Depuis maintenant plusieurs semaines, des Mickey semblent errer rue des Grandes Arcades, dans le centre-ville de Strasbourg. Et si l’initiative peut sembler amusante de prime abord, il semblerait que les personnages sous les costumes soient beaucoup moins bienveillants que l’authentique souris Disney. La magie n’opère pas vraiment auprès des Strasbourgeois, et surtout des Strasbourgeoises qui témoignent de comportements insistants, voire même d’attouchements dans certains cas. 


Ils sont deux, parfois trois. Et ils arpentent les rues du centre-ville strasbourgeois. Souvent positionnés le long de la rue des Grandes Arcades, d’étranges Mickeys ont fait leur apparition depuis quelques semaines. On vous en avait déjà parlé il y a peu, en expliquant que ces versions quelque peu creepy du personnage de Disney cherchaient à gagner quelques euros en proposant une photo en leur compagnie. Depuis peu, un Winnie l’ourson semble avoir rejoint la bande.

De nombreux passants ont croisé leur chemin et beaucoup de Strasbourgeoises témoignent de comportements insistants et certaines racontent même avoir subi des attouchements. 

© Byron grenier


Câlins forcés, mains baladeuses et bruits de bisous 

Mercredi dernier, en début d’après-midi, alors qu’elle sort du magasin Primark en compagnie de sa meilleure amie, Solène se fait accoster par un homme en costume Mickey : “Il voulait absolument me faire un câlin à moi. Je lui ai sorti une phrase du genre « mais qu’est-ce que tu veux toi ? Fous moi la paix ! » Il s’est placé devant moi je lui ai dit de dégager et il s’est écarté. On a continué notre chemin avec mon amie et voilà après on a parlé entre nous en mode « c’est quoi ce connard ?” Carla* aussi a eu affaire à ces étranges personnages. Cette fois-ci, c’est au niveau des Grandes Arcades que les souris se sont postées :En passant, un des mickey s’est mis sur ma route et m’a bloqué le chemin pour que je ne continue pas d’avancer, j’ai quand même réussi à continuer en forçant, mais il a mis les mains autour de moi comme pour me faire un câlin sans me toucher. En passant à côté de lui, il faisait des bruits de bisous dans mes oreilles et sifflait, comme il a vu que je l’ignorais totalement il est parti. Je pense que si j’avais pas forcé ma route il m’aurait touché.” Et selon la jeune femme, les individus costumés ne semblent pas être à leur coup d’essai : “Après avec mes amies on a dû passer une deuxième fois par les arcades et il a fait exactement la même chose à mon amie qui elle aussi a dû forcer son passage et s’est montrée très ferme avec lui en disant « non »”.

Roxanne aussi a remarqué leur présence, et que leurs agissements semble mettre mal à l’aise beaucoup de passantes : “J’étais en ville samedi dernier et évidemment je les ai vus aux arcades, j’étais assez loin d’eux parce que ce genre de truc m’angoisse, genre trop creepy pour moi. Mais je les regardais de loin quand j’ai vu et entendu un des Mickey siffler deux jeunes filles, qui ont souri de façon gênée tout en continuant leur chemin, et le Mickey les a très clairement suivies, en leur parlant. Il a proposé de faire une photo, elles ont dit non et il a continué à les suivre en posant sa main sur l’épaule de l’une d’elle, jusqu’à ce qu’elle l’enlève et il a fini par arrêter de les suivre ! Et dans certains cas, les individus déguisés se permettraient des gestes déplacés : “Il m’a arrêté en me demandant une photo. J’ai accepté et d’un coup, il a commencé à me câliner par derrière. Ça m’a dérangé et j’ai tout de suite arrêté et [je suis] partie. Et en partant il m’a demandé 5€, mais j’ai pas répondu et je suis partie. Et depuis, quand je les vois, je change mon chemin s’il n’y a pas trop de monde ou bien je me dépêche ou je fais semblant que je suis au téléphone. Ils sont vraiment soulants.” raconte Hala.

En ville avec sa maman, Léna en a aussi fait l’expérience alors qu’elle marchait en direction de la place Gutenberg : “J’avais déjà remarqué avant les Mickey et je n’avais pas vraiment envie qu’ils s’approchent de moi. Mais ils l’ont quand même fait et ils ont commencé à serrer dans les bras ma mère en ayant les mains baladeuses.La jeune précise d’ailleurs, que sa mère à clairement fait part de son mécontentement : “Ma mère en a même fait la remarque haut et fort. Mais il n’a pas arrêté, il nous a dit de prendre une photo, ce que j’ai fait en espérant qu’il nous laisse un peu. Mais une fois la photo avec ma mère prise, il est venu vers moi en me prenant dans les bras et en étant assez tactile et faisait des bruits de bisous sous son déguisement. On a pris une dernière photo pour pouvoir partir et c’est à ce moment-là qu’il nous a demandé de l’argent ayant déjà un billet de 5€ dans la main.

© stef gz


Aucun signalement à la Police pour le moment

Pour le moment, selon le chef du Centre de réception des appels 17, aucun signalement n’a encore été fait à jour sur le 17 à Strasbourg. Mais pour rappel, que l’on porte un costume Disney ou non, le harcèlement de rue (par le biais de l’outrage sexiste) ainsi que les agressions sexuelles sont des actes punis par la loi. 

© Compte Instagram Nous Toutes / Manuel d’action pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles, Caroline De Haas.

À Strasbourg, l’association Ru’elles qui lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans la rue, se dit prête à accompagner toutes les victimes de harcèlement et d’agression sexuelle qui souhaiteraient entamer des démarches juridiques.



* Le prénom a été modifié.

1 commentaire

  1. Si on pouvait arrêter d’utiliser les mots « geste déplacé », « mains baladeuses » et « attouchements ». Ce sont des AGRESSIONS SEXUELLES.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here