¨À Strasbourg, les lieux culturels ne manquent pas et particulièrement les cinémas. Les cinémas Star, l’UGC, le Vox ou encore l’Odyssée : beaucoup d’options existent localement pour découvrir de nouvelles œuvres. Ce vendredi 4 mars, c’est un petit séisme dans le monde culturel strasbourgeois qui a été annoncé : après 30 ans sous la gestion de Faruk Günaltay, l’Odyssée change de mains.

Presque 110 ans et encore toutes ses dents : le cinéma Odyssée est une institution de la culture strasbourgeoise. Lorsque l’on vous avait conté sa belle et complexe histoire, on avait conclut sur le fait que depuis janvier 2021, la Ville avait lancé une procédure de délégation de service public relative à l’exploitation du cinéma Odyssée. Plus d’un an plus tard, Jeanne Barseghian a annoncé les résultats qu’elle proposera au prochain conseil municipal. Et ils préfigurent un grand changement dans le monde de la culture strasbourgeoise. Parce qu’il y a un nouveau vainqueur.


Et le vainqueur est… Le Troisième souffle

Après 30 ans de règne des Rencontres cinématographiques d’Alsace (RCA), une nouvelle association s’occupera désormais de la gestion de l’Odyssée. C’est l’association Le Troisième souffle qui devrait, sauf catastrophe, prendre le relais. Les résultats ont été dévoilés quelque peu à la hâte ce vendredi 4 mars, après une conférence de presse annoncée sous embargo. Une belle victoire pour l’association strasbourgeoise, qui anime et programme des soirées de cinéma en plein air depuis 2018.

Selon le rapport qui a étudié les trois candidatures, Le Troisième souffle a remporté 90,5 points, contre 83,7 pour Cinémascoop et 69,2 pour les RCA. L’association « répond aux critères du cahier des charges de la Ville et apporte un projet « augmenté » en ce qu’elle formule une vision forte, singulière et incarnée d’un lieu du cinéma d’aujourd’hui, dans une approche transdisciplinaire, tout en sanctuarisant, comme socle du projet, l’offre cinématographique et en renouvelant la mise en valeur des cinématographies européennes ». Si vous comprenez quelque chose, chapeau.

En outre, le Troisième souffle a réussi à intégrer la partie bar au projet global, ainsi qu’à assurer l’accessibilité de la programmation aux publics en situation de handicap et un travail sur l’éco-responsabilité et l’égalité de genre. Une vraie différence avec les deux autres projets néanmoins réside dans la partie financière. Le projet du Troisième Souffle dépend moins des subventions de la Ville que les deux autres, ce qui lui a attribué un 8,3/10 contre à peine 6,5/10 et 6,1 pour ses poursuivants. Par ailleurs, la Ville a apprécié que l’association « projette une fréquentation élevée permettant le développement plus important de ressources propres ». 

Résultats de l'attribution de l'Odyssée
© Ville de Strasbourg – Document remis


Une méthode de décision plus technique que politique (et culturelle)

Si à la lecture de tout cet argumentaire vous vous demandez quelle place donne-t-on à la culture et au cinéma, vous n’avez pas forcément tort. Jeanne Barseghian a désirer « dépolitiser » la décision, en la confiant à ses services. Ainsi, ni Anne Mistler, adjointe à la culture, ni Guillaume Libsig, adjoint en charge de la vie associative, dans le jury. Finalement, le seul élu à avoir fait partie du jury était Christian Brassac, conseiller municipal délégué à l’achat et à la commande publique. En ressort donc un choix purement technique, sans doute pour faire oublier les souvenirs de votes houleux sur le sujet lors des précédents mandats.

Quoi qu’il en soit, Le Troisième souffle ne prendra pas tout de suite les rênes du cinéma municipal : il faut déjà que le conseil municipal entérine cette décision. Si cette dernière ne fait pas trop de doute, vu la majorité qu’ont les écologistes, on n’est jamais à l’abri de quelques surprises. Ensuite, à cause du Covid, les RCA gèreront l’Odyssée jusqu’à avril 2022. Par la suite, des travaux débuteront, à hauteur de 800 000 euros, pour aboutir si tout va bien à une ouverture à l’automne 2022. Avec une nouvelle programmation, une nouvelle équipe et surtout un nouveau nom. Un réel changement dans l’écosystème culturel strasbourgeois, que l’on a hâte de découvrir. L’Odyssée est morte, vive l’Odyssée !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here