Depuis son arrivée au pouvoir, la municipalité écologiste met en avant l’un de ses grands principes : l’équité territoriale. Concrètement, cela signifie apporter davantage aux quartiers qui en ont le plus besoin. Cela passe par des investissements plus conséquents, mais également dans une prise de conscience que des quartiers manquent de services de proximité, comme cela est par exemple le cas dans le quartier Ampère. Désormais, la Ville prévoit de renforcer son offre en la matière, particulièrement au sein des quartiers prioritaires. Grâce notamment à deux délibérations présentées au prochain conseil municipal du 13 décembre.

Lors d’une conférence de presse organisée vendredi 10 décembre, Jeanne Barseghian a dévoilé les grandes lignes du Plan de Services Publics de Proximité. Son rôle ? Selon la maire : « Apporter des réponses aux inégalités présentes dans notre ville, qui continuent de se creuser ». En effet, Strasbourg reste toujours une ville très inégalitaire. Et cette inégalité ne doit pas seulement s’analyser en termes de revenus : « On observe les inégalités d’un quartier à l’autre, en termes de revenus mais également en termes d’accès aux études supérieures. Certains quartiers cumulent des difficultés où les revenus sont faibles et où la présence des services publics va reculer ».

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Les enjeux du Plan de Services Publics de Proximité

C’est une des raisons qui ont motivé la Ville à mettre en place son Plan de Services Publics de Proximité. Une seconde réside dans la volonté de combattre la fracture numérique. En effet, alors que le numérique a réussi à simplifier certaines tâches, il a également éloigné un part non-négligeable de la population des démarches administratives. Ainsi, comme le souligne Ariane Henry, conseillère municipale déléguée à la présence des services publics dans les quartiers : « Il en résulte une dégradation progressive de l’offre de service de proximité en physique. La fracture numérique et l’électronisme sont synonymes de non-recours aux droits auxquels certaines personnes pourraient prétendre. » 

Ainsi, la Ville compte remédier à ce constat d’inégalité d’accès aux services publics. Ariane Henry résume la position de la municipalité : « Chacun doit pouvoir avoir en proximité un espace où il peut trouver de l’aide à l’accès aux droits ». Concrètement, ce Plan se divise alors en six actions. Il consiste notamment en l’installation de nouveaux Espaces France services dans les quartiers de l’Elsau, du Port du Rhin et de Poteries/Hohberg. Mais également le développement d’un réseau de conciergeries solidaires dans différents quartiers. Ce dernier point reste encore flou pour le moment, puisque la Ville n’a évoqué aucun quartier précis.

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Création de deux maisons de services au public à l’Elsau et à Koenigshoffen

Ce nouveau Plan, présenté au prochain conseil municipal du 13 décembre, comporte également un volet plus précis. À savoir la création de deux maisons de services au public à l’Elsau et à Koenigshoffen. Pour la première, Benjamin Soulet, adjoint chargé de l’équité territoriale, précise qu’elle sera livrée en 2025. Le bâtiment sera alors entièrement neuf, avec « un centre médico-social, une médiathèque mais aussi la mairie de quartier ». Le tout, juste à côté du centre socio-culturel de l’Elsau. Un investissement de proximité conséquent de plus de 5 millions d’euros, dans un quartier qui en manquait cruellement.

© Nicolas Kaspar/Pokaa

Pour Koenigshoffen, l’offre de proximité sera encore plus large. En effet, la future maison de services au public s’implantera au 91 route des Romains, au sein du Parc d’activité Gruber. Les travaux permettront une grande réhabilitation des bâtiments existants, avec une ouverture là encore prévue en 2025. Avec ses 1 700m2 et ses trois niveaux, la maison de services donnera ainsi accès aux habitants à « une mairie de quartier, un centre médico-social, un tiers-lieu d’animation culturelle et à des espaces pour donner des services ». D’ailleurs, pour ce que ce bâtiment préfigure de l’avenir du Wagon Souk qui réside au même endroit, Jeanne Barseghian précise que la Ville, après des moments très tendus, « travaille à une relocalisation pour toute la partie festive dans un lieu plus adapté ».

Avec son nouveau Plan de Services Publics de Proximité, la Ville de Strasbourg souhaite renforcer l’offre de services publics dans les quartiers où ils ont progressivement disparu. Une volonté de réduire les inégalités entre quartiers strasbourgeois. Pour que tous puissent bénéficier des mêmes offres de service. 

2 COMMENTAIRES

  1. Attention il y a une erreur dans l’article : la maison de services au public de Koenigshoffen ne sera pas au 91 rue Gruber (adresse qui n’existe pas) mais bien au parc Gruber, au 91 route des Romains ! Du moins c’est ce que la photo suggère.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here