À l’heure où nos feeds Instagram débordent d’images de destinations paradisiaques, Jean-Yves Bart, aka @basrhinaleatoire sur Instagram, nous rappelle que le dépaysement n’est jamais très loin, et ne nécessite pas nécessairement l’émission de plusieurs millions de tonnes de CO2.


Nous vous avions déjà parlé de Jean-Yves en février, pour son ambition de visiter toutes les Strasbourg du monde. Un périple qui nous est conté sur sa page @16xstrasbourg. L’explorateur des temps modernes avait déjà visité un tiers des Strasbourg du globe, avant d’être coupé net dans ses aventures par l’épidémie de Covid. Qu’à cela ne tienne, en attendant de pouvoir visiter Strassburg en Autriche, le globe-trotter a pris la décision d’entreprendre un périple départemental !

Vue de Dauendorf © Jean-Yves Bart
Strasbourg, Dakota du Nord © Jean-Yves Bart


L’objectif : visiter les 526 communes du Bas-Rhin !

Motivé par de nombreuses sources d’inspiration, par la curiosité, et surtout par sa grande passion, la photographie, Jean-Yves a décidé de mettre en avant les petites communes du Bas-Rhin, qui se sentent quelquefois un peu délaissées : “L’idée de @basrhinaleatoire est largement redevable à Bordeaux 2066 et à L’Île-de-France en AX, deux explorations aléatoires menées il y a quelques années par un individu avec qui je partage un patrimoine génétique. Plus largement, une autre référence incontournable pour ce genre de voyages alternatifs est le LATOUREX du Strasbourgeois Joël Henry […] Plus prosaïquement aussi, c’est une simple expression de ma curiosité, d’envie de prendre le temps d’observer, et d’éprouver la région qui m’entoure. La photographie est une discipline qui permet de s’astreindre à regarder vraiment les choses plutôt que de simplement les entrevoir, ou de les ignorer. C’est souvent passionnant et libérateur”.

C’est ainsi que Jean-Yves s’est lancé pour objectif de visiter les 526 communes du Bas-Rhin, et de partager avec nous le résultat de ses découvertes. Puisque nous sommes à l’ère du numérique, il fait fi des carnets de voyage, et partage les comptes-rendus de ses découvertes sur sa page Instagram @basrhinaleatoire.

Quatzenheim © Jean-Yves Bart
Scène de vie à Châtenois © Jean-Yves Bart


Des explorations à la fois grandioses et ridicules

Jean-Yves prépare chacune de ses virées afin de bien cibler les hauts lieux à privilégier lors de ses visites. Mais il laisse surtout une large part au hasard de la découverte : Ma démarche n’est ni touristique, ni encyclopédique. Je m’intéresse autant au patrimoine au sens le plus restreint du terme, et à l’Histoire qu’à tout ce qui est expression vernaculaire au sens large. Donc, concrètement, c’est beaucoup d’errance et peu de préparation ». Avant chaque exploration, l’aventurier régional glane des informations en consultant quelques ouvrages ou la page Wikipédia de la commune, afin de cibler les hauts lieux de chaque village: « Il faut quand même dire qu’une étape préalable importante est le choix de la boulangerie à tester », plaisante -t-il.

Quand nous l’avions interviewé en février dernier, Jean-Yves parlait de ses périples dans les Strasbourg du globe en expliquant: “ça m’amusait de me glisser dans la peau d’un explorateur, avec tout ce que cette posture et cette histoire charrient à la fois de grandiose et de ridicule”.

C’est ce même esprit du grandiose qui semble l’animer dans sa grande quête de la visite de toutes les communes du Bas-Rhin. La page Instagram @basrhinaleatoire est une pépite de tirages tantôt poétiques, tantôt farfelus, glanés dans les villages. Se côtoient les maisons à colombages des cartes postales, et les panneaux handmades des habitants pour exprimer des protestations en tous genres. Mais le clou du spectacle, ce sont les légendes qui racontent les images. Elles sont truffées d’anecdotes pratiques et historiques, contées sur un ton caustique. Un humour grinçant qui vous fera cracher de rire votre taboulé pendant la pause déjeuner, mais vous permettra surtout de briller dans la bonne société alsacienne. Chantale, votre collègue domiciliée dans l’Eurométropole, sera scotchée lorsqu’à la machine à café, vous lui parlerez de la visite d’hommes politiques notoire, à Blaesheim, dans une certaine auberge. Nous vous laissons découvrir par vous-mêmes.

Mietesheim Capitale du Raifort © Jean-Yves Bart
Blaesheim, haut lieu de l’amitié franco-allemande © Jean-Yves Bart


« Ça m’intéresse de voir comment les gens vivent, comment les animaux et les maisons vivent »

Originaire du sud de la France, Jean-Yves n’a pas connu une enfance rurale alsacienne. Son intérêt se place plutôt pour la découverte d’un mode de vie différent du sien, lui qui est un citadin bien ancré. Mais aussi l’envie d’aller au contact des autres :  » Il y a plutôt quelques obsessions de plus ou moins longue date qui ressortent au fil des publications. Par exemple, l’expression libre ; tout ce qui est écrit sur les murs, les œuvres d’art, et les initiatives personnelles dans les jardins et les rues ».

L’approche anthropologique de Jean-Yves lui vient d’une envie de visiter chaque lieu comme s’il était un étranger, fraîchement débarqué sur notre planète, qui cherchait à faire un compte-rendu de nos modes de vie: « Je suis quelqu’un qui a souvent l’impression d’avoir du mal à comprendre les gens, donc c’est assez naturellement que j’adopte l’approche de l’extraterrestre qui vient de débarquer sur Terre. Trouver du sens, se rendre disponible à l’émotion […] ça m’intéresse de voir comment les gens vivent, comment les animaux et les maisons vivent. Débusquer du beau, de l’émouvant, de l’étrange, du drôle et du tragique, là où on ne le cherche pas forcément »

Il ajoute: « J’ai vu récemment l’avant-première du nouveau film de Radu Jude [Bad Luck Banging or Loony Porn, 2021], et dedans il y avait une phrase-manifeste que j’ai beaucoup aimée, et qui résonne avec ce que j’ai envie de faire. Cette maxime était à peu près « Sortir de sa maison comme si on venait de loin, comme si on venait de Singapour, comme si on n’avait jamais vu son paillasson »« 

Message d’utilité publique à Kirchheim © Jean-Yves Bart

Singulières, mais toujours extraordinaires, les tribulations de Jean-Yves nous font voyager depuis notre canapé dans des bourgades dont on ne soupçonnait peut-être même pas l’existence. Il est certain qu’elles vous feront sourire, et feront fondre le cœur de ceux et celles qui ont grandi dans des petits villages, en leur remémorant des souvenirs d’ambiance et des personnalités qui peuplent les rues. Notons qu’à ce jour, notre explorateur local a déjà visité 194 communes, une belle performance qui laisse rêveur.

Pour suivre l’évolution des explorations de nos jolies petites communes, rendez-vous sur Instagram: @basrhinaleatoire (et @16xstrasbourg si vous êtes curieux de découvrir toutes les Strasbourg du globe).

Dauendorf © Jean-Yves Bart
Les Saints de Saessolsheim © Jean-Yves Bart

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here