Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

« Strasbourg est très vivante sur le plan musical » : rencontre avec Seamer, le trio jazz-rap strasbourgeois

21 Lectures
Publicité

Originaire de Strasbourg, le groupe Seamer écume les scènes régionales, avec une soif de partage et de rencontres. Vous les avez peut-être déjà vus sur les planches du Local, ou dans le cadre du festival Ind’Hip’Hop. Ce trio composé de Jonas à la batterie, Gintz à la guitare et Boris au synthétiseur, joue une musique qui glisse dans l’âme, teintée de paroles engagées pour décrire un monde dans lequel il est parfois difficile de trouver sa place. Nous avons rencontré Jonas, Gintz et Lola, leur manageuse.



La page Facebook de Seamer (prononcé “simère”, un jeu de répétition entre “sea”, l’océan en anglais, et “mer”) décrit le style musical du groupe comme “un trio de jazz-rap”. Mais Seamer, c’est plus que ça. C’est un peu de tout, la confluence de plusieurs styles musicaux qui nourrissent cette bande de touche-à-tout, curieux et toujours à la recherche de nouvelles sonorités à expérimenter.

Jonas, Gintz et Lola eux-mêmes ont du mal à définir ce qu’ils sont. Et c’est tant mieux, car ils tiennent à leur liberté : “On s’est nourri de tout ce qui s’est fait dans les années 60-70. Au début, on faisait beaucoup de rock, de funk, de jazz… On a pris nos influences de partout, mais avec un côté moderne du son d’aujourd’hui : du rap, ou de la techno […] En fait, c’est une mixture : on mélange, on essaie des ingrédients, et on regarde ce que ça donne, raconte Jonas.

© ALB images

Le résultat ? Une musique cristalline, qui nous ramène dans les effluves d’une soirée à refaire le monde avec une bande de copains. Les morceaux sont une balade en mer, une parenthèse dans la tempête : “Du Xanax pour les oreilles”, comme le résume bien Pierre Liermann de l’émission HipHop From Elsass dans une interview du groupe donnée en septembre 2021.


Ce qui reste statique pour eux, c’est l’importance du texte dans la langue de Molière à laquelle ils tiennent, puisqu’ils se sont rencontrés dans un stage d’écriture de chanson française. Leur amour de la langue et des sonorités a fini par les mener au rap. Un style musical qui s’est greffé tardivement au sein de la formation, mais qui prend tout son sens dans ce qu’ils veulent transmettre au travers de leurs textes, comme l’explique Gintz : “On avait envie de raconter des trucs, mais toujours dans la sincérité de notre vie, pas de créer des personnages de toute pièce. On voulait juste dire des choses qu’on a sur le cœur, raconter nos peurs, nos doutes sur le monde dans lequel on vit. Le rap est une tribune pour nous, une façon de parler à un maximum de gens”.

© Michel Weyland


La scène comme laboratoire

Seamer, c’est d’abord un groupe qui existe sur scène. C’est là que l’on ressent toute l’énergie de leurs influences. En concert, on a l’impression qu’ils jouent une musique instinctive, qui sortirait spontanément de leurs tripes. Il se dégage quelque chose de positif, qui happe le public. La scène est pour les membres du groupe un espace d’expérimentation, un lieu où la magie de l’improvisation redonne à la musique son sens primitif : “Pour nous, la scène est un lieu de création […] On n’aime pas quand tout est codifié, on veut être libres”, raconte Jonas.

Seamer partage sa force avec son public, mais aussi avec la scène locale strasbourgeoise. Le trio se transforme d’ailleurs en quatuor sur scène, puisqu’il est rejoint par Lucas Marseu à la basse.


Le groupe aime inviter d’autres artistes à les rejoindre, sur scène, ou sur les SESSIONS MERSEA, des moments d’improvisation avec des artistes locaux de différents univers musicaux, qu’ils filment et partagent sur leur chaîne YouTube : “On se rend compte que Strasbourg est très vivante sur le plan musical. Quand tu bouges ailleurs en France, ce n’est pas toujours le cas […] il y a une vraie solidarité dans le rap strasbourgeois […] c’est génial de voir qu’aujourd’hui, on a une génération qui essaie de se pousser vers l’avant et qui se réjouit pour la réussite des autres”, s’émerveille Jonas.

Gintz, Jonas, Boris et Lucas, ne conçoivent pas de progresser dans le milieu de la musique sans se créer un entourage local solide, une communauté pour se conseiller, s’épauler et rayonner ensemble. C’est pour entretenir cette énergie que le groupe vient de rejoindre une association qui aura pour but de promouvoir la scène hip-hop locale. On ne vous en dira pas plus pour l’instant, mais on nous glisse dans l’oreillette que quelques événements festifs plein de bonne humeur sont en préparation pour les mois à venir.
En attendant, le groupe se produira le 15 septembre au Blue Note Café !

______________________________

Seamer

Leur chaîne YouTube
Leur compte Instagram
Leur page Facebook

______________________________

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

« Strasbourg est très vivante sur le plan musical » : rencontre avec Seamer, le trio jazz-rap strasbourgeois

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !