On aurait presque tendance à l’oublier, mais cela fait longtemps que l’on n’a pas senti la ferveur de la Meinau. Depuis un 0-0 tout tristoune face à Amiens le 22 février dernier, plus de Kop, plus de bières et surtout plus de supporters, le coronavirus étant passé par-là. Alors que l’on est à deux semaines de la reprise du championnat français, et à trois semaines d’un retour à la Meinau s’annonçant des plus opaques, on a voulu faire un petit recap’ de l’actu de nos Bleus et Blancs. Et il s’en est passé des choses.

Un nouveau maillot… et un nouveau sponsor

Commençons par l’annonce des nouveaux maillots pour cette saison 2020/2021. Le coronavirus est encore dans toutes les têtes et cela a impacté le fonctionnement du Racing, au-delà du « simple » arrêt de la Ligue 1, feu Conforama et désormais Uber Eats. En effet, CroisiEurope, sponsor historique du nouveau Racing, n’apparaîtra plus sur le maillot.

À la place, ce sera donc le site de paris sportifs Winamax, bien connu des fanas de poker, mais aussi de sport avec un community manager peu avare en bonnes blagues. Cette décision, au-delà du simple effet visuel du W rouge sur les maillots strasbourgeois, entérine la fin d’un sponsor local pour une entité plus « parisienne » et à portée internationale. Même si son co-fondateur, Alexandre Roos, est Alsacien, c’est tout de même un changement de politique de sponsoring. À voir donc comment se déroule ce nouveau partenariat.

En attendant, revenons à l’essentiel, les maillots ne sont pas extrêmement réussis de mon point de vue : le maillot bleu reprend les codes du blanc de l’année dernière, démontrant une flemme intersidérale du service design d’Adidas, tandis que le maillot extérieur s’en sort un peu mieux, malgré le W en rouge en plein milieu.

Le Racing Covid de Strasbourg

Si le Racing avait comme idée de changer de sponsor pour se faire mieux connaître au niveau national, ils auraient pu très certainement s’éviter la mauvaise presse de ces derniers jours. En effet, le vendredi 31 juillet, une annonce a chamboulé la planète football : le Racing a cinq joueurs testés positifs au Covid-19. Le 4 août, rebelote, quatre nouveaux joueurs positifs. À deux joueurs près, on avait donc une équipe capable de débuter la saison.

Le recul et la non-exagération des médias. © Capture d’écran de la Une de L’Équipe du mercredi 5 août

En plus de cela, malheureusement, s’est ajoutée une polémique, dont les Bleus et Blancs ne doivent pas être très fiers aujourd’hui. Avant d’affronter l’équipe de Montpellier en match amical, les Strasbourgeois peaufinaient leur reprise en Savoie. Le 25 juillet, ils ont pu se détendre en allant au restaurant, et auraient dû s’arrêter là. Mais, selon les révélation du journal L’Équipe, quinze d’entre eux auraient décidé de continuer la soirée dans un bar dansant à Genève. Où le respect des gestes barrières est un chouïa plus difficile.

Désormais, les relations avec Montpellier sont pacifiées et Marc Keller, président du Racing, a déclaré vouloir régler cela en interne. L’affaire est donc close. Néanmoins, et c’est sans doute cela le plus dommage, cela vient planter une vraie épine dans le pied du club, qui avait excellemment bien débuté sa préparation pour la nouvelle saison, battant successivement Nîmes et Montpellier. À cause de toute cette affaire, ils n’ont pas pu affronter Metz ou Reims, se privant d’automatismes qui seront utiles dans 15 jours. Mais comme tout semble progressivement rentrer dans l’ordre, ils affronteront Dijon le 11 août prochain.

Quel avenir à la Meinau ?

Après toute cette affaire pas très reluisante, recentrons-nous enfin sur ce que l’on attend tous : le retour à la Meinau ! Le dimanche 30 août, à 17h, Nice viendra nous rendre visite, pour la reprise du football dans notre stade. Le retour de l’enfant du pays Morgan Schneiderlin promet de donner à cette rencontre l’allure d’une jolie fête. Néanmoins, aujourd’hui, on ne sait pas vraiment encore comment va se passer le retour des supporters à la Meinau.

Déjà, malgré une campagne de réabonnement qui a démarré depuis le 29 juillet, difficile de dire combien d’abonnés pourront à nouveau fouler les sièges de la Meinau. Les jauges de 5 000 personnes pourront être réévaluées selon plusieurs conditions, donc rien n’empêche que la préfecture du Bas-Rhin permette à plus de supporters de venir encourager leur équipe. Mais, à l’instant t, tout est flou et on se retrouve un peu perdu sur comment tout cela va se dérouler. Car il y aura forcément plus de 5 000 abonnés… et il y aura donc très probablement pas mal de déçus.

Communiqué des UB 90. © Facebook – UB 90

Par la suite, ce flou arrive bien accompagné d’une mauvaise nouvelle, qui risque d’avoir de l’importance dans les résultats du Racing à domicile : pas d’UB 90 jusqu’à ce que la situation sanitaire s’améliore ! En effet, lors du retour au stade, pas de tribunes debout, parce qu’elles ne garantissent pas le respect des gestes barrières. Exit donc les populaires et la tribune Ouest Haute, et donc exit le Kop. Dans ces conditions, les UB 90 préfèrent se retirer et la Meinau risque donc déjà de sonner creux. Puisque, on ne va pas se leurrer, ce sont souvent un peu plus de 4 000 personnes – plus celles en populaires – qui donnaient l’impression de chanter pour 25 000. Peut-être que cela motivera les tribunes Nord ou Sud, souvent davantage occupées à critiquer les matchs qu’à encourager leurs joueurs.

Avec un nouveau sponsor, des polémiques reliées au Covid et un futur encore incertain à la Meinau, cette saison 2020/2021 ne ressemble déjà à aucune autre. Les Bleus et Blancs auraient pu rêver d’une préparation plus tranquille, où seul le changement de numéro de Kenny Lala, qui portera désormais le numéro 10, aurait été le plus gros bouleversement. Quoiqu’il en soit, pour revoir la ferveur de la Meinau, il faudra encore attendre. Que l’on soit seul, ou cinq milliers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here