Le coût des règles crée des inégalités. Heureusement, des strasbourgeoises ont décidé de s’attaquer au problème et de militer contre le coût trop élevé des protections périodiques en venant en aide aux femmes en situation de précarité ! La bonne nouvelle ? Tout le monde peut participer. Comment ? En faisant des dons de protections périodiques pour celles qui ne peuvent pas se le permettre.

Lutter contre la précarité menstruelle

En plus de tous les tracas et autres joyeusetés que les règles peuvent amener avec elles (le syndrome prémenstruel, SPM pour les intimes, entre autres), nous devons nous charger d’en contenir le flux via des protections dites « hygiéniques ».

Ok, là tu va me dire que je ne t’apprends rien parce qu’on sait tous très bien que les nanas saignent – bleu comme dans les publicités, hein – tous les mois… Mais ce dont on ne prend pas nécessairement conscience, c’est du coût astronomique que représentent ces protections que l’on doit se procurer tous les mois.

En effet, les serviettes et autres tampons achetées coûtent en moyenne 18€ par mois (d’après une étude britannique réalisée en 2015 pour le Huffington Post) soit 8100€ dans toute une vie ! Soit environ 13.5 mois de loyers à 600 euros, par exemple.

Strasbourgeoises Solidaires : la riposte est en marche

Et c’est précisément le prix des produits hygiéniques qui a poussé Diana, 33 ans, gérante d’un studio de beauté à créer « Strasbourgeoises Solidaires ». Le but ? Que la précarité menstruelle soit connue de toutes et que l’on comprenne bien que ce fléau touche bien plus de personnes qu’on ne le pense ; les femmes sans abri, mais également certaines étudiantes, les femmes migrantes, les mères isolées…

Autant de femmes qui n’ont pas accès à des protections ou à des médicaments pour les soulager. Diana souhaiterait aller encore plus loin en permettant à toutes les jeunes femmes d’avoir accès à des protections périodiques gratuites dans tous les établissements scolaires mais également que des cours d’éducation soient dispensés pour briser les mauvaises idées reçues sur les règles. Affaire à suivre…

En attendant, les collectes de « Strasbourgeoises Solidaires » lancées il y a quelques semaines ont parlé à beaucoup de strasbourgeoises qui se sont mobilisées en masse pour relayer l’initiative et faire de nombreux dons.

Grâce à vous les filles, les associations strasbourgeoises « Le bonheur d’un sourire » et « Femmes Solidarité Strasbourg » pourront redistribuer vos dons à celles qui en ont besoin et ça, c’est beau.

Voilà, tu sais ce qu’il te reste à faire: Donner, donner, doOoÔnner <3

Note : la riposte s’organise également à travers une pétition lancée par Paie tes Règles, pour la gratuité de protections périodiques (fonce signer .)

Pour aider, plusieurs options

> Si tu es étudiante, tu peux déposer tes dons dans des boîtes prévues à cet effet disponibles dans les toilettes femmes du Palais Universitaire et de l’IUT Robert Schuman.

Sous l’impulsion de l’association « Règles Élementaires » qui milite contre la précarité menstruelle, ce sont des étudiantes strasbourgeoises réunies sous le nom « Les Louisettes Golden Z » qui sont à l’origine de cette belle initiative et de cet élan de solidarité qui fonctionne plutôt bien puisque la boîte à dons était bien remplie lors de mon passage au Palais U.

> Sinon, tu peux également déposer tes dons dans un des quatre points de collecte de « Strasbourgeoises Solidaires »

    • Chez Sacro Corpus à la Krutenau, sur rendez-vous
    • À la Droguerie du Cygne, 24 Grand’Rue
    • Chez Tinta, tattoo & barber shop, 22 rue des Orphelins

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here