Ce mardi 2 octobre, l’Eurométropole de Strasbourg est rentrée dans un club fermé : celui des métropoles qui possèdent plus de 500 000 habitants. Un pas de plus vers la domination de la France, avec choucroute et Riesling comme nourriture nationale. Avouez, ça fait rêver !

Woop woop c’est la fête ! On a passé la barre des 500 000 !

L’Eurométropole bohème

C’est un, sans aucun doute, très fier Robert Herrmann qui a annoncé la bonne nouvelle aux âmes présentes lors de la fête célébrant les dix ans du centre commercial Rivétoile: l’Eurométropole de Strasbourg passe donc le cap des 500 000 habitants, pour aller atteindre le nombre de 500 013 très précisément. Ras les pâquerettes, mais c’est tout de même passé. Ta devise durant toutes tes années Fac.

Emmenez-moi au pays des chiffres

Il faut néanmoins faire attention aux chiffres que l’on peut lire un peu partout, et surtout interroger la pertinence de la source qui les relaye. Ici, normalement, pas de soucis : ce passage de cap est révélé par ce qu’on appelle la « fiche de dotation globale de fonctionnement », surnommée DGF dans la hess.

Eh Manu, j’me tire, me demande pas pourquoi j’suis parti sans motif. Crédit @LP/Arnaud Journois

Elles dépendent du ministère de l’Intérieur, et sont un concours financier de l’État aux budget des collectivités territoriales. Son Altesse Sénilissime Gérard Collomb aura donc fait un bon truc pour Strasbourg avant de planter Manu pour aller reconquérir sa ville de Lyon. Cette DGF est, pour notre chère (double sens du mot, lol, ndlr) Eurométropole, estimée à 80,8 millions d’euros.

J’me voyais déjà, aux 500 000 habitants

Les derniers chiffres de l’INSEE faisaient état d’une Eurométropole à 494 272 habitants. Et cela posait quelques soucis : en gros, avant ce passage au-dessus de la barre des 500k, l’Eurométropole devait constamment faire des demandes de dérogation – du fait que Strasbourg est une capitale européenne. Désormais, ce ne sera plus le cas. De plus, Robert Herrmann est très content du fait que ce changement de statut permettra à l’Eurométropole de disposer de plus de ressources. Moins de paperasse, plus de sousous, la recette du bonheur !

Ah Strasbourg et son Parlement européen !

Une croissance démographique, for me, formidable ?

Ce passage pas si anodin que ça aux 500k n’est pas le fruit du hasard. L’année dernière, l’adhésion et l’intégration de la communauté de communes des Châteaux et ses 6480 habitants, répartis entre Osthoffen, Achenheim, Breuschwickersheim, Hangenbieten et la désormais célèbre Kolbsheim.

Il est bô mon château ! Crédit @Strasbourg.eu

Avec une croissance démographique de 0,5% entre 2010 et 2015, l’Eurométropole est une rareté dans un Grand Est qui possède généralement un taux de 0,1% de croissance démographique (source, INSEE). Un atout que Robert Herrmann vante pour la vitalité de l’Eurométropole, mais qui cache des vérités plus contrastées : huit des trente-trois communes qui la composent ont en effet perdu des habitants entre 2010 et 2015. Cette belle santé s’explique davantage par un nombre supérieur de naissance par rapport aux morts, que d’un réel dynamisme qui emporterait tout sur son passage. Bref, les chiffres, c’est comme Manuel Valls : tu peux leur faire dire ce que tu veux.

Notre belle Eurométropole, vue du haut. Crédit @pointecoalsace.fr

Notre belle Eurométropole de Strasbourg dépasse donc le cap des 500 000 habitants et montre encore davantage combien elle pèse dans le game national. C’est une bonne nouvelle pour elle, ainsi que pour la Ville de Strasbourg, et il faut s’en féliciter. N’oublions néanmoins pas non plus qu’au-delà du clinquant des chiffres, il y a des réalités parfois moins glamours à ne pas oublier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here