Chaque semaine, un(e) DJ strasbourgeois(e) nous présente 5 disques de son choix. Coups de cœur, thématiques précises, zoom sur un genre ou une époque… Ils vous feront découvrir leurs univers à travers leur musique. Fermez les yeux, tendez l’oreille. 

Cette semaine, j’ai rencontré Rukka, DJ et membre fondateur du label et de l’agence de booking Cymatique. Créatif, passionné et perfectionniste, il m’a présenté cinq disques qui influencent la musique qu’il produit aujourd’hui.

1 – 4 Hero – We Who Are Not As Others (Jazzanova Remix) – Two pages reinterpretations – 1999

« 4 Hero, c’est un duo d’Anglais qui font de la drum & bass vachement jazzy, avec une narration qui part vraiment dans tous les sens. Le morceau que je préfère, c’est un remix d’eux par Jazzanova, un collectif de DJ berlinois qui comptent parmi ceux qui ont posé les bases de l’IDM (intelligent dance music). La track dure super longtemps, elle est composée de trois ou quatre phases, ça passe par plein d’états différents, une vraie aventure ! Je la joue jamais en soirée, elle est tellement autosuffisante, tu peux pas la jouer avant ou après quelque chose, c’est super chiant à mixer. C’est le patron de mon premier stage à Innervision qui m’avait fait découvrir ça à travers ses fichiers. Quand j’ai commencé à mixer, j’ai cherché beaucoup de disques de cette même veine, dansant mais intelligent, hyper spatial et mixé avec pleins de styles différents ».


2 – Aphex Twin –  SYRO – 4 bit 9d Apid+E+6 – (126.26) – 2014

« Syro, à l’image des autres morceaux de la sélection, commence d’une manière, passe par un état et finit par un autre. Ce sont des morceaux longs qui passent par pleins d’étapes. C’est que des textures et des sonorités qu’on n’a pas l’habitude d’entendre, mais qui en même temps sonnent bien de ouf. C’est ça aussi que j’essaie de faire avec ma musique, faire taper du pied mais en faisant voyager, et réfléchir de manière indolore ceux qui m’écoutent. Mon objectif, c’est de créer un univers qui soit toujours très complexe, mais dont la complexité donne un tout assez évident. Je pense que la création doit être accessible, qu’elle doit raconter quelque chose de fort, parfois dur, mais toujours en prenant l’auditeur par la main, en le guidant à travers les morceaux ».


3 – The Black dog production – OTAKU – Atypic – 1992

« The Black Dog, c’est des Anglais qui faisaient de la musique dans les années 90, un peu entre drum & bass, électro et IDM. Là il s’agit d’OTAKU, une track de Atypic, qui est sur le disque « The Black Dog Production ». C’est un putain de voyage de 8 minutes, il y a pleins de sons de partout, t’as l’impression d’être dans un paysage, à la fois en forêt et dans la ville, plein d’univers se mélangent ».


4 – B12 TimeTourist – Cymetry – 1996

« B-twelve, c’est des anglais qui avaient arrêté pendant un moment et qui recommencent maintenant à faire des lives. C’est vraiment spatial, comme la pochette l’indique, et c’est aussi des artistes qui m’inspirent à fond visuellement. TimeTourist, c’est leur plus bel album, il y a plein de tracks dedans, ils viennent juste de ressortir le skeud sous une édition collector. C’est vraiment le genre d’univers qui me plaît et qui m’inspire. Depuis que je suis gamin, ce qui m’a le plus motivé à utiliser des machines et à faire de la musique, c’est vraiment ça, l’impression d’être dans un vaisseau spatial quand je suis dans mon studio ».


5 – FORMAT – #1 – Solid Session – 2015

« Ce morceau là est kitsch à mort, c’est assez difficile à décrire, les mélodies sont un peu épiques, par contre les sonorités sont vraiment folles. Quand tu passes cette track c’est direct la teuf. Je me rappelle d’une fois où on jouait au Rafiot, à la fin de la soirée, le staff nous avait laissé passer un dernier son et on avait balancé ça, les gens étaient comme des fous, c’est de l’énergie en barre ».


6 – Cymatique –  Trou de ver – 2018

« Ça du coup, c’est le premier disque de Cymatique. C’est la musique que je compose, inspirée par tout ce qu’on vient d’écouter. Il y a le morceau que j’ai fait avec Robin, vachement techno, limite trance, et puis « Topographies intérieures » que j’ai fait tout seul, qui reflète le côté spatial que j’affectionne. C’est pas forcément le morceau le plus accessible, mais celui qui t’emmène voyager de manière plus subtile que juste en tapant du pied. Le disque a été bien reçu, il se vend et les retours sont bons, c’est encourageant. On a déjà commencé à travailler sur le prochain, et on est super motivés pour la suite ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here