La cérémonie des Hopl’awards c’est un peu comme une cérémonie des Oscars, mais pour récompenser les talents alsaciens – avec des Hamsters géants dessinés par Stom500 à la place des statuettes. Mis à part ça, tout y est « quasiment » identique que chez nos voisins outre-atlantique : maîtres de cérémonie, tapis rouge et public apprêté pour l’occasion. Organisés depuis six ans, les Hopl’awards attirent un public de plus en plus important, réuni pour découvrir les coups de cœur de l’année.

Nous arrivons (en retard comme d’habitude), à la Cité de la Musique et de la Danse. Le hall grouille déjà de monde : j’y reconnais beaucoup de visages (Djs, metteurs en scène, artistes…). Après avoir présenté nos places (les entrées sont gratuites mais sur inscription), et avoir été tatoués de magnifiques bretzels, nous nous dirigeons immédiatement vers le photomaton mis à disposition, histoire d’immortaliser le moment et de pouvoir ajouter un petit tirage Hopla’wards sur la porte du frigo. Puis c’est parti pour la cérémonie. Une fois installés, dans cette salle aux allures officielles, le show commence, avec deux maîtres de cérémonie qui ne manquent pas d’humour : agent 0067 et agent 0068.

Cédric Walther

14 catégories récompensant les acteurs culturels de l’année 2018 

Le concept des Hopla’wards ? 10 candidats par catégorie sont d’abord sélectionnés par un jury. S’en suit un mois de vote par les internautes strasbourgeois qui déterminent le top 3. Enfin, le jury annonce les gagnants lors de la cérémonie. Au fur et à mesure de la soirée, nous découvrons donc le palmarès – à découvrir ici.

Les Funkindustry

Dans la catégorie « Dans ton casque », nous retrouvons sans surprise le déjanté strasbourgeois de 22 ans, Arthur Ely et son hip-hop planant. Véritable graine de star, nous l’avons vu récemment en première partie de Thérapie Taxi. Un artiste qui n’a pas fini de nous étonner. Toujours dans le thème de la musique, le trophée du « Meilleur groupe alsacien » revient aux très groovy Funkindustry (on t’en parlait d’ailleurs ici). Ce trophée leur offre d’ores et déjà leur place sur la grande scène de la Place Kléber pour la prochaine fête de la musique.

En ce qui concerne le théâtre, gros coup de projecteur sur « Le spectacle vivant de l’année », avec « Du sang aux lèvres », première pièce de la « Trilogie de l’état urgent » mise en scène par Mathias Moritz, de la compagnie la DINOPONERA. « Du sang aux lèvres » est une pièce sur le terrorisme, le marketing de la terreur et sur notre appétit insatiable de violence. Elle raconte la façon dont l’on peut se sentir rejeté par son pays, et revenir pour le mettre à feu et à sang, ce qui n’est pas sans rappeler le terrorisme d’aujourd’hui.

Roger Siffer, acteur, chansonnier régionaliste, humoriste et cabaretier alsacien. Portrait au théatre « La Choucrouterie ». Strasbourg. // Crédit Photo : Le Monde

Enfin, gros coup de cœur pour le « Hopl’awards d’honneur » décerné au grand Roger Siffer. Directeur de la Choucrouterie, chansonnier régional, humoriste et cabaretier alsacien, ce dernier est sur scène depuis plus de 50 ans et nous a offert ce soir encore, de bonnes barres de rire. En digne représentant du cabaret alsacien, ce titre était largement mérité.

L’ensemble de la soirée est animé par des interludes signés No limit Orchestra, et le magicien Adrien Wild. La diffusion du clip d’Adam & the Madams et du très joli court-métrage « Négatifs » (dont on vous parlait déjà ici) clôtureront en beauté cette cérémonie qui met en lumière nos perles alsaciennes.

La soirée se termine par du champagne, crémant, mojitos et j’en passe, à gogo, accompagnés de pains-surprises et autres gourmandises pour éponger tout ça. Bref, encore une grande cérémonie et une belle soirée, pour découvrir nos brillants talents locaux qui, il faut le dire, sont nombreux dans notre merveilleuse région. Vivement l’année prochaine !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here