Samedi soir avait lieu l’annuelle nuit des musées dans toute la ville : encore une excuse pour sortir tard (comme s’il nous fallait une excuse). Mais c’était surtout l’occasion de visiter gratuitement les musées strasbourgeois devant lesquels on passe tous les jours.

Pour l’occasion, les musées avaient mis en avant deux choses : le visiteur et la figure de la femme. Et pour attirer les petits et les grands, de nombreuses activités ont été organisées. Cette nuit a été l’occasion de découvrir autrement les musées et de rencontrer ceux qui y travaillent toute l’année. Le thème strasbourgeois de 2019 a également invité les visiteurs à explorer l’histoire et la culture de la ville à travers le regard des femmes. De quoi rendre vivants les visites culturelles et la nuit des strasbourgeois.

Évidemment, Impossible de visiter tous les musées, alors on s’est concentré sur quelques-uns, en essayant de varier les plaisirs et les activités proposées. Au programme : de la danse, des activités manuelles, de la musique, des visites guidées, des explications devant des œuvres etc.

19h – Ouverture du bal au musée de l’œuvre de Notre-Dame

C’est tôt dans la soirée et sous quelques gouttes de pluie que commence notre virée culturelle. Dès les premières salles du musée, des jeunes costumées proposent d’expliquer des vitraux et tirent les cartes du destin pour les plus curieux : de quoi donner vie à plus de sept siècles d’histoire de la cathédrale. Les élèves de la HEAR quant à eux animent un jeu d’ombres et de lumières qui illustre les instruments utilisés pour la construction de la cathédrale.

Au milieu des statues et dans les escaliers en bois, les élèves du Centre Chorégraphique de Strasbourg nous offrent une prestation de danse intergénérationnelle.

Après le passage dans le jardin qui offre une vue magnifique sur la belle cathédrale, et au détour d’un couloir, un stand gourmand propose une dégustation d’hydrolat de rose, ou de biscuits de fenouil, qui vont avec des explications sur les bienfaits de l’aromathérapie. Un éveil des sens.
Bref, une visite en mouvement de ce premier musée, une participation de femmes et d’étudiants qui animent les différentes salles.

> En savoir plus sur le musée de l’œuvre Notre Dame

20h – Suite de la visite au musée des Arts Décoratifs (palais Rohan)

Le musée des arts décoratifs se trouve juste à côté du musée de l’œuvre de Notre-Dame, ce qui nous permet de nous arrêter quelques instants dans la cour du palais Rohan où ont été installé des transats et un stand de gaufres. Puis de repartir pour la visite suivante.

Dans l’immense hall d’entrée, cohabitent plusieurs animations. Une perruquière fait une démonstration de coiffage à la manière du XVIIIème siècle, le tout sur un concert de morceaux de la femme compositrice du XVIIème siècle Elisabeth Jacquet de la Guerre, joués par l’ensemble Le Masque.


La visite continue avec l’histoire de Marie Antoinette au palais Rohan. On apprend notamment que, à l’âge de 13 ans, au moment où elle quitte l’Autriche pour se rendre à Versailles, la future reine traverse la frontière française au niveau du Rhin. Elle passe sa première nuit dans le royaume au palais Rohan en 1770, dans une chambre aménagée pour l’occasion.

Impossible de repartir du palais Rohan sans un rapide passage à l’étage du bâtiment, dans la collection des Beaux-Arts. Les petits s’interrogent face aux grandes toiles et posent des questions alors que les plus grands s’approchent pour tenter de voir le détail des coups de pinceau.

Les dernières salles du musée mettent en avant celle qu’on appelle la belle parricide, Béatrice Cenci, à travers des explications et des projections. C’est une exposition qui aura lieu jusqu’au 30 mai (encore un peu de temps pour en profiter) !

> En savoir plus sur le musée des Arts Décoratifs

21h – Rendez-vous au musée historique

C’est la conservatrice du musée en personne, Monica Fuchs, qui guide les visiteurs à travers l’exposition et qui se focalise sur les quelques femmes présentes dans les collections. On s’arrête notamment quelques instants devant un tableau peint par une femme : La Famille d’Etienne Livio de Monique Daniche en 1801. Juste le temps de remarquer l’importance de la famille dans le tableau et le choix des couleurs des tissus. Cette visite privée se termine évidemment sur les grandes figures alsaciennes de la Résistance et de la Guerre.

Dans la salle des reliefs, des comédiennes font la lecture de textes de Louise Weiss, « femme de lettre engagée, féministe et doyenne du parlement européen » pour faire revivre la parole de la femme suffragette dans une mise en scène musicale.

> En savoir plus sur le musée historique

22h – Petit détour au musée alsacien

Il commence à se faire tard, mais les strasbourgeois sont encore dehors et font la queue devant la vieille bâtisse du musée alsacien.

En visitant ce musée pour la première fois (ce qui était notre cas), on admire la vieille architecture et l’effort de reconstitution des modes de vie traditionnels. La collection regroupe un grand nombre d’anciens ustensiles de cuisine, de costumes et de mobilier qui plongent le visiteur dans une autre époque.

Les notes qui accompagnent l’exposition expliquent non seulement les anciens modes de vie, mais proposent aussi une réactualisation moderne des recettes de cuisines typiques. On nous donne notamment la recette pour faire un Eierkueche façon tortilla mexicaine au guacamole alsacien et truite fumée d’Alsace. Que diriez-vous sinon d’un wok de poulet au soja, chou blanc et choucroute ? De bonnes idées pour les prochains dimanches pluvieux en famille.

Les fenêtres ouvertes laissent pénétrer dans les salles la musique de l’accordéon et la flûte traversière du concert donné dans la cour intérieure. En se penchant par la fenêtre, on voit des enfants qui dansent au rythme de la musette à la française, loin d’être fatigués par l’avancée de la nuit.

> En savoir plus sur le musée alsacien

23h – Fin de parcours au MAMCS

En sortant du musée alsacien, on prend nos vélos pour se déplacer dans la ville au clair de lune, direction le MAMCS pour un voyage dans le temps.

Les graffitis éclairés sur la façade du musée invitent immédiatement à découvrir une époque plus contemporaine de l’art et de la culture.
Pas beaucoup de temps pour visiter ce grand musée, juste le temps de traverser le long hall jusqu’aux escalators et de jeter un coup d’œil sur les premières salles des expositions. Les jeux de perspectives, les escaliers et les ouvertures nous laissent entrevoir quelques œuvres, et surtout les gens qui, assis ou debout, les admire.

Direction la terrasse de l’Artcafé où DJ Bisou Bisou passe sa musique. Sur toute la terrasse, des groupes dansent et profitent de la vue sur la cathédrale illuminée.

> En savoir plus sur le MAMCS

Petit bonus – Le Jardin Botanique

Pour l’occasion de la nuit des musées, le jardin botanique était illuminé et coloré ! Dommage qu’une partie de la serre tropicale ait été fermée au public, mais c’était tout de même un joli moment, plein de poésie, de redécouvrir ce lieu sous un nouveau jour (ou plutôt, sous une nouvelle nuit).

> En savoir plus sur le jardin botanique

A tous les petits curieux, les passionnés, les enfants et tous les autres qui sont prêts à troquer une soirée printanière (et quelques bières) contre une sortie culturelle : si vous vous êtes déjà demandé ce qui se passe dans les musées, vous n’êtes même pas obligé d’attendre un an pour y mettre les pieds. Et oui, les musées sont ouverts toute l’année ! Et vous pouvez les découvrir par ici.

>> Léa Tanchot <<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here