Les rumeurs se faisaient de plus en plus insistantes concernant un nouveau confinement. L’habituelle conférence de presse du duo Jean Castex/Olivier Véran a fait tomber un nouveau couperet dans nos existences françaises covidées : 16 départements, dont Paris se retrouvent confinés, mais pas le Bas-Rhin. Confinement sept jours sur sept, interdictions des déplacements interrégionaux : parce que cela pourrait bientôt nous concerner, on fait le point.

Une situation qui se dégrade dans certaines régions

« La situation se dégrade. Notre responsabilité est maintenant qu’elle ne nous échappe pasCette reprise dessine ce qui s’apparente à une troisième vague. » Jean Castex n’y va pas par quatre chemins pour définir ce qu’une partie de la France est en train de vivre. La pression hospitalière augmente aussi vite que le taux d’incidence et certaines régions, comme les Hauts-de-France et l’Île-de-France, voient la situation s’empirer. La cause ? « Cette troisième vague, nous en connaissons la cause : l’arrivée du variant dit britannique, qui représente maintenant près des trois quarts des contaminations. Nous savions qu’il était plus contagieux. Nous découvrons peu à peu qu’il est en réalité à la fois plus virulent et potentiellement plus grave. », comme le précise le Premier ministre.

© Capture d’écran live BFM TV


16 départements, dont Paris, confinés 7 jours sur 7

Le fait que ce soit Jean Castex et non pas Emmanuel Macron a tout de suite rassuré : le confinement ne serait pas national. En revanche, il sera bel et bien appliqué dans 16 départements, à partir de vendredi soir minuit, donc demain soir, et ce pour 4 semaines. Les départements concernés sont : les huit en Ile-de-France, les cinq des Hauts-de-France, l’Eure (Évreux), la Seine-Maritime (Rouen) et les Alpes-Maritimes (Nice). Dans ces départements, ce sera un confinement sept jours sur sept.

Néanmoins, les modalités ont quelque peu changé depuis mars 2020 – joyeux anniversaire le premier confinement ! – et novembre 2020. Tout d’abord, les écoles et collèges resteront ouverts dans les 16 départements concernés par le confinement, alors que les lycées basculeront eux en demi-jauge. S’agissant des commerces, comme en mars et en novembre, « seuls les commerces vendant des biens et des services de première nécessité seront autorisés à ouvrir ; cette notion de bien de première nécessité sera étendue aux livres et à la musique, ce qui permettra aux libraires et aux disquaires de rester ouverts », précise Jean Castex.

© Coraline Lafon


Les déplacements interrégionaux interdits et possibilités de faire du sport dans un rayon de 10km

Concernant les déplacements interrégionaux, le Premier ministre développe les modalités de confinement : « Pour les habitants des territoires concernés par le confinement, les déplacements interrégionaux seront interdits sauf motifs impérieux ou professionnels. » Concrètement, si vous travaillez à Paris mais habitez Strasbourg, vous pourrez toujours faire votre boulot. En outre, il sera possible de sortir en journée « sans aucune limitation de durée » dans les départements placés en confinement avec une attestation, à condition de rester dans un rayon de 10 kilomètres autour de chez soi.

Pour autant, Jean Castex précise que cette absence de limitation « ne doit pas être le prétexte à des barbecues entre amis, à des regroupements dans l’espace public ou dans les parcs ». Il annonce également que des « consignes strictes seront passées aux préfets pour interdire la fréquentation de certains espaces publics ».


Un couvre-feu qui passe à 19h à partir de samedi

Dans la seule nouvelle qui concerne toute la France, il semblerait que le couvre-feu passe lui-aussi à l’heure d’été. En effet, Jean Castex a annoncé que le couvre-feu, aujourd’hui fixé à 18h, passerait à partir de ce samedi 20 mars à 19h. Une bonne nouvelle pour les amateurs de footings après leur journée de travail.


Reprise de la vaccination à l’AstraZeneca

Enfin, c’était l’objet de toutes les inquiétudes depuis lundi, avec la suspension de la vaccination AstraZeneca, après que des personnes vaccinées aient développé des cas de phlébites. La nouvelle suivante devrait donc rassurer celles et ceux qui avaient déjà reçu une première dose et qui craignait de développer des caillots sanguins : l’Agence européenne des médicaments a confirmé aujourd’hui que « le vaccin AstraZeneca est un vaccin qui est non seulement très efficace pour lutter contre l’apparition de formes graves de la maladie, mais qui est aussi un vaccin sûr, sans danger », comme le détaille Jean Castex.

Dès lors, la campagne de vaccination avec AstraZeneca reprendra « demain après-midi » en France, annonce Jean Castex. Par ailleurs, le Premier ministre a répété son objectif « 10-20-30 », à savoir « au moins 10 millions de personnes vaccinées d’ici mi-avril, 20 millions d’ici mi-mai, et 30 millions d’ici mi-juin, soit 2/3 de la population de plus de 18 ans volontaires ».

Un an après, est-ce qu’on a réellement avancé ? Pas forcément, puisqu’une partie de la France repasse de nouveau par la case confinement. Une série de mesures qui nous sont désormais familières et qui prévoient encore des mois compliqués. Puisque, même si Strasbourg et le Bas-Rhin ne sont pas encore concernés, Jean Castex est clair : « Ces mesures que nous prenons aujourd’hui dans les régions les plus impactées pourront être étendues, si nécessaire, à d’autres parties du territoire. ». Y a plus qu’à croiser les doigts, mais le retour des beaux jours, c’est pas encore pour tout de suite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here