Pour la 13e fois, le festival de Pelpass, association culturelle strasbourgeoise, a envahi Strasbourg sur trois semaines. Plusieurs centaines de personnes se sont données rendez-vous place Zurich et Grimmeissen pour des spectacles en tout genre, avant de finir le cœur du festival dans la salle du Molodoï, agrandie et décorée pour l’occasion. Retour en images sur la dernière soirée festive ce samedi.

L’équipe de Pelpass a décidé de transformer le Père Noël en super-héro cette année. Avec les annulations de trains, quelques artistes ont du être remplacés/annulés, comme le groupe Malade(s) par le duo strasbourgeois Encore. La programmation est restée éclectique et festive. La pluie n’a pas réussi à effacer la bonne humeur des festivaliers qui ont du faire les pingouins en se rassemblant sous les chapiteaux. La soirée a tout de même fait carton plein avec beaucoup de retrouvailles entre Strasbourgeois et expatriés qui reviennent pour les vacances.

Rien de bien nouveau pour cette 13e édition à part un nouveau thème, de nouveaux artistes et une nouvelle déco avec des slips, d’esthétique comics et de guirlandes (on ne change pas une équipe qui gagne?). Comme chaque année, « la maison des cadeaux » permettait d’échanger un objet contre un cadeau surprise. Un sorte de « secret santa » loufoque et aléatoire où les festivaliers récupèrent des objets plus improbables les uns que les autres. C’était aussi le retour de la « Militente » dans l’espace extérieur qui accueillait des DJs locaux, accompagnée de stands de restauration, des jeux en bois et d’un stand de prévention de l’association Ithaque

Un 13e PayeTonNoël, familial, local et déjanté

Comme pendant le Pelpass Festival, et souvent pendant les événements de l’association, la soirée s’est terminée sur une boom géante avec l’équipe organisatrice sur scène, chantant en cœur avec le public des classiques comme l’Aventurier d’Indochine ou Freed From Desire de Gala. Conclusion sur un gros câlin général pour réchauffer les corps et les esprits en cette période de froid.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here