Emmanuel Macron annonçait il y a une semaine l’extension du pass sanitaire aux activités de loisir. En somme : rendre la vaccination « obligatoire » implicitement, sans la rendre obligatoire dans les faits. Annoncée dans un contexte d’inquiétude au sujet d’une quatrième vague qui semble déjà à nos portes, cette décision doit définitivement être votée cette semaine. Alors que l’extension du pass sanitaire pour les lieux culturels entre en vigueur ce mercredi 21 juillet, petit retour sur la situation sanitaire à Strasbourg et les prochaines étapes à venir.

Le pass sanitaire étendu aux lieux culturels à partir du 21 juillet

À partir du 21 juillet, ce dernier serait obligatoire dans les cinémas, salles de concert, théâtres ou encore parc d’attractions. Aujourd’hui, mardi 20 juillet, Olivier Véran a indiqué sur RTL que le pass sanitaire serait également demandé dans les bibliothèques ainsi que les musées. Petite compensation : le port du masque ne sera plus obligatoire dans les lieux soumis au pass .

Par ailleurs, il y a également deux autres choses à retenir. Premièrement, le pass sanitaire pour les adolescents, soit les personnes entre 12 et 17 ans inclus, est décalé au 30 août prochain. Deuxièmement, le pass sanitaire est désormais utilisable à partir de 7 jours après la deuxième dose, contre 14 auparavant. On rappelle à ce sujet que le pass sanitaire peut prendre différentes formes :

  • Une attestation de vaccination complète, c’est-à-dire une semaine à compter de la deuxième dose
  • Un test négatif RT-PCR ou antigénique de moins de 48 heures
  • Un résultat d’un test RT-PCR positif, d’au moins 11 jours et de moins de 6  mois, attestant du rétablissement du Covid.

Ce pass sanitaire pourra alors être présenté au format papier ou numérique à partir de l’application TousAntiCovid. Pour pouvoir aller au cinéma ou à un concert, il faudra soit être un mineur, soit être majeur et double-vacciné depuis le 14 juillet au plus tard. Pour les autres, il faut rajouter sept jours à la date de la deuxième dose.

© Nicolas Kaspar/Pokaa

À partir de début août, seuls les personnes avec pass sanitaire pourront manger et picoler en terrasse

La deuxième étape de l’extension du pass sanitaire débutera quant à elle début août. Pour être imposée, elle va devoir être inscrite dans la loi. Contrairement à l’extension aux lieux culturels, qui passe elle par décret. Cette extension concerne les bars, restaurants, centres commerciaux, et les moyens de transports comme les trains, les avions ou les cars… soit une grande partie de nos activités et nos déplacements. En réaction à ces annonces, ce week-end, plus de 100 000 personnes ont défilé en France contre le pass sanitaire, ainsi que la réforme des retraites, dont 4 000 personnes à Strasbourg, comme on vous le racontait ici.

Alors comment est-ce que tout cela va se passer ? Présentée en Conseil des ministres ce lundi 19 juillet, la proposition de loi a commencé à être étudiée aujourd’hui. Entre temps, le Conseil d’État s’est montré favorable, avec quelques réserves et notamment la question des centres commerciaux. Par ailleurs, Jean Castex sera au 13H de TF1 mercredi 21 juillet, alors que tous les ministres font le tour des radios depuis le début de la semaine pour tenter d’expliquer les tenants et les aboutissants de la loi. Si tout va bien, cette dernière devrait être adoptée en fin de semaine et on devrait y voir plus clair d’ici là.

En tous les cas, pour pouvoir continuer de se la coller ou de s’empiffrer le 1er août, il faudra avoir un pass sanitaire valide au plus tard le 25 juillet.

© Tamara Leroy / Pokaa

La situation sanitaire : entre boost de la vaccination et retour de certaines restrictions

Avec ces mesures pour inciter les Françaises et les Français à se faire vacciner, où en est la campagne de vaccination ? Pendant et après les annonces d’Emmanuel Macron, le site Doctolib était tout bonnement saturé. Il faut dire qu’en une semaine, 3,7 millions de Françaises et de Français ont pris rendez-vous pour se faire vacciner. Selon les derniers chiffres disponibles sur VaccinTracker, 37 523 594 Français ont reçu au moins une dose de vaccin, et 30 351 644 ont reçu la seconde. Soit respectivement 56,01 % et 45,30 % de la population. Après avoir patiné, la vaccination repart de plus belle, sous la contrainte de ne plus pouvoir profiter de nos loisirs. Une situation qui a même valu à la France d’être évoquée, et moquée, par Jimmy Fallon aux États-Unis dans la vidéo ci-dessous (à partir de 6.55).

Il faut dire que, dans le même temps, le variant Delta continue de prendre de la vitesse. Il représente désormais 79,3 % des cas positifs, tandis que le taux d’incidence français s’élève à 74,6, contre 37,8 une semaine auparavant. Résultat ? Olivier Véran a annoncé aujourd’hui que 18 000 personnes avaient été testées positives lundi 19 juillet, contre moins de 7 000 une semaine auparavant.

Dès lors, avec cette reprise épidémique reviennent les restrictions dans certains départements. Une annonce qui était légèrement passée sous silence lors de l’allocution d’Emmanuel Macron. Avec le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, dès lors qu’un département dépassera les 200 de taux d’incidence, des restrictions pourraient s’appliquer. Voilà pourquoi les Pyrénées-Orientales, avec un taux d’incidence à 345,3, voient à nouveau leurs bars, restaurants et établissements de plage fermer leurs portes à 23h, depuis le dimanche 18 juillet. C’est aussi pour cela que de nombreuses villes se remettent à porter le masque en extérieur, et que d’autres départements pourraient connaître à leur tour des restrictions supplémentaires.

© Thibault Vetter

Comment se porte la situation sanitaire à Strasbourg ?

Alors est-ce que cela va être le cas à Strasbourg et dans le Bas-Rhin ? Au niveau du taux d’incidence, selon les derniers chiffres disponibles, ce dernier atteint désormais 97,2, alors qu’il n’était qu’à 47,2 il y a seulement une semaine. Dans le même temps, le Bas-Rhin est donc repassé au-dessus du seuil d’alerte, soit 50 cas positifs pour 100 000 habitants, avec un taux d’incidence s’élevant à 63. Contre 34,4 la semaine dernière. Nous ne sommes donc pas encore au stade de nouvelles restrictions, concernant bars, restaurants ou encore port du masque à l’extérieur à Strasbourg. Mais, au vu des chiffres, cela pourrait arriver plus vite que prévu.

© Nicolas Kaspar/Pokaa

Du côté de la vaccination, des efforts ont été faits avec l’ouverture sans rendez-vous du centre de vaccination de la Bourse lors du 14 juillet, comme on vous l’expliquait ici. Selon les derniers chiffres disponibles, 668 265 Bas-Rhinois ont reçu au moins une dose de vaccin, soit 58,89 % de la population du département. Enfin, la situation à l’hôpital reste pour le moment bonne et stable, puisque 79 personnes sont hospitalisées au 19 juillet, dont 6 en réanimation. Rappelons par ailleurs qu’être vacciné ne signifie pas pour autant que l’on ne sera pas infecté par le Covid. Le vaccin est surtout très efficace pour prévenir les formes graves de la maladie, et donc éviter la saturation des hôpitaux.

Cette semaine va être très importante pour la suite de notre été. La loi promulguant l’extension du pass sanitaire aux bars, restaurants, centres commerciaux et transports devrait être adoptée cette semaine, dessinant les contours d’un été où l’on vivra une nouvelle fois avec le virus. Le tout dans une reprise épidémique importante faisant craindre le retour de restrictions, alors qu’une partie de la population se mobilise contre le pass sanitaire. L’été, à Strasbourg comme ailleurs, sera chaud.

5 COMMENTAIRES

  1. Si ce n’est pas la definition meme d’une obligation vaccinale…
    Il faudra que l’on m’explique pourquoi le focus n’est pas mis avant tout et surtout sur les personnes à risque qui sont bien identifiées avec la Covid: +65 ans, ou comorbidités, ou encore surpoids.
    En quoi le fait de pourrir la vie des gens de 0-50ans, en forme, sans pathologie (et du coup tres peu nombreux dans les services de reanimation des « pics » precedant) va t’il sauver les plus fragiles si eux meme ne se protegent pas?
    De plus, pour ceux qui se sont fourvoyés en pensant que la prise de l’injection etait un choix personnel (en fait non) se retrouvent dans l’obligation de se faire des PCRs tous les 2 jours jusqu’a pouvoir avoir leur « pass » au bout de 5-6 semaines. Du grand art, un recul incroyable des libertés avec des serveurs qui deviennent assermentés, 0 debat, 0 anticipation. L’histoire jugera.

  2. « À partir de début août, seuls les double-vaccinés pourront manger et picoler en terrasse »

    C’est faux, il faudra un passeport sanitaire et c’est à dire :
    – 2ème dose reçue il y a plus de 7j
    – PCR négatif de moins de 48h
    – PCR positif datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois

  3. « En tous les cas, pour pouvoir continuer de se la coller ou de s’empiffrer le 1er août, il faudra être double-vacciné au plus tard le 25 juillet. »
    Non! Il faudra un pass sanitaire. Donc un test PCR sera également accepté !
    Par pitié, corriger votre article!
    Les gens sont déjà tellement bêtes et révoltés…si en plus vous faites de la désinformation, on ne va pas s’en sortir !!!

  4. La réduction des risques de la pandémie suppose de définir les plaques de défense, les plus nombreuses possibles afin d’ offrir une meilleure chance de prévenir la transmission du virus qui provoque la COVID-19. Le pass sanitaire est une plaque de défense qui peut présenter des trous, dont le faux pass ; il convient donc de ne pas abandonner les autres plaques de défense, dont les gestes barrières … : voir le modèle dans https://www.officiel-prevention.com/dossier/formation/formation-continue-a-la-securite/application-de-la-methode-du-fromage-suisse-et-du-nudging-a-la-prevention-de-la-pandemie-covid-19

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here