À l’aune d’un déconfinement très progressif, et malgré un télétravail toujours érigé comme norme, beaucoup de Français vont devoir repartir physiquement au travail. Et alors que la pollution atmosphérique a très largement diminué depuis le début du confinement, ce qui n’est pas sans conséquences positives, il semblerait que, pour la suite, l’accent soit très fortement mis sur le vélo à l’échelle nationale. Plus localement, les transports en commun de la CTS verront leur trafic chamboulé par rapport à l’avant. On vous en dit plus.

Le vélo, pratique encouragée au niveau national

Au niveau national, le vélo semble repartir en force. Déjà, la pratique sportive du vélo, imbroglio national et même à Strasbourg, va pouvoir être reprise après l’annonce du plan de déconfinement par Édouard Philippe. Il va donc être de nouveau possible de se dégourdir les jambes et sculpter ses mollets sur nos deux roues, à néanmoins au moins 10 mètres de distance. Mais au-delà de la simple pratique récréative, c’est également un nouveau système de déplacement qu’il faut essayer de mettre en œuvre.

© Martin Lelièvre

C’est en cela qu’un plan gouvernemental à hauteur de 20 millions d’euros sera mis en place pour encourager la pratique du vélo pour l’après confinement. Ce plan réalisé en partenariat avec la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), comprend un forfait de 50 euros pour la remise en état d’un vélo au sein d’un réseau référencé de réparateurs, qui seront répertoriés sur le site Internet de la FUB et sur une plateforme dédiée. Concrètement, si vous souhaitez changer de chaîne, de frein, de pneu, ou encore de dérailleur, on vous donnera de l’argent pour le faire.

Par ailleurs, le gouvernement a également mis en place une aide pour l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE), dont vous pouvez retrouver les détails ici.

Comment cela se passe dans la capitale du vélo ?

On peut difficilement parler vélo sans évoquer la situation de la ville de Strasbourg, avec ses 600 kilomètres de piste cyclable, parfois en tête de peloton des innovations mais toujours maillot jaune pour se revendiquer capitale du vélo. Au sujet de ce forfait de 50 euros, nous avons contacté Jean-Baptiste Gernet, adjoint au Maire en charge notamment des mobilités alternatives, pour qu’il en précise les contours : « Ces 50 euros seront déduits de la facture directement sur place. Le gouvernement financera directement les structures concernées (vélocistes, ateliers d’autoréparation…), donc les usagers n’auront rien à faire. »

© Aurélien Bouron

Un plan national, donc également pour Strasbourg et le Bas-Rhin, qui devrait regrouper plus de 3 000 structures. Mais avec quelques spécificités bien de chez nous, qui devraient parler aux amateurs de bicyclettes : « L’avancée vraiment importante, c’est que les ateliers d’autoréparation sont inclus, BRETZ’SELLE par exemple. C’était notre demande au club des villes cyclables, et bien sûr à l’heureux cyclage, le réseau national des ateliers d’autoréparation. C’est une très bonne chose pour les associations, et les gens qui n’ont pas beaucoup de moyens pour s’acheter un vélo. »

En ces temps de coronavirus et de reprise de l’activité économique, les vélos offrent ainsi une belle alternative à celles et ceux qui auraient peur de se déplacer en reprenant les transports en commun, où la distanciation sociale et le port du masque seront obligatoires.

Un trafic CTS modifié

Et justement, pour celles et ceux qui n’ont pas de vélo et qui devront reprendre les transports en commun, Alain Fontanel, Président de la CTS, a annoncé jeudi 30 avril au soir que l’objectif serait d’atteindre 80% du service, contre 35% aujourd’hui. Cela signifie, grosso modo, des trams toutes les 10 minutes. Dès lors, le trafic étant considérablement réduit par rapport à ce qui était la norme avant le confinement, passant de 160 000 à 50 000, il faudra au maximum étaler les déplacements et les repenser.

[ #Strasbourg #COVID19 à J+45 de confinement et J-11 du déconfinement ]Le déconfinement est un véritable défi pour la…

Gepostet von Alain Fontanel am Donnerstag, 30. April 2020

En plus des masques et la distanciation sociale, des sièges seront supprimés, un marquage au sol sera mis en place au sein des trams et bus, mais également sur les quais, pour réguler le flux des voyageurs. En somme, ce qu’a annoncé Édouard Philippe mardi 28 avril. Enfin, les vélos seront désormais interdits dans les rames et les stations seront régulièrement désinfectées.

Enfin, la CTS a annoncé qu’elle allait rembourser les abonnements pour le mois de mai. Toutes les infos sont disponibles ici.

C’est donc toute la machinerie du déconfinement qui se met progressivement en route, à une dizaine de jours de la sortie. Si le cas de l’Alsace devra sans doute être particulier par rapport au national, il est certain que les modes de déplacement vont être chamboulés dans les semaines à venir. En espérant que Strasbourg continue d’être la capitale du vélo, sans être celle des conflits d’usage. Pour un confinement que l’on espère moins pollué qu’avant.

1 commentaire

  1. Super le vélo. Mais problème aux jambes, je ne peux pas en faire, mais je marche beaucoup. Ma crainte c’est qu’il faudra triplement être sur le qui vive, parce, bonjour, les incivilités des cyclistes sur trottoirs, sur passages piétons, dans les zones piétonnes etc etc. Ceci doit être dit aussi.
    Bon Déconfinement futur à tous 🌞🌞

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here