Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Maison Lissner : le vignoble le plus sauvage d’Alsace livre désormais ses vins natures

7 Lectures
Publicité
Publicité

Commerçants, agriculteurs, maraîchers, viticulteurs, fromagers, charcutiers, torréfacteurs… Tous les acteurs de ces métiers indispensables continuent discrètement leur travail pour nous offrir le meilleur de l’Alsace pendant le confinement. Des produits de qualité, locaux, de première fraîcheur, souvent acheminés en circuit court et prêts à être livrés en bas de chez nous. Ces petits commerces, mais aussi les femmes et les hommes qui triment pour nous nourrir avec qualité, nous les avons recensé dans un annuaire complet, contenant toutes les informations dont vous avez besoin pour qu’un matin, vous retrouviez devant votre porte le meilleur de notre région.

© Domaine Lissner

Après vous avoir ouvert les portes de Balzac Café, de Ziegler Primeurs, de La Coccinelle d’Alsace, d’Omnino, de Thématis ou encore de la Boucherie Spiesser, nous allons aujourd’hui parler de nature, ou plutôt de vignerons visionnaires qui ont réussi à l’apprivoiser afin qu’elle nous offre le meilleur. Bienvenue sur le Domaine Lissner.

Un domaine exceptionnel, des Hommes au savoir-faire unique

Lissner, c’est un domaine de huit hectares tenu par Théo et son papa Bruno. Implanté dans la famille depuis 1848, le domaine situé dans le village de Wolxheim est l’un des précurseurs mondial de la viticulture sauvage. Chez eux, la vigne est libre et le vin aussi. La flore et la faune sauvage ainsi que tout le vivant cohabitent au milieu des arbustes. La main de l’Homme est le seul élément qui entre en compte, et elle intervient le moins possible.

« Nous ne sommes pas hors cadre mais bel et bien dans notre propre cadre, celui que la nature dessine »

© Domaine Lissner

Pas d’intrant, pas de produit chimique, pas de tracteur donc pas de gasoil… On laisse la lune, la terre, ses minéraux, les animaux et le climat particulièrement sec ainsi qu’une exposition sud faire leur travail. C’est ce que l’on appelle cultiver ses vignes dans un milieu indigène. L’Homme est simplement là pour tresser les branches et aider la vigne à se maintenir dans son milieu naturel. Un milieu dans lequel les lézards, papillons et autres serpents reviennent sur des sols qu’ils avaient désertés depuis plus de vingt ans.

Elios Films pour © Domaine Lissner / Notre quête / Youtube

Le temps long de la pure viticulture

Après avoir travaillé en tant qu’ingénieur agronome, Bruno est revenu à la terre, c’était sa manière de fêter ses 40 ans. Il souhaitait utiliser toutes ses compétences agricoles déjà acquises pour revenir au vivant, au temps long d’une agriculture plus que raisonnée. Alors, il a continué l’aventure viticole familiale et travaillé à son tour une terre que sa famille, et la nature avant eux, avaient façonné. Il voulait écouter le plus possible les saisons, que ses techniques viticoles respectent au maximum les caprices naturels d’une plante qui allait petit à petit redevenir sauvage.

« Nous faisons évoluer les vignes au milieu du vivant afin d’entrer dans une dynamique d’écoute et de cycle naturel. Sur nos terres rien n’est figé, la nature suit son court et offre du pur raisin ».

© Domaine Lissner

Il obtient la certification bio en 2007, mais dans sa tête, déjà depuis 2003, il savait qu’il allait pousser le domaine plus loin. Alors, avec son fils Théo, ils se sont donné comme objectif de n’avoir plus aucun objectif précis…Ils ne penseraient pas au rendement, ni au produit fini. Ils voulaient simplement laisser la vigne à l’état sauvage et récolter le fruit que leur village, et pas uniquement leur région, avait à apporter. Les bipèdes n’ont qu’à rester chez eux, le raisin fait son travail tout seul, et il le fait bien. Mais une fois récolté, c’est Théo et Bruno qui finissent le boulot.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est domaine-lissner-livraison-pokaa-strasbourg-vignerons-sauvage-img_20170906_134510-1024x768.jpeg.
© Domaine Lissner

Des vins si spéciaux ?

Bien évidemment, il faut avoir trempé ses lèvres dans l’une des créations du domaine pour goûter à la véritable identité Lissner et de leur terroir. D’ailleurs, c’est bien ce que le père et son fils produisent : des vins de terroir, que l’on ne peut pas vraiment qualifier d’originaux puisqu’ils sont uniques. Des créations parfois lunaires, des liquides qui interrogent et surprennent à coup sûr. Des vins d’une grande finesse aromatique qui s’expriment encore mieux avec quelques années de garde. Aussi, le sol rocailleux de Wolxheim offre des vins concentrés, salins ou salés, avec une minéralité surprenante.

« Nos vins sont identitaires, libres, entiers »

© Coraline Lafon / Pokaa

Leur panel de 25 cuvées annuelles (40 000 bouteilles) offre une grande diversité de saveurs à un prix défiant toute concurrence…Des prix accessibles car le domaine ne paie aucun encart publicitaire, pas de marketing. Les prix proposés (entre 8 et 20 euros) sont les prix de la vigne, le produit d’un travail agricole, point. Pas d’intermédiaire, pas de transporteur, ils vendent leurs bouteilles directement dans leur chais ou les livrent à domicile.

Un travail d’inspiration

Mais Théo et son papa ne travaillent pas ainsi pour coller une étiquette ou un label sur une bouteille. Théo ne qualifie ni ses vins de « nature » ni de « biodynamiques » même si ses liquides contiennent uniquement du raisin. Lui ce qu’il veut c’est faire du vin, le boire, l’aimer, en parler puis le partager…Et on verra ce qui passera après.

« Le vin s’exprime, nous l’écoutons, il ne ment pas. De toute façon, la vérité est dans le verre »

© Domaine Lissner

Pourquoi le faire entrer dans une catégorie ? Le vin d’aujourd’hui n’est pas le vin d’hier et il est encore moins semblable à celui que demain leur offrira. Il suffit d’y gouter et d’écouter ce que le liquide a, à nous raconter.

« Si l’on écoute le terroir et qu’on le respecte, les vins seront forcément identitaires, le reflet d’une personnalité. C’est notre cas, nous produisons des vins de terroir très personnels dont toute la richesse provient des terres de Wolxheim, celle de nos parents et de notre famille. »

© Domaine Lissner

Un rapport humain, des bouteilles qui se vivent

La grande distribution ne rentre donc pas du tout dans les préoccupations de Bruno et Théo. Ils prônent un véritable rapport humain, proposent des vins qui ont du sens, avec un brin de pédagogie pour mieux les comprendre, mais aussi, avec une philosophie qui leur est propre. Alors, dans leur Chais, ils proposent des rendez-vous artistiques : des concerts, ils accueillent des troupes de théâtre, font vivre le vin au milieu de l’humain. Et puis celui-ci est aussi un prétexte…

« Le vin est un alibi, pour la cuisine, pour l’art, pour les rencontres humaines…pour les meilleurs moments de la vie »

Lissner, c’est donc une identité, une exception, un domaine différent dont le produit résulte d’un travail de transmission. Pourtant, ne leur parlez pas de luxe…Eux travaillent dans l’excellence depuis des générations et n’ont pas besoin de le montrer dans les magazines. Ils produisent des vins expressifs, à des années-lumière de la standardisation et ils en sont simplement heureux.

Le petit conseil de lecture de Théo :

La psychanalyse de l’Alsace de Daniel Hoffet. « Il nous propose de nous interroger sur ce qu’est d’être Alsacien, pour comprendre où l’on va, mais aussi ce que l’on est et ce que l’on a été. Comprendre toute la complexité et la richesse de l’identité alsacienne.

>> Toutes les informations concernant la livraison <<

***

MAISON LISSNER

16 rue de Strasbourg
67120 WOLXHEIM
Le site web
La page Facebook
06 73 92 64 42
03 88 38 10 31

***

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Rencontres"

À la une

Maison Lissner : le vignoble le plus sauvage d’Alsace livre désormais ses vins natures

Commentaires (1)

  1. Bonjour,
    Un lecteur, passionné de vins et de nature, qui s’est retrouvé devant des portes closes et déçu de repartir bredouille – il n’a malheureusement pas poussé plus loin ses investigations dans le village-, m’a informé de sa mésaventure : si vous pouvez rectifier l’adresse en 16 rue de Strasbourg 67120 WOLXHEIM au lieu de 20 rue principale, qui était notre adresse historique jusqu’en 2010.

    Superbe photo du cœur par Coraline Lafon. Pourrions-nous l’utiliser (en mentionnant son auteure) ?
    Merci à toute l’équipe. Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Rencontres”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !