L’une abrite plus de 8 millions d’américains, l’autre précisément 500 013 alsaciens. La première a inspiré les plus grands films hollywoodiens, la deuxième a quand même fait venir Robert Downey Jr., et ça, c’est pas rien. Mais, malgré ces subtiles différences, entre New York et Strasbourg, finalement, il n’y a qu’un pas. Cet été, j’ai donc arpenté les rues de la ville qui ne dort jamais, un pretzel sous le bras (les ricains ont remplacé le « b » par un « p », histoire qu’on n’y voit que du feu, MAIS NOUS NE SOMMES PAS DUPES !), et comme j’ai bien aimé, j’ai décidé de (presque) tout vous raconter.

New York, cette petite Alsace entourée d’américains

Parmi les 8 millions de personnes vivant à New-York, on estime qu’il y a environ 35 000 francophones. Parmi ces « mangeurs de grenouilles », il y aurait environ 3000 « mangeurs de grenouilles au Munster ». Une communauté d’alsaciens bien en place et très active puisqu’il existe même, depuis plus de 147 ans, une « Union Alsacienne de New York » dont le but est de « préserver le patrimoine alsacien et promouvoir l’Alsace » auprès des mangeurs de burgers. Pas mal. Et si, pendant votre séjour de l’autre côté de l’Atlantique, la choucroute vous manque, vous trouverez à New York, entre un Shake Shack et deux MacDo, des restaurants comme « Le Café D’Alsace » sur la 2e avenue, « La Tarte Flambée » sur la 33e ou encore « La Cigogne« , à Brooklyn. En somme : l’Alsace pèse grave dans le East Coast Game #MakeBretzelsGreatAgain

L’Union Alsacienne de New York

Sans même compter leur passion pour les Pretzels et leur projet de récupérer nos marchés de Noël, rappelons au passage que cette bonne vieille Statue de la Liberté, qui voit passer plus de 4.5 millions de touristes chaque année, c’est bien par chez nous qu’elle est née ! Tout ça grâce à l’esprit bien construit de notre alsacien Auguste Bartholdi. Alors les ricains, ont dit merci qui ?

Mais même si l’apport des alsaciens joue beaucoup sur le swag new-yorkais, la ville qui ne dort jamais reste quand même un incroyable terrain de jeu à explorer ! Alors chope ton passeport, ton meilleur accent américain et viens donc jouer les touristes avec moi.

New York, New Yooooooooork

Pour bien commencer ce voyage, il y a plusieurs choses que tu dois savoir.

  • Aux States, en tant que jeune européen, tu as un pouvoir d’achat plus qu’intéressant puisqu’actuellement 1 dollar = 0.87 euros. Autrement dit, quand tu achètes là bas un T-shirt à 20 dollars, tu ne le paiera en fait que 17,41 euros. Habile. En plus, à New-York, il y a tout un tas de magasins avec des prix de FO-LIE, comme Century 21, où tu pourras faire des affaires à faire pâlir Carrie Bradshaw.
  • Traverser l’Atlantique est de plus en plus abordable financièrement ! Les compagnies low coast ont débarqués sur le marché des vols longs courriers, cassant les prix au passage. Aujourd’hui, tu peux donc t’envoler direction New York pour moins de 300 balles aller-retour, et ça ça pèse.
  • Sur place, il y a un nombre incalculable de moyen de s’héberger : auberges en tout genre, dans tous quartiers, hôtels, air bnb, tu trouveras forcément ton bonheur. Pour ma part, j’ai déniché par exemple un air bnb de compèt sur Roosevelt Island, soit à 3 stations du centre de Manhattan, pour seulement 41 euros la nuit (bisous Jason, best hôte ever <3).
  • Pour les transports, le métro t’emmènera globalement partout : avec plus de 24 lignes différentes et plus de 468 stations, tu auras de quoi profiter de la transpi des new-yorkais pénardo comme un renardeau. Le plus rentable reste de choper le pass 7 jours métro card à 29,00 $ (soit environ 25 euros).
  • Pour manger, pareil : en fonction de ton budget tu trouveras de tout ! Du vendeur de hot dog à 2 dollars dans les rues, aux restos chic de l’Upper East Side en passant par les bonnes adresses de Hell’s Kitchen, tu trouveras forcément de quoi remplir ta panse.

Les bons bails

  • Faire son selfie souvenir à Ellis Island – La statue de la liberté

Mouais. Bof. On a la même sur un rond point à Colmar quoi, on va pas en faire tout un Munster.

Tips : le ticket pour le ferry qui dépose sur l’île coûte 18 dollars, et je te conseille vivement de profiter pleinement de l’audio-guide qui va avec ! Tu y apprendras entre autre pourquoi Dame Liberté est verte et tout un tas d’autres petites anecdotes qui te permettront ensuite de briller en société.

  • Prendre des coups Boire des coups à Hell’s kitchen

Pour moi, Hell’s Kitchen, c’était ça :

Je m’étais donc préparée à arpenter courageusement des rues dépravés et pleine de danger, dans lequelles drogue et violence règnaient en maître. Quelle ne fût pas ma surprise en découvrant que, contre toute attente, la « cuisine de l’enfer » était en fait l’un des quartiers les plus tendances de New-York. On y trouve des bars, des restos et des clubs pour profiter sans modération des nuits new-yorkaises.

Tips : si vous vous perdez dans les rues de Hell’s Kitchen, je vous conseille chaudement de vous arrêter dans le bar à vin Aria : une ambiance cosy et des linguini alle vongole à faire rougir l’Italie.

  • Prendre une claque au World Trade Center

Pas littéralement hein, mais émotionnellement, ça fait quand même un coup. Là où se tenait, il y a encore 17 ans les Twin Towers, trône aujourd’hui la One World Trade Center, l’impressionnante gare l’Occulus et le mémorial poignant des attentats du 11 septembre 2001. Un passage historique obligatoire qui ne laisse pas de marbre.

Tips : Wall Street est à deux pas du WTC, et même si vous n’y croiserez sans doute ni loup, ni Léo, ça vaut quand même le coup d’aller y faire un tour. Vous y croiserez des hommes d’affaire pressés, des camions de pompiers et des bâtiments à l’architecture complètement déjantée.

  • Se faire insulter en chinois à China town

LA. BASE. Dans ce quartier complètement hors du temps, vous pourrez observer de vielles personnes jouer au Mekong dans des parcs, manger des Poke Bowl de qualitay ou acheter tout un tas de choses très bon marché.

Tips : n’essayez pas de prendre les vieilles personnes citées précédemment en photo, vous risqueriez de le regretter…

  • Etre aveuglé par les lumières de Time square

Time Square ou l’antre de la sur-consommation. Mais, on dira ce qu’on voudra, ce coin de New-York reste quand même ultra visuel et photogénique, surtout la nuit par temps de pluie. En plus, à deux pas, il y a Broadway et toutes ses salles de spectacles si réputées ! J’ai eu la chance d’aller y découvrir la comédie musicale Anastasia et c’était MA-GIQUE.

Tips : pour choper des places à Broadway sans avoir besoin de vendre un rein, allez tôt le matin ou en début d’aprem au TKTS de Broadway pour dénicher des billets à prix réduits et des invendus ! Ca vaut VRAIMENT le coup 🙂 

Tips #2 : Vous croiserez beaucoup de gens très étranges à Time Square. Des gens (très mal) déguisés en Spider-Man, Batman ou encore la Reine des Neiges. Prenez le temps de bien regarder ces personnes et de faire le point sur votre propre existence.

sdr
  • Se prendre pour un hipster trendy à Brooklyn

Un quartier new-yorkais en plein développement, qui attire de plus en plus de monde et on comprend pourquoi ! Roof top avec vue sur le World Trade Center, balade suspendue, petit cafés et restos tendance… de quoi rendre fous ses abonnés Insta !

Tips : pense à bien charger ta batterie de téléphone, histoire de pouvoir faire des tas de photos énervantes.

Tips #2 : pour aller à Brooklyn, tu peux traverser le légendaire pont à pied et ça, c’est vraiment super cool. De l’autre côté, n’oublie pas de passer par la rue Dumbo (celle avec la fameuse vue que le Manhattan Bridge que toutes les instagrameuses du monde ont dans leur feed) et de te promener sur la Brooklyn heights, qui te permettra d’avoir une vue imprenable sur New-York !

  • Découvrir des streets artist à Bushwich

Mon gros coup de coeur de ce séjour : le quartier de Bushwick (merci au copain Bruno pour la reco <3). Dans ce coin de New-York qui ne paye pas de mine aux premiers abords, vous découvrirez des street-artistes tous aussi talentueux les uns que les autres ! Même certaines publicités sont faîtes uniquement en peinture, et ça a quand même nettement plus de gueule que les panneaux de chez JC Decaux.

Tips : il existe sur internet des tas de propositions de parcours pour découvrir les différentes oeuvres, et ça peut être utile des les suivre si vous avez un temps limité. Ce serait trop bête de se perdre dans les mauvaises rues et de passer à côté ! Perso, j’ai suivi celui là et je n’ai pas été déçue.

dav
  • Observer les pêcheurs de Coney Island

Voir la mer, à deux pas d’une ville comme New-York, c’est quand même assez étonnant. Et même si tout à Coney Island fait très superficiel, ça reste dépaysant de se balader dans ce quartier.

Tips : posez-vous sur la jetée et regardez les pêcheurs en activité. C’est étrangement reposant.

Tips #2 : il y a un super magasin de bonbons juste à la sortie du métro, vous ne pourrez pas le louper. L’occasion de se ruiner pour la bonne cause.

  • Flaner dans les rues

Rien de mieux pour découvrir une ville que de se perdre dans ses rues. Et de faire des photos avec les bagnoles de flics de la NYPD, sinon c’est pas un vrai séjour à New-York, TMTC.

Tips : pour cette étape, il est indispensable de rajouter Frank Sinatra à sa playlist Deezer ou Spotify.

  • Survoler New York en helico. OKLM.

Voilà, voilà. Pour terminer en beauté mon séjour New-Yorkais, j’ai fais un tour du côté du New Jersey. Après avoir été bien harnachés par la folle équipe de FlyNyon (un immense merci à eux <3) moi et mon pretzel avons pu décoller en toute sérénité sécurité. La statue de la Liberté, Central Park, le Brooklyn Bridge, l’Empire State Building… J’ai pu, pendant 30 minutes de pure folie, revivre mon séjour new-yorkais depuis le ciel, perché dans la cabine de mon hélico. Une expérience COMPLÈTEMENT dingue qui passe très vite mais qui restera un souvenir impérissable. Pour ceux que ça intéressent, un vol comme celui-ci qui coûte entre 89 et 449 dollars : un investissement que vous ne regretterez pas ! Cependant, comme tous les vols sont très dépendants de la météo, optez quand même pour l’assurance météo.

Tips : Comme ils sont vraiment très cool chez Flynyon, ils proposent aux lecteurs voyageurs de Pokaa 30% de réduction sur un vol de leur choix, avec le code promo Pokaamerica ! Alors, ça pèse ou pas ? Pour réserver ton vol, c’est par là

J’ai oublié de vous parler de Central Park, de la High Line, des mecs déguisés en statue de la Liberté qui se font de la thune en faisant des selfies tout pétés, des bagels bien chauds, des soirées au Bain, de Chelsea Market, des lumières et des couleurs de la ville sous la pluie, des parkings à étages, du bus de nuit entre Montréal et New-York, des taxis bateaux, des boutiques de hipsters, des chanteurs d’opéra dans le métro, du petit dinner’s de Wall Street, des scènes de tournages cultes… Mais puisque tout ce qui se passe à New York City, reste à New York City, allez y donc vous même, histoire de vous faire votre propre avis.


 

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here