Un livre à 24 ans, un calendrier à 25. Elle est comme ça, Clémence Dupont… Après la sortie de son premier livre, La Grande Expédition, en novembre dernier, et alors qu’elle planche déjà sur le deuxième tout en continuant à réaliser des commandes toujours nombreuses pour des éditions prestigieuses comme la maison Gallimard, la jeune auteure et illustratrice a eu envie d’un projet indépendant. Elle a choisi le calendrier, soit douze images douces pour nous accompagner toute l’année.

Briser la routine

« J’avais envie d’un challenge. » Ce lundi, Clémence lançait une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule dans le but de financer l’impression de son calendrier, un projet-maison né d’une nécessité. « Dans l’édition jeunesse, on fait surtout du travail de commande. Le style est plus ou moins imposé, et les délais souvent très courts. C’est assez stimulant mais si on ne fait que ça ça peut devenir un peu étouffant. » Après la sortie de son premier livre aux éditions L’Agrume, et alors qu’une nouvelle année riche en commandes se profile, la jeune auteure observe qu’elle ne trouve plus le temps de dessiner gratuitement. Pour rien, pour elle, pour « essayer des trucs sans pression » hors cadre et impératifs, ce qui permet à l’illustratrice d’évoluer. Aussi, pour briser la routine et sortir des automatismes Clémence se lance un défi : « J’y réfléchis depuis l’automne dernier, et en janvier, je me suis lancée ! Je fais un peu plus d’une image par mois, en live sur Twitch ; ça m’engage à m’y tenir et je devrais finir en octobre. J’ai beaucoup appris en réalisant ce calendrier. »

Le goût de l’indépendance

Et puis Clémence s’est dit, quitte à développer un objet, autant le partager au plus grand nombre ! Et pour cela, elle s’est tournée vers le financement participatif, un recours qui a le vent en poupe auprès des artistes-auteurs dont Clémence juge le système de rémunération extrêmement bancal : « La situation est critique. Aujourd’hui, 41 à 53% touchent moins que le SMIC. Il faudrait revoir à la hausse l’à-valoir, pour que les auteurs touchent plus que 6% des sommes générées par leurs livres ! Le crowdfunding supprime les intermédiaires. » Pour autant, tout n’est pas simple : il faut assumer tous les rôles, de l’écriture à la promotion, et savoir quand s’arrêter dans chacun d’eux sans éditeur comme garde-fou… « Disons que je suis très pénible avec moi-même. [rires] » Clémence peut pourtant être fière, puisqu’elle a assumé l’écriture, coopté l’impression et créé la campagne, vidéo d’animation incluse ! Elle s’apprête même à tenir une conférence dans le cadre de cette aventure, le mardi 25 à l’hôtel BOMA ; une soirée de lancement qui sera l’occasion d’aborder la réalité des auteurs.

Un objet original et local qui « sert à tout »

Lancé lundi, le financement participatif de Clémence a déjà atteint 60% de son objectif, fixé à 4.000€ ; une somme qui peut paraître importante mais dont la majeure partie hors taxes revient à l’impression des contreparties et du calendrier que Clémence a voulu de qualité supérieure et strasbourgeoise s’il vous plaît : « La couverture et les douze images, que j’ai voulu grandes et détachables, sont imprimées sur un beau papier par un imprimeur local ; c’était une façon de suivre ma production et de soutenir l’économie strasbourgeoise. » Sur le thème des paysages et des bestioles, du dinosaure à la Cathédrale, le calendrier est accessible dès 30€ de contribution : « Divisé par douze impressions je pense que ça reste abordable comme tarif. Il sera livré avant les fêtes : ça peut faire un bon cadeau. C’est un objet original, qui soutient l’économie locale, produit à petite échelle. Et puis ça sert à tout un calendrier ! » Avec une image douce par mois, ça peut commencer par égayer le quotidien qui ne s’en portera que mieux.


Pour soutenir Clémence dans son projet, c’est à partir de 4€ et c’est ici.
Retrouvez-la également sur Facebook et Instagram.
***
Et rendez-vous mardi 25 septembre de 17:00 à 19:30 à l’hôtel BOMA, pour une soirée de présentation du calendrier, du travail de Clémence mais aussi de la réalité des auteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here