Étudier, parfois, c’est avoir du mal à boucler les fins de mois et donc à manger, se soigner, s’acheter un ordi, trouver un logement ou récupérer sa caution. Voici donc, pour toi étudiant(e) strasbourgeois(e), un petit guide des acteurs et initiatives strasbourgeoises à connaître pour gérer les galères.


Être étudiant à Strasbourg, c’est plutôt sympa. Le campus de l’Esplanade est grand et verdoyant, les bars et les terrasses sont nombreuses, et les idées de sorties ne manquent pas. Mais sur les bords de l’Ill comme ailleurs, la vie n’est pas toujours rose pour les étudiants. Petite liste non-exhaustive des adresses qui peuvent aider.


Faire ses courses avec un petit budget


Les épiceries solidaires Agoraé

Gérées par l’Afgès (l’Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg), les Agoraés strasbourgeoises proposent des produits alimentaires, d’hygiène, d’entretien et des fournitures scolaires à prix réduits (jusqu’à 90% moins chers). Elles sont au nombre de trois et accessibles à tous les étudiants (boursiers ou non) sur inscription. Elles sont en revanche fermées pendant la période estivale.

Le Wagon Souk

En cours de déménagement au Bastion, derrière la gare, le Wagon Souk est un lieu ressource culturel et solidaire à Strasbourg. Il accueille un magasin gratuit, qui redistribue les invendus de supermarchés et épiceries locales ou des dons d’associations. Il suffit de s’y présenter avec son sac de courses pour faire ses emplettes, sans débourser un centime. Petit plus : le Wagon Souk possède aussi un Dispensaire aux plantes, qui permet d’en adopter une à prix libre.

Les Restos du cœur

Pendant la coupure estivale, l’Afgès redirige parfois les étudiants vers les Restos du coeur, qui fournissent une aide alimentaire sur inscription. Il s’agit notamment de colis-repas à cuisiner, à retirer à la Fringale, derrière la gare.

La Tente des glaneurs

Tous les samedis, les glaneurs récupèrent les invendus du marché de la Marne et installent leur tente tout au bout de l’avenue pour les redistribuer gratuitement à partir de 14h. L’occasion de faire le plein de fruits, légumes, pain, viennoiseries et fleurs.

© A.Me / Pokaa

Se soigner


Le service de santé universitaire (SSU)

Tout(e) étudiant(e) inscrit(e) à l’université peut bénéficier gratuitement des consultations proposées par le SSU, situé sur le campus. Ces dernières peuvent être médicales (certificats et avis médicaux, dépistages et traitement d’IST, accompagnement et suivi de handicap, nutrition, gynécologie, contraception, addictologie, tabacologie, certificats d’aptitude au sport) ou infirmières (vaccinations, conseil en nutrition ou en gestion du stress). Il est aussi possible d’y être mis en relation avec des assistant(e)s social(e)s.

Le Centre d’accueil médico-psychologique de Strasbourg (CAMUS)

Si le CAMUS fait partie du Service de santé universitaire, il vise plus particulièrement la santé psychique. Une porte qu’il ne faut donc pas hésiter à pousser en cas d’isolement, d’idées noires, de stress, d’angoisse ou même de problèmes familiaux. Il est possible d’y rencontrer un(e) psychologue, un(e) psychiatre, une diététicienne ou une assistante sociale.

prise de sang
© Coraline Lafon

Ithaque

Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour les usagers de drogues (CAARUD), Ithaque est une structure qui organise des actions de prévention et de réduction des risques, mais qui accueille et soigne aussi les personnes présentant des addictions.

Le Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD)

Situé entre les murs du Nouvel Hôpital civil, le CeGIDD offre la possibilité d’effectuer des dépistages d’infections sexuellement transmissibles gratuitement et anonymement, et ce même pour les personnes sans sécurité sociale, les étrangers – un recours à un interprète est d’ailleurs possible – et les mineurs.

hopital hautepierre santé
© Caroline Alonso / Pokaa

S’équiper


Emmaüs Connect

Spécialisé dans l’accompagnement et l’inclusion numérique, Emmaüs Connect propose également à la vente du matériel informatique d’occasion reconditionné à tarif solidaire (ordinateurs, tablettes, smartphones). Côté téléphonie, l’association possède un partenariat avec SFR qui lui permet de vendre la carte SIM à un euro ainsi que des recharges appels et sms illimités plus 5 à 8 gigas d’internet. Attention cependant, pour bénéficier de ces deux offres, il faut avoir été orienté par un acteur social, par exemple le service social de l’Université de Strasbourg, via le système de « bon d’orientation ».

Ordidocaz

À la fois e-boutique et commerce implanté rue du Héron à Schiltigheim, Ordidocaz revend du matériel informatique reconditionné. Il s’agit d’une action d’insertion qui permet le retour à l’emploi de personnes en difficultés sociale ou professionnelle et les étudiants y bénéficient d’une réduction de 30% sur présentation de leur carte.

© Frédéric Maigrot

Se loger


Lokaviz

Les places en cité U sont chères, mais le CROUS met en ligne des annonces pour logement à bas prix tous les lundis et jeudis à 12h sur le site Lokaviz. Elles partent en revanche très rapidement, donc mieux vaut être à l’affût aux heures dites.

L’Agence départementale d’information sur le logement (Adil)

Vous vous interrogez sur le bail qui vous a été proposé ? On vous demande de payer certains travaux alors que vous n’êtes pas sûrs de devoir le faire en tant que locataire ? Vous n’arrivez pas à récupérer votre caution malgré un état des lieux de sortie impeccable ? L’Adil peut répondre à vos questions. Il s’agit d’une structure publique et neutre, elle organise des permanences lors desquelles il est possible de recevoir un conseil sur les aspects juridiques et financiers liés au logement. Toutes ces informations sont dispensées gratuitement.

rivétoile immobilier
© Hugo Favre – Napoli / Pokaa

S’habiller et se meubler pas cher


Emmaüs

Pas chères et solidaires : on ne présente plus les boutiques Emmaüs. À la Montagne Verte ou à Bischheim (nouveau lieu de l’ancien Emmaüs Mundo), il est possible de trouver des vêtements, des meubles ou de la vaisselle méticuleusement triés par les membres et bénévoles de la communauté, et revendus à tout petit prix.

Oxfam

Située rue de la Division Leclerc, au centre-ville, la boutique Oxfam accueille une friperie et une bouquinerie solidaires. On peut aussi y chiner des meubles et des éléments de décoration.

emmaus
© Pauline Ruhlmann

Se déplacer


Les bourses aux vélos

Organisées par Cadr67, association qui promeut l’usage du vélo, les bourses aux vélos sont organisées en septembre/octobre et au printemp. C’est LE bon plan pour trouver des biclous à prix tout doux.

Bretz’selle

Une fois son vélo acheté, encore faut-il savoir le faire durer – surtout lorsqu’on n’a pas les moyens d’aller le faire réparer trop souvent. Association strasbourgeoise dédiée à la promotion du vélo elle aussi, Bretz’selle permet à ses adhérents de se former à la mécanique et de puiser dans ses stocks de pièces détachées pour entretenir leurs petites reines et les réparer. Elle organise également des ateliers d’auto-réparation en mixité choisie.

Vel’hop et la CTS (si si)

La CTS propose des abonnements dont le prix varie en fonction du quotient familial pour les étudiants non-boursiers, et de l’échelon de bourse pour les autres. À titre indicatif, un(e) étudiant(e) boursier échelon 3 de moins de 25 ans paiera son abonnement 7,30 euros par mois. Vel’hop propose également des tarifs pour les boursier(e)s – 10 euros l’année – et pour les étudiants non boursiers – 42 euros pour 10 mois.

Une rangée de vélos accrochés
© Nicolas Kaspar/Pokaa

Sortir


La carte culture

Directement intégrée à la carte étudiante, la carte culture permet de bénéficier de tarifs préférentiels auprès des cinémas et festivals partenaires. Elle ouvre également les portes des musées de la Ville gratuitement !

opéra culture
© Coraline Lafon / Pokaa

Lutter contre les discriminations


La Station LGBTI

Créé en 2009, ce centre LGBTI strasbourgeois lutte contre les discriminations à l’encontre des personnes LGBTI et promeut l’égalité des droits. Il accueille aussi un lieu d’exposition, une médiathèque et un café associatif.

Le mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Le MRAP agit pour la prévention, la dénonciation et la condamnation de tous les actes à connotation raciste ou discriminatoire. L’association écoute les victimes de discrimination et les accompagne notamment devant les tribunaux auprès desquels elle peut se porter partie civile lorsqu’il y a une injure, une provocation à la haine ou à la violence, à la discrimination à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

la station
© Mathilde Piaud / Pokaa

Parler de ses difficultés


Perm’Campus

Lieu d’accueil et d’écoute situé sur le campus central de l’Esplanade, Perm’Campus est une permanence tenue par une équipe de Caritas Alsace une fois par semaine. Problèmes financiers, de logement, besoin de parler… Des bénévoles aident les étudiants à trouver des solutions.

Tous les jeudis de 13h-16h30 au 43 rue Goethe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here