Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

France Bénévolat : l’asso bas-rhinoise qui aide à trouver une structure dans laquelle s’engager

1.3k Lectures
Publicité
Publicité

Passer du temps avec des personnes isolées, faire du soutien scolaire, assurer la communication d’une association ou encore participer à une collecte… Tu as envie de t’engager comme bénévole dans une association mais face à la multitude de choix tu ne sais pas trop comment t’y prendre ? France Bénévolat Bas-Rhin est justement là pour aider les âmes motivées à y voir plus clair ! Agissant comme un “pôle emploi pour bénévoles », l’association t’aide à trouver une mission de bénévolat dans une structure en fonction de tes envies. Voilà comment ça marche. 




C’est au deuxième étage de la Maison des Associations de Strasbourg, que l’antenne bas-rhinoise de l’association France Bénévolat est installée. La décoration y est sommaire mais l’accueil sincèrement chaleureux. C’est ici que les membres de l’association accueillent les strasbourgeois(es) à la recherche de missions de bénévolat. 

On est une sorte de pôle emploi des bénévoles, avec beaucoup de guillemets”, sourit Daniel Lecoultre, président de France Bénévolat Bas-Rhin. “Notre mission principale, c’est l’accueil et l’orientation du candidat qui vient nous voir”, complète-t-il. 

Concrètement, toute personne qui souhaite s’engager bénévolement, sans trop savoir auprès de qui, ni comment le faire, peut venir solliciter France Bénévolat. Elle pourra y être orientée vers des associations recherchant des bénévoles. Il s’agit tout simplement de faire le lien entre des associations qui ont un besoin et l’envie d’engagement de certaines personnes. Et tel une appli de rencontre, faire en sorte que ça match. 

© Mathilde Piaud pour Pokaa

On commence par présenter ce qu’est le bénévolat, explique Daniel Lecoultre. Puis, on voit ensuite quels sont les souhaits, les disponibilités et les compétences de la personne qui se présente. A partir de là, on regarde dans notre base les missions proposées par les associations qui nous ont sollicités et on voit si la personne peut être intéressée. » 

Et d’ajouter : “Il y en a qui arrivent en disant : je veux aller aux Restos du Coeur, mais en discutant avec eux et en leur présentant les missions, ils repartent finalement avec une autre association. Il faut que ce soit vraiment le choix du candidat. Il peut décider en fonction du domaine, de la proximité à son domicile, des missions proposées par les associations.” France Bénévolat transmet ensuite les coordonnées du futur bénévole à l’association en question qui se charge de le contacter et de s’organiser avec lui. 


200 missions disponibles

Actuellement, France Bénévolat Bas-Rhin reçoit les futurs bénévoles le mardi après-midi (il faut prendre rendez-vous sur leur site). Ses membres espèrent toutefois pouvoir ré-ouvrir l’accueil chaque après-midi du lundi au vendredi, tel que c’était le cas avant la pandémie. 

En 2019 (dernière année de fonctionnement classique avant la crise sanitaire), France Bénévolat Bas-Rhin a reçu 578 candidats à la recherche d’une association où s’engager. 358 femmes et 220 hommes. La majorité d’entre eux (310) avaient entre 25 et 55 ans et ils étaient 188 âgés de moins de 25 ans. Les plus de 55 ans n’étaient quant à eux que 82. “Lorsque quelqu’un arrive à la retraite il a parfois déjà d’autres engagements bénévoles. C’est le constat de notre accueil mais ça ne reflète pas ce qu’est l’engagement bénévole”, précise Daniel Lecoultre. 

© Mathilde Piaud pour Pokaa

Ce sont donc les étudiants et personnes actives qui sollicitent majoritairement France Bénévolat. “Rien qu’aujourd’hui, j’ai vu sur un groupe Facebook quelqu’un qui cherchait à faire du bénévolat. Je l’ai contacté pour lui parler de France Bénévolat, témoigne Alice, secrétaire bénévole au sein de l’association. Il y a de plus en plus de jeunes intéressés par le bénévolat mais ils ne savent pas forcément vers qui se tourner.” Alice a rejoint l’association au mois de Septembre. Avec Diane, community manager bénévole, elles soufflent un vent nouveau sur France Bénévolat Bas-Rhin, dont les bénévoles étaient jusqu’ici principalement des retraités. En passant notamment par les réseaux sociaux, elles espèrent pouvoir toucher de plus nombreux bénévoles. 

A ce jour, France Bénévolat Bas-Rhin regroupe environ 200 propositions de missions. Celles-ci sont communiquées par les associations adhérentes. On a une centaine d’associations qui adhèrent à France Bénévolat, principalement dans le domaine social. Il y a de grosses associations comme les Restos du Coeur, la Banque Alimentaire, La Croix Rouge, mais aussi de toutes petites associations, plus récentes”, précise Daniel Lecoultre. France Bénévolat peut également aider à rédiger les annonces puis les intègre dans sa base de données. Avec la pandémie, les associations peuvent aussimettre leurs annonces sur le site internet France Bénévolat


Donner et recevoir

Les propositions de missions se divisent en deux catégories : les missions ponctuelles et les missions régulières, qui se répètent de manière régulière. Ces missions sont diverses et dépendent des besoins des associations. Il peut s’agir d’animations, de travaux, de visites, d’organisation de manifestation, de communication, d’accueil, d’aide à l’insertion ou encore de travail administratif, d’enseignement ou d’accompagnement et d’écoute. Les domaines d’intervention des associations sont aussi diversifiés : réinsertion; Tiers-monde ; justice et droit de l’homme; jeunesse, sports et loisirs ; aide pratique, culture ; environnement, soutien scolaire; alphabétisation, santé et handicaps ou encore intervention auprès des personnes âgées. Autant de propositions qui peuvent aider à choisir l’association auprès de laquelle on souhaite s’engager. “Le bénévolat évolue. Je pense qu’il y avait une sorte de fidélité dans l’engagement. Actuellement on voit que le bénévole est plus ponctuel et papillon”, constate Daniel Lecoultre.

L’important pour le président et les membres de France Bénévolat Bas-Rhin, c’est de parvenir à trouver la mission et l’association dans laquelle le bénévole se sentira bien.Vous connaissez le “plus” du bénévolat?” s’enquiert-il avant de répondre : “C’est le P de “plaisir”, le L de “lien social”, le U de se sentir “utile” et le S “ de donner un Sens à sa vie”.

© Mathilde Piaud pour Pokaa

Alice, secrétaire bénévole de France Bénévolat, en témoigne par sa propre expérience. Ne pouvant pas, à ce jour, avoir un emploi salarié en raison de problèmes de santé, elle a trouvé grâce au bénévolat un nouvel équilibre. “On prend confiance en soi. Ça permet aussi de voir des gens. Je me disais comment je vais faire pour travailler plus tard, avec un trou dans mon CV ? Mais être à l’association me permet de de toucher à beaucoup de choses : secrétariat, facturation, comptabilité. Je découvre aussi des notions de communication, ça m’apporte des compétences. Ça m’a aussi ouvert les yeux sur des domaines que je ne connaissais pas”. 

C’est vrai que le bénévole donne beaucoup mais il y a aussi un retour, ça va dans les deux sens”, conclut Daniel Lecoultre.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

France Bénévolat : l’asso bas-rhinoise qui aide à trouver une structure dans laquelle s’engager

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !