque : « une pièce d’excellence, innovante, impactante »

La pièce « Vice Cachet » – doc fourni
Une autre, toujours jouée par les étudiants, « Tant de Cerveau disponible » – doc remis

 Toujours en traitant l’actualité, c’est le thème du  financement de la recherche qui est aujourd’hui traité par la « troupe » scientifique. La satire vise la privatisation accrue de la recherche et ses effets concrets,  comme la falsification des résultats scientifiques dans l’optique d’être publiés ou financés. Une manière pour Laurent Nexon, et son co-auteur Jean-Christophe Cassel, professeur en neurosciences à l’Unistra, d’alarmer sur la situation de la recherche tout en « parlant à d’autres sphères de la société qui subissent un sort similaire ».

Le rôle de l’université et de la recherche dite « fondamentale » c’est-à-dire qui n’est pas poussée par un objectif de rentabilité sera aussi au cœur de la pièce, jouée intégralement par des étudiants. Vous pouvez encore tenter de vous glisser dans l’une des deux représentations, le 22 ou 23 Mars au Vaisseau, ou mieux, vous inscrire sur la liste pour être prioritaire et recevoir les informations sur les prochaines représentations qui ne sont pas encore programmées.

Ma Thèse en 180s dans l’amphithéâtre Cavaillès au Patio

Un programme qui s’étend à d’autres villes alsaciennes (Mulhouse, Sélestat, Saverne…)

Niveau conférences, rassurez-vous, vos synapses ne devraient pas lâcher pas au bout d’une heure. L’effort est accentué pour la vulgarisation et l’accessibilité des sujets à tous. Pour Strasbourg, trois conférences sont encore d’actualité :

-Ce soir jeudi 14 mars à 18H30 au Patio (amphi Cavaillès, Campus central)

Le développement des Sens chez les Prématurés

Résumé : Comment les nouveaux nés prématurés perçoivent leur environnement et quelle influence il peut avoir sur eux sur le long terme ?

-Samedi 16 Mars 15h à la Librairie Kléber

Le Zombie est-il un bon modèle ?

Résumé : Serait-on tous un peu zombies dans nos cranes ?! En tout cas, c’est un sujet passionnant pour ces chercheurs strasbourgeois. Déficits de mémoire, troubles alimentaires ou psychologiques, 5 neuroscientifiques strasbourgeois tenteront de vous expliquer pourquoi le zombie les intéresse, à travers notamment celui des célèbres films de George Romero. Plus d’info ici.

-Jeudi 21 Mars 18h30 au Patio (Campus central, amphi Cavaillès)

Quand je serais grand, je ne serais pas myope !

Résumé : Le taux de myopes explose en Europe et dans le monde ! Pourquoi ? La réponse évidente qui vient à l’esprit est l’exposition plus longue et plus tôt aux écrans, mais peut-être n’est-ce pas la seule. Comment entraver cette progression de la myopie ?

Autrement, il y a près d’une dizaine d’autres événements organisés en Alsace, portant notamment sur les anti-dépresseurs dont nous sommes de grands consommateurs… ou encore sur le « déclin des capacités intellectuelles humaines », la maladie de Lyme ou la mémoire. Pour y tout savoir en détails sur ce qui se passe près de chez vous, rien de bien sorcier (malgré la visite prochaine de Jamy à Strasbourg), il suffit d’aller sur leur site par ici.


La Semaine du Cerveau – Strasbourg/Mulhouse

Mars 2019

Différents lieux en Alsace

Patio, Librairie Kléber et le Vaisseau pour Strasbourg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here