Le 449eme marché de Noël Strasbourgeois s’est achevé il y a quelques semaines. Et toi, petit strasbourgeois frigorifié, entre deux vins chauds et trois maneles, tu t’es frayé tant bien que mal un chemin entre les chalets et les touristes pressés. Mais au fait, ils sont combien les touristes, à fouler les pavés des place Broglie et Kléber ? Et c’est bien beau tout ce charivari, mais ça va me coûter combien ?

Allez, arrête de ronchonner. Pokaa t’as trouvé quelques chiffres pour te retrouver dans ce flou artistique, embué par l’ivresse des fêtes de fin d’années.

Cette année, l’Eurométropole estime les dépenses liées au marché de Noël à 2,5 millions d’euros. J’entends déjà oncle Picsou râler dans sa redingote : « Ah ben voilà, encore de l’argent jeté par les fenêtres ! » Relax mon canard ! Crois moi cet investissement ne se fait pas à perte : avec 250 millions de recettes estimées, l’Eurométropole multiplie par 100 son investissement de départ !

Alors ces chiffres ne sont pas encore arrêtés, il faudra attendre quelques mois après le marché pour avoir une idée plus précise, d’autant plus que les tristes évènements de la saison ont un peu gâché la fête. En tous cas, difficile de faire mieux !

Si cette belle somme peut rentrer dans les caisses de l’Euro-métropole, c’est grâce, entre autres, au tourisme. Alors oui, ils sont fatigants. Oui, tu en as marre de devoir expliquer à Mémé comment valider son ticket de tram. Tu pourrais remplacer la voix off de la CTS à force de répéter « Non Monsieur, pendant le marché de Noël, le tram ne s’arrête pas à Homme de Fer ».

Mais avec 2,5 millions de visiteurs en moyenne, ces touristes permettent aux hôteliers, aux restaurants et aux bars de faire le plein !

Alors, même si ta terrasse préférée est encore prise d’assaut, râle pas trop : les touristes lui permettent peut-être de tenir tout le reste de l’année !

Un petit bémol quand même. Si ta bonne résolution de 2019 est de faire rimer Noël avec achat raisonné, sache que seulement 1 tiers des 300 chalets sont tenus par des artisans.  Pour consommer éthique et dire non au « made in china », il va falloir ouvrir l’œil l’année prochaine ! Allez Sherlock, sort nous ta plus belle loupe et dis nous quels commerçants t’ont paru les plus « made in France » cette fois !

> MARIE DEDEBAN <

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here