Bienvenue dans un bar pas comme les autres bien calé depuis des années sur la place Saint-Étienne. Bienvenue dans une petite cahute à l’esprit vintage dédié et au rétro-gaming, aux vins, à la musique de qualité et aux pintes à prix cassés. Bienvenue chez le fameux Rob, au cœur de sa toute première affaire très personnelle ouverte il y a dix ans. Bienvenue dans le mini temple de l’apéro entre potes, sans broderie et sans chiqué, dans la chaleur d’un bar d’hiver qui te prend dans le creux de ses bras, dans un monde brut de récup consacré aux histoires de comptoir, aux rendez-vous improvisés, et aux fin de matinées agitées. Bienvenue dans un monde de musiques et de mots doux laissés sur les murs au posca. Bienvenue chez toi, dans l’un des seuls bar de nuit qui n’a jamais vraiment changé.

Un bar de nuit qui prend discrètement soin de toi : aime Le Phono et Le Phono t’aimera

Le Phono, c’est tout un symbole : une porte ouverte sur une génération de buveurs de pintes qui commence à changer en profondeur, tout comme ses habitudes de sortie et la manière dont elle consomme la nuit. Placé géographiquement au cœur d’une certaine vie nocturne Strasbourgeoise (à deux pas du regretté Mudd et à 300 mètres du Rafiot) il a été un catalyseur de rencontres, un point de départ de soirée, un spot de ravitaillement en pleine nuit, un terrain d’atterrissage pour ceux qui préfèrent finir leur soirée accoudé au comptoir plutôt que d’essuyer la moiteur d’un dancefloor.

 » Le Phono c’est MON ouvrage, MA maison « 

Désormais, les deux clubs à proximité sont fermés mais les habitués s’y pressent toujours en début de soirée avant de danser. Puis ils y reviennent pour reposer leurs jambes et échanger leurs histoires nocturnes, toujours au comptoir. C’est ça aussi un bar de proximité, et Rob représente à lui seul cette proximité qu’il partage avec les nouveaux comme les habitués.

Ces derniers, ceux que l’on sert mécaniquement, seront toujours présents. Mais Rob est aussi heureux de voir arriver une toute nouvelle génération de jeunes (voire très jeunes) qu’il faut également satisfaire, avec d’autres codes et d’autres offres. C’est pourquoi, dès cette année, le Phonographe va entamer de subtiles transformations. Et pour cela il n’est pas tout seul.

Le plaisir de proposer le bon produit au bon prix jusqu’à pas d’heure

Quand on pense Phono on pense bières pas chères, happy-hour interminable de 18h à 21h, planchettes massives à composer à bon prix. Mais on oublie trop souvent les ardoises accrochées au mur : celle des rhums mais aussi celle des vins. Natures, issus de la biodynamie ou conventionnels, Rob aura toujours un petit Pif bien sympa à vous servir, toujours au bon prix. Mais ce n’est pas tout ! Jetons un petit coup d’œil aux tarifs des conso :

Les vins : en ce moment 4 blancs, 4 rouges, 1 rosé, 1 crémant

  • 4 € le verre
  • 8 € le quart
  • 16 € le demi
  • 24 € la bouteille

Les bières :

  • 7 bières pression entre 2,50 € et 4 € le demi (3 € la pinte de Météor en happy)
  • 8 bières bouteille toutes à 5€ la 33cl

Les planchettes à composer (produits sélectionnés en épicerie par Monsieur) :

  • Saucisson, sardines, chorizo, jambon, st Marcellin, Tome, chèvre frais etc… (entre 1,50 € et 2,00€ l’aliment)

Et le cocktail fétiche de la maison qui arrache sa mère :

  • Le Hemingway : (citron, cassonade, rhum, crème de pamplemousse, crémant) 10 €

Il faut se dire une chose : Rob ne propose aux visiteurs que ce qu’il aime le plus. Quand tu reçois des invités (que tu apprécies) à la maison, il est d’usage de les gâter non ? Lui, en tout cas, voit les choses comme ça, comme le font tous les bons restaurateurs. C’est pourquoi chaque vin, chaque bière, chaque petit bout de fromage ou de charcute qu’il propose est testé, re-testé et distribué à toute heure, avec comme ligne de mire le plaisir et la qualité.

Un lieu plein de caractère à l’identité visuelle et musicale marquée

Vous l’avez compris, Le Phono c’est le bébé de Rob, sa « soupape de décompression« , son « calmant quand il a besoin d’exploser« . Il est le gardien de l’un de ces derniers bars strasbourgeois qui représente une partie de l’esprit underground passé et actuel. Un lieu brut et précurseur ouvert il y a 10 ans qui fait désormais partie du décor mais qui reste humblement discret. C’est ça aussi l’esprit Phono, il s’illumine seulement une fois la nuit tombée.

Avec ses références musicales et artistiques placardées sur les murs, ses vieilles consoles toujours allumées et ses clins d’œil au monde merveilleux des lecteurs cassettes, Le Phonographe est une porte ouverte sur le passé certes, mais ne croyez pas qu’il s’endort. Avec Rob, son chien URSSAF et leurs 4 Tera de musique ils ont de quoi faire groover les curieux pendant encore 10 ans de plus, et croyez-moi ils ne vont pas se gêner.

Des changements à venir

Les habitudes de consommation et les mœurs évoluent, le rap change, le rock trépasse. Alors Rob télécharge encore des pépites derrière son ordi équipé de windows 98 pour toujours créer de la nuance et de la nouveauté. Il veut vous faire bouger, que vous soyez surpris de ce que vous entendez.

Dans les mois à venir le cadre restera presque le même, Rob aussi restera le même, à part quelques ravalements de façade, un joli nouveau graf de Storm 500 et de nouveaux sons de Mario dans les toilettes, Le Phono restera Le Phono et l’esprit perdurera. Il a simplement fait appel à la relève pour qu’elle lui succède doucement, pour cela il a fait appel à Charly mais aussi à Tiffany et Martyna. Mais ne vous inquiétez pas, il sera toujours là pour vous servir.

Voici donc l’état des lieux du Phono, ce qu’il est et ce que petit à petit il deviendra : un bar plus féminin, encore plus musical, plus gourmand et plus coloré, un bar à la carte toujours plus étoffée qui vous accueillera jusqu’au petit matin. Bien-sûr, de profonds changements ne sont pas à l’ordre du jour pour le moment. Mais Rob, soucieux de faire vivre et perdurer son affaire de cœur, s’est lancé dans un nouveau chantier : celui de la transmission et du passage de relais. Il avait peur que vous vous inquiétiez de ne plus le voir derrière le comptoir. Alors non ce n’est pas pour tout de suite que le pape de la nuit strasbourgeoise va rendre le tablier et vous savez quoi ? Ça nous va très très bien.

***

Notes de l’auteur :

Pour voir l’interview complète de Rob c’est par ici

Rob alimente également presque chaque jour la page Facebook du Phono. Son petit rituel c’est One Day One Song, une musique postée par jour. Alors si vous voulez découvrir de monstrueuses pépites c’est par là

***

LE PHONOGRAPHE

2 rue de l’arc en ciel
67000 Strasbourg

Ouvert tous les jours de 18h00 à 4h00
0388222186


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here