Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

8 bouquins écrits par des Alsacien(ne)s à choper avant de se confiner

2.1k Lectures
Publicité
Publicité

Confinement II, le retour. À l’heure où certains se précipitent pour stocker des pâtes, de la farine, des œufs et du PQ, est-ce que ce ne serait pas le moment de se ruer en librairie pour donner de la hauteur à sa pile à lire ? Et quitte à faire des réserves, autant en profiter pour découvrir des auteurs et des autrices alsacien.nes. Nous avons poussé la porte du Quai des Brumes, à Grand’Rue pour vous en faire une petite sélection. Une manière de sortir de chez soi sans quitter son canapé.
>> À lire ou relire : Strasbourg : 9 librairies spécialisées à découvrir au coin de la rue

Les Neuf sentinelles des Vosges, de Jacques Fortier

« Juillet 1928. Le détective Jules Meyer, qui entre deux enquêtes corrige les épreuves des Neueste Nachrichten de Strasbourg, est intrigué par un sombre fait-divers. Une jeune fille de dix-sept ans s’est jetée du haut de la tour du Climont, dans les Vosges. Dès le lendemain, le père de la jeune fille arrive dans le bureau du détective. Pour lui, sa fille ne peut pas s’être suicidée. Elle a été assassinée. Est-ce le déni d’un père ravagé par le chagrin ? Ou le meurtre d’un tueur particulièrement sournois ? Aucune des deux hypothèses ne peut raisonnablement être écartée sans enquête : Jules accepte cette nouvelle affaire. »

Les Neuf sentinelles des Vosges est la sixième enquête du détective Jules Meyer, et le septième roman policier de Jacques Fortier, ancien journaliste aux DNA. Disciple de Sherlock Holmes et correcteur au sein de l’ancêtre des Dernières Nouvelles d’Alsace, le personnage principal doit cette fois-ci affronter un adversaire particulièrement coriace en la personne d’un tueur en série machiavélique. Le récit se déroule dans le Strasbourg des années 20 mais il emmènera également le lecteur sur les sentiers du Club Vosgien.

© V. P pour Pokaa

Les grands cerfs, Claudie Hunzinger

« Pamina, habite en montagne avec son compagnon Nils. Elle se sait entourée par un clan de cerfs qui lui sont restés invisibles et mystérieux jusqu’à ce que Léo, un photographe animalier, construise dans les parages une cabane d’affût et qu’il lui propose de guetter avec lui. Tandis qu’elle observe et s’initie à la vie du clan, affrontant la neige, le givre, la grêle, avec pour équipement un filet de camouflage, une paire de jumelles et des carnets, elle raconte sa peur de la nuit, les futaies sous la lune, la magie de l’inconnu, le plaisir infini à guetter, incognito, l’apparition des cerfs, à les observer, à les distinguer et à les nommer : Apollon, Géronimo, Merlin… Mais au cours de ces séances de guet, elle va découvrir un monde plus cruel que celui du règne animal, celui des hommes, car un massacre se fomente… »

Autrice et plasticienne originaire de Colmar, Claudie Hunziger signe avec Les grands cerfs son douzième ouvrage. Un roman traversé par la colère d’une femme face aux dommages que l’Homme fait à la nature. Haletant et poétique.

© V. P pour Pokaa

Confession d’un chasseur de sorcières, Alexis Metzinger

« En ce printemps 1633, la ville de Schirmeck est le théâtre d’étonnantes manifestations : un enfant perd l’usage de la parole, une femme accouche d’une pierre, des moutons meurent étrangement lapidés… Sur fond de guerre de Trente Ans, de rumeurs villageoises, de haines accumulées sur plusieurs générations, le procureur Gail se rend dans la vallée vosgienne et mène le procès de Barbara, que les habitants accusent de sorcellerie. Mais la mécanique bien huilée de la machine judiciaire s’enraye, forçant le procureur Gail à remettre toute l’enquête en question. Il patine et change de cap, se laisse emporter par la colère, erre de certitudes en doutes. »

Dans son premier roman, publié aux Éditions de la Nuée Bleue, le scénariste, producteur et réalisateur de documentaires sur l’Alsace Alexis Metzinger plonge le lecteur dans la tête d’un chasseur de sorcières du XVIIe siècle. Mais quelle folie s’est emparée d’une partie de l’Europe entre que le XVe et le XVIIe siècle pour qu’environ 40 000 personnes – des femmes, en très grande majorité – meurent sur des bûchers après avoir été condamné.e.s pour sorcellerie ? C’est en suivant l’enquête du procureur de l’évêché de Strasbourg que le lecteur pourra tenter de s’en faire une idée. Le roman s’accompagne toutefois, en fin d’ouvrage, d’un éclairage historique écrit par l’historien Daniel Fischer, directeur scientifique de la collection dans laquelle est édité ce récit.

© V. P pour Pokaa

Les chemins de Mó, Anne Romby

« Montagnes escarpées
Flots impassibles
Amphores de roches
Pétries de ciel.
Gravir leur paroi,
C’est enlacer la mer
Avec ses brumes
Du bout du Monde. »

Connue pour ses illustrations, Anne Romby est aussi calligraphe. Ce livre, paru aux éditions Astrid Franchet grâce à une campagne de financement participatif lancée cet été, mélange estampes et poèmes. Il est le fruit de cinq ans de travail. Un témoignage de la passion de son autrice pour l’Asie et la pensée chinoise, mis en avant par la librairie du Quai des Brumes près de son comptoir et chaudement recommandé aux bibliophiles.

© V. P pour Pokaa


La nuit nous serons semblables à nous-mêmes, Alain Giorgetti

« Adèm est allongé sur la plage, incapable de bouger. Pour quitter son pays, il a payé très cher sa traversée. Malheureusement, l’embarcation a fait naufrage. Où sont les autres ? Qu’est devenue sa sœur avec qui il se trouvait ? Attendant que le jour se lève et la venue peut-être des secours, il se souvient de toute son histoire. Enfance insouciante dans la montagne, ombres de la dictature, disparition de son père enlevé par la milice, de sa mère partie le rejoindre. Puis la fuite avec sa sœur, les camps, l’espoir têtu d’arriver de l’autre côté de la mer, là où il est permis d’espérer un futur. Les souvenirs et les pensées d’Adèm se mêlent au rythme des vagues. Il s’accroche à sa mémoire afin de conjurer la nuit qui menace de l’engloutir. »

Alain Giorgetti est un auteur, réalisateur et plasticien strasbourgeois. La nuit nous serons semblables à nous-mêmes est son premier roman. « C’est un roman qui part d’un thème qui est celui de la migration pour en faire quelque chose d’universel, explique Sébastien, libraire au Quai des Brumes. Il n’y a pas de date, pas de géographie. Tout ce à quoi on peut s’attacher c’est la mer, le rythme des vagues. » Le livre fait partie de ses coups de cœur.

© V. P pour Pokaa

Sans ajouter une ride, Claude Wind

« Écrits au fil des jours avec le mystère pour ligne de vie, ces poèmes suivent le cours de ce qui, depuis l’aube des hommes et des choses, se répète dans une infinie variété de formes, d’aspects, de visages, d’horizons. Ce que le poème, ici, voudrait serait de recueillir la part de lumière et d’ombre qui nous est laissée à voir et à entendre de ce jeu sans cesse changeant du Même, à même sa permanence : voir, entendre, mais au plus proche du vivant, de ses paysages que nous habitons et qui nous habitent, et de ses rues et de ses chemins que nous empruntons au cœur de l’âge sombre, le nôtre dont le poème tente la traversée. »

Claude Wind – à prononcer à l’alsacienne et non à l’anglaise – est un poète de la région de Sélestat. Philosophe, il aime à écrire sur notre époque pressée, courant après la nouveauté, et ce qui ressemble parfois trop au progrès pour pouvoir l’être. Extrait :

« Depuis l’aube superbe
Tu refais le chemin
le même
habité par le même trouble
le même que les autres, tous les autres

Depuis l’aube superbe

Des lignes de vie comme des fils
traversent les mêmes points
du même vêtement de sable et d’orgueil
et les mêmes zones frontières et les mêmes
lits de camp

Eclats de soleil et champ d’épines
haut tenus comme des empreintes
d’oiseaux.Un pont de parfums de fleurs sauvages
d’un bord à l’autre

Depuis l’aube superbe

Tu refais le chemin
le mêmeIl pénètre sous le voile et chasse
les ombres de la toile en mouvement

habité par le même élan,
la même crainte
que les autres, tous les autres
depuis l’aube superbe »

Le recueil est uniquement disponible sur commande en revanche.

© V. P pour Pokaa

Fugue au cœur des Vosges, Franck Buchy

« Seul et à pied, Franck Buchy a traversé les Vosges du nord au sud, en suivant la limite administrative entre l’Alsace et le reste de la France. Ce tracé historique emprunte, dans sa partie méridionale, l’ancienne frontière franco-allemande de 1871 à 1918. L’auteur l’a parcourue en pionnier, forçant les obstacles du paysage, au fond de ravins ou en équilibre sur la « ligne bleue » chère à Jules Ferry. Il interroge ce limes au cœur d’une Europe saisie par les nationalismes un siècle après la fin de la Grande Guerre. De borne en borne – on en comptait 4056 – , le marcheur côtoie le GR5, recoupe les sentiers du Club vosgien, et brosse le portrait d’un massif contrasté et attachant. »

Franck Buchy livre ici un récit de voyage particulièrement poétique et bien écrit. Instructif aussi, sur l’histoire de la région. Sa géographie. Une belle manière de traverser l’Alsace sur sa frontière la plus occidentale aussi. Et une invitation à s’évader par les sentiers, une fois le confinement terminé.

© V. P pour Pokaa

Victoire Pirot

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

8 bouquins écrits par des Alsacien(ne)s à choper avant de se confiner

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !